ACCUEIL

Derniers articles

Terre et Peuple - Résistance Identitaire Européenne

Soutien à Philippe Layat ! Non à la loi du foot buisiness !


Soutien à Philippe Layat ! Non à la loi du foot... par terreetpeuple
 

MAXIME ET MICKAEL

Il était une fois deux jeunes hommes, presque des gamins, âgés de 22 ans, deux bons petits gars, sans histoires. Le premier s'appelle Maxime (Hauchard), il est né à Bosc-Roger en Roumois, dans l'Eure, le trou du cul du monde ; il vivait dans une zone pavillonnaire au sein d'une famille de Français moyens, sans histoires. Le second s'appelle Mickael (Dos Santos), il est né à Champigny-sur-Marne, il est d'origine portugaise et sa mère fait des ménages. Tous deux étaient de bons catholiques (autrefois).

L'ennui, c'est qu'ils sont devenus des monstres. Une vidéo les montre décapitant eux-mêmes des soldats syriens. Attention, pas comme l'instrument raffiné du docteur Guillotin, qui coupait les têtes selon les pointillés et les faisait tomber proprement dans de petits paniers d'osier recouverts de linge blanc amoureusement brodé. Non, une bonne décapitation à la sarrasine ou à l'ottomane, comme autrefois, au couteau plus ou moins bien aiguisé. Avez-vous vu un homme en train de se faire égorger, ou même un mouton ? Non ? Alors, je vais vous raconter. Il y a d'abord les préparatifs où l'on voit le condamné pleurer, se tortiller, supplier, hurler, se faire dessus. Et puis, le couteau commence à fouiller les chairs, butant sur les cartilages et rebondissant sur les vertèbres. Ah ! Il en faut du courage et de la persévérance pour faire cela. C'est admirable ! Au bout d'un moment, long, très long, très très long, la tête tombe enfin. Ouf ! Mais pendant quelques minutes, le cerveau fonctionne encore, les yeux roulent, la bouche se convulse, mais les sons se perdent dans un gargouillis de bidet ; et le corps, lui, est pris de soubresauts, cherchant la tête qui lui manque. Vous trouvez cela horrible ? Moi aussi. Il paraît qu'il ne faut pas en parler parce que c'est trop affreux. Je ne suis pas d'accord : il faut au contraire le montrer pour qu'on sache à quel niveau de barbarie ces gens sont arrivés. De bons petits Français, des « de souche », pas des immigrés de troisième ou quatrième génération.

C'est bien la preuve de la faillite de cette République infâme et de cette religion des droits de l'homme. Faillite de l'éducation parentale (mais pour éduquer, il faut avoir été éduqué soi-même), faillite de l'enseignement (ou anti-enseignement ?), faillite de l'encadrement des adultes, des chefs, des politiques, des directeurs de conscience, des curés, des laïcs... Un tombereau de lâcheté ! A force de nier les valeurs et de vouloir imposer un système d'antivaleurs, voici ce qu'on récolte : des gamins révoltés, paumés, privés de repère, qui croient trouver dans une religion archaïque et incohérente un esperanto métaphysique.

Parlons-en un peu de cet islam. L'un fréquentait la mosquée d'Elbeuf (parce qu'en Normandie profonde aussi, il y a des mosquées) et l'autre celle de Villiers-sur-Marne. Des mosquées où il n'y a que des bons musulmans, des musulmans de cet « islam de France » si tolérant. Deux mosquées parmi les 3 000 que compte la France aujourd'hui (contre cinq en 1965) !

Je n'ai rien contre l'islam ; après tout, si des gens veulent croire au paradis d'Allah et à ses 72 vierges, c'est leur droit. Cependant, je ne sache pas que les églises catholiques ou orthodoxes, ou les temples bouddhistes soient des fabriques de barbares. Alors, oui à l'islam, mais là-bas, chez lui. Chaque année, ces centaines de milliers d'immigrés de confession musulmane envahissent notre Europe. Même si un sur mille est un fauve, ils sont donc des centaines à s'installer chez nous chaque année et à préparer le djihad. Sans parler de tous nos « de souche » convertis qui partent faire le djihad et dont la plupart – malheureusement – reviendront un jour : le préfet Pierre N'Gahane, « responsable du volet prévention dans le plan gouvernemental de lutte contre la radicalisation et les filières djihadistes » avoue, impuissant, que trois à quatre jeunes se radicalisent chaque jour !

Reviens, Charles Martel, ils sont devenus fous !

Alain CAGNAT

 

Editorial (Deutsch Version) - TP Mag n°61

Sturmwarnung.


Die Schließung von McDonald’s Restaurant auf dem Roten Platz in Moskau installiert, hat eine starke Symbolkraft, die weltweit sofort verstanden wurde. Um der Wut der Schuld des Westens, Recht Putin, "ein Herold aggressive Russisch-West panationalisme "(Le Monde, 7. September). Schlechte Spieler kündigen sie die Retourkutsche. Eine Antwort, gerade erst begonnen ...

Während die Französisch sind eingeladen, ein Interesse nehmen was die schlechte Film Verordnung Konto zwischen seinem ehemaligen Konkubine und dem kläglichen Holland, geht es auf dem Diktat Washington. Aber nicht mehr, schließlich, dass die andere "Leaders" (sie es laufen?) Europa, als rückgrat wie er.  Wir werden auf jeden Fall alles gesehen, mit sozialistischen (oder so genannte solche), die moralischen Lehren, die alle geben Anspruch Welt: Staatssekretär für Außenhandel, Thomas Thévenoud, der nicht zahlt seine Steuern, während die Armen Steuereinnahmen rutschen Budget, Staatseinnahmen wobei in Ende Juli auf 6,3 Mrd. EUR aufgrund Reduktion der Steuerbeträge gesammelt Unternehmen, diese nach dem Inkrafttreten der Steuergutschrift Wettbewerbsfähigkeit und Beschäftigung (ICCC), ein Geschenk aus Holland Valls zu MEDEF - während natürlich die Höhe der Anstrengung gefordert Steuerzahler fliegt, wie jeder sehen kann auf seinem Steuerformular.

Sahnehäubchen auf dem Kuchen, ein Thévenoud "Passwort", um seine Miete seit Jahren zu zahlen. Und natürlich will er zu seinem Platz zu halten, da die Suppe ist gut. Es gilt das Motto bedeutet politisch: niedrigster jemals niedriger. Und sie werden mit dem Ärger der Bürger überrascht?

Mittlerweile sind ernste Dinge anderswo geschieht. Zum Beispiel in Portugal, die das Pech hat, ein Testfeld sein Neoliberalen, die das Schicksal zu führen behaupten die Welt, vor allem Länder in Schwierigkeiten. Und deshalb diktieren ihr Verhalten der Regierungen daß in der Tat nichts regeln.

So, nachdem die portugiesische "Regierung" am 5. September bekannt gegeben, die 31,5% immer noch im Post Gruppe CTT an institutionelle Investoren verkauft. Dieser Vorgang ist Teil der Privatisierung Mai 2011 verhandelt, mit der Europäischen Union und des Internationalen Währungsfonds, in "Austausch" für die finanzielle Unterstützung von 78 Mrd. €. Der portugiesische Staat und er willigte ein, sein Recht, das Postsystem steuern zu verkaufen, ist, dass, um einen Teil seiner Souveränität zu sagen. Postangestellte aus anderen Ländern, darunter Frankreich, musste etwa weil der globalistischen Moloch wird nicht an den Grenzen von Portugal stoppen Sorgen, zumal die "Experten" sagen uns, dass das Brüsseler Begriff der Grenze ist mittlerweile veraltet.

Die Chinesen betrachten sie alle mit einem Lächeln. Sie sagen, ihre Ambitionen ohne komplexe Wirtschaftsmärkte Welt. So zu tun, um ihren Platz in der Gruppe der großen Industrieländer des Atoms weitere nationale Programm, um die installierte Leistung in ihrem Hoheitsgebiet Double Take, in Pflanzen, bis 2020 wollen sie außerhalb zu verkaufen, mit einer 100% chinesischen Reaktor Expertise. Zugleich hat die chinesische E-Commerce-Marktführer Alibaba (sic), trägt eine Einführung in die New York Stock Exchange, der größten in der Geschichte sein wird. Er hofft, mit Leichtigkeit, die Welt zu erobern. Ihr Gründer Jack Ma (richtiger Name Ma Yun), nach der Realisierung, dass die Schaffung einer Website, um chinesische Unternehmen, die ihre Produkte auf den ausländischen Käufern entsprach einer kritischen Phase des wirtschaftlichen Wachstums gewidmet erreicht enormes Wachstum Chinesisch. Die Gruppe erstellt von Jack Ma zeigt einen frechen Erfolg. Der Umsatz für das Jahr 2013-2014 52% nach dem plötzlichen Anstieg im Vorjahr, 72% erreicht, 52,5 Milliarden Yuan (6,5 Milliarden Euro) auf. Das Geschäftsvolumen auf seiner Plattformen gehandelt erreicht 208 Mrd €. Alibaba verdient mehr Geld als Amazon und eBay kombiniert... Seine Holding steuert eine Vielzahl von Unternehmen, alle Chinesen, die den verschiedenen Trades.

Ändern Horizont. Wir sagen, ohne zu ermüden, lange Einwanderung ist das dramatischste, in dem Frankreich und Europa stehen vor Herausforderung. The Financial Times kürzlich zugegeben, dass Italien im späten August, mit einem absoluten Rekord 100.000 illegale Einwanderer im Jahr. Schon vor dieser Welle Le Monde müssen erkennen (10. September): "Wir müssen die Wahrheit  sagen(…), die Europäische Union ist der Raum, mehr Migranten in der Welt beherbergt. Der Anstieg der illegalen Einwanderung bisher größtes Ausmaß erreicht.” Aber "das Problem ist nicht eine Priorität für die Europäische Union(...) Es gibt weniger als 1% ihres Budgets auf diese zentrale Frage in seinem Leben, was Einwanderung. Das Ergebnis ist katastrophal.” Also, was ist zu tun? Le Monde gibt eine Antwort würdig: "Stopp der illegalen Einwanderung ist innerhalb der Reichweite von jedermann". Falsch. Wir wissen, wir, das ist in der Tat eine Frage des politischen Willens und Mut enttabuisiert.

Zumal die Europäische Haus ist von Feuer bedroht. Während Dschihadisten rekrutieren mit einer Rache in "Nachbarschaften sensibel "Französisch Städten (wie in anderen europäischen Ländern), entwickeln sie ihre Umsetzung sowohl in Afrika und Asien. Rekruten hält einen Pass aus einem europäischen Land sind jung, motiviert, um für alles bereit sein. Die schlimmsten Gräueltaten, weit weg von zu widerlegen diese verrückten, erregt sie und sie dotieren vorbei Schleife Video zeigt, wie ein Mann mit einem Fleischermesser enthauptet. Während die Washington-Tel Aviv Achse der Ansicht, können wir diesen Schwung Kanonen, Panzer, Bomber, Europäer mit Bestürzung Realität entdeckt brechen: der sadistische Barbarei ist nicht zu ihrer Tür, sie zu Hause ist. Sie entdecken auch die Inkonsequenz, schlechte Politiker, links und rechts, soll Verantwortung auf höchster Ebene anzunehmen, wenn sie in der Tat machtlos, verantwortungslos, inkompetent, unbewusste verkauft. Das Gewicht der Realitäten der Tat allmählich seinen Weg in das Bewusstsein. Bitterkeit und Wut ansammeln. Wann ist der Funke, der Feuer in die Ebenen eingestellt ? Ohne an Wahrsager, sind wir zuversichtlich, dass die Stunde nähert. Diejenigen, die überleben wollen beginnen Sie daran. Hoffe: die Bejahung des fleischlichen Heimat. Schotten (Scheitern der Unabhängigkeit ist nur vorübergehend) und Katalanen (sie waren 1,8 Millionen zu Els Segadors, ihre Nationalhymne in den Straßen von Barcelona, den 11. September singen) an der Spitze. Weitere werden folgen.

 

Übersetzung Dgn Sqn

 

De qui se fout la CGT ?

Le syndicat CGT du centre hospitalier spécialisé du Vinatier, situé à Bron (69), a eu le culot monstre de justifier les dépenses pour la rénovation du nouveau logement de son secrétaire général Thierry Lepaon. Dépenses qui sont estimées entre 130 000 et 150 000 €. Dans son dernier tract, la CGT Vinatier indique qu' « il n'y a pas d'argent public engagé, c'est notre syndicat que cela regarde... » Ah bon ? Pas d'argent publique engagé ? Et comment est financé principalement le syndicat CGT ? A 34% par les cotisations (1), un peu par la vente de muguet ou de merguez, tout le reste par diverses subventions publiques et parapubliques... Tout en sachant que quand vous cotisez à un syndicat professionnel représentatif assurant la défense de salariés ou de fonctionnaires, vous pouvez avoir un crédit d'impôt représentant 66 % des cotisations annuelles versées (2). Donc cela veut dire que les deux tiers de la cotisation sont payés par de l'argent public... Imaginons un instant que ces travaux furent réglés effectivement par les seules cotisations ou par une énorme vente de merguez et de frites à la fête de l'Humanité : est-il normal de dépenser autant pour une rénovation (et achats de vaisselle, du linge de maison, du textile, des fleurs, de la décoration, des ustensiles de cuisine, une cafetière et de plusieurs télévisions accompagnées d'un home cinéma, et sans parler de la cave à vins!(4) ?? Ce qui correspond au minimum à 750 cotisations annuelles à la CGT. Les modestes salariés doivent apprécier... Il faut savoir également que ce logement venait déjà d'être rénové ! N'oublions pas que la CGT doit verser en plus un loyer de 2500 euros par mois (4) pour cet appartement de fonction situé à Vincennes. Il est vrai que Vincennes est une ville de prolétaires...(5) Il est étonnant de voir que les plus grands donneurs de leçon qui prônent le « vivre ensemble », se gardent bien d'être en accord avec leurs idées... La mixité sociale et raciale, c'est bon pour le Français de base mais pas pour l'élite bien-pensante ! D'ailleurs, selon Egalité et Réconciliation, Thierry Le Paon ferait aussi parti d'un club très fermé créé par l'UIMM (le patronat de la métallurgie), appelé Quadrilatère, qui réunit patrons, DRH, syndicalistes, journalistes et experts. Ce que ses détracteurs au sein de la CGT ne manquent pas de dénoncer comme « un problème majeur pour l'indépendance de la CGT ». (6)

 

La CGT peut bien se plaindre de « l'acharnement, à la veille des élections professionnelles... », mais à force de justifier l'injustifiable, il ne faudra pas qu'elle s'étonne si de plus en plus de salariés se détournent de cette centrale syndicale qui essaye de vous faire avaler des couleuvres...


Yann

chut

 

Sources :

1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Financement_des_syndicats_de_salari%C3%A9s_en_France

2. http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F1.xhtml

3. http://www.rtl.fr/actu/politique/thierry-lepaon-fait-payer-ses-travaux-par-la-cgt-le-devis-initial-etait-de-150-000-euros-7775063080

4. http://www.leparisien.fr/economie/cgt-l-etrange-devis-de-l-appartement-de-thierry-lepaon-29-10-2014-4249841.php

5. http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/villes-vivent-plus-riches-560424.html

6. http://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-nouveau-patron-de-la-CGT-sera-un-franc-macon-15666.html

 

Pour plus de révélations, vous pouvez vous abonner à l'excellente revue Faits et Documents d'Emmanuel Ratier.

 

la religion des Indo-Européens

''Spiritualité non révélée, immanente, et marquée par une forte sacralité, la religion des Indo-Européens est païenne (paganus, paysan) en ce sens qu’elle est particulière à un terroir donné, donc non universelle, et reflet de la diversité des peuples.''

 

Bernard Marillier

 

 

athena

 

Les curieuses économies de la CPAM du Rhône

Pour les personnes désireuses de partir plus d'un mois à l'étranger, la caisse primaire d'assurance maladie dispose d'un système de dérogation permettant au pharmacien de délivrer et de facturer le nombre de mois souhaités par le patient en une seule fois. La règle habituelle étant la délivrance et la facturation mensuelles. Les conclusions de l'enquête sur la répartition des demandes de dérogation révèlent que 47% de celles-ci concernent un départ au sein de la CEE, mais omettent de détailler les 53% de celles concernant un départ dans un pays hors de la CEE.


A la lumière de cette enquête, l'assurance maladie vient de décider (voir courrier-ci-joint) que la dérogation ne concernera plus les départs pour un pays de la CEE...en revanche les sommes astronomiques dépensées pour les traitements des individus issus de l'immigration africaine continueront sans aucun frein.


Des mesures de santé publique racialistes, mais pas en faveur de notre peuple.

 

Aloys Durans

 

assurmaladie
 

Des capitalistes tricheurs, profiteurs et voleurs

Une enquête, réalisée par un consortium de journalistes d’investigation appartenant à 40 grands media (dont Le Monde, The Guardian, Süddeutsche Zeitung, Asahi Shimbun, la télévision publique canadienne Canadian Broadcasting Corporation) révèle que des milliards d’euros de recettes fiscales  ont disparu grâce à un système d’évasion fiscale reposant sur des accords fiscaux secrets entre le Luxembourg et plus de 300 multinationales dont des géants comme Apple, Amazon, Verizon, AIG, Heinz, Pepsi, Ikea, la Deutsche Bank, Axa, le Crédit agricole,Fiat, etc…  Ceci au détriment des Etats privés de ressources légitimes dont beaucoup auraient grand besoin par les temps qui courent et alors qu’une pression fiscale de plus en plus insupportable pèse sur les citoyens, décourageant bien souvent de petits et moyens entrepreneurs qui sont pourtant les meilleurs pourvoyeurs d’emplois.

Devant l’ampleur du scandale l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) s’est crue obligée d’intervenir auprès du Luxembourg. En vain. Celui-ci ne veut en rien renoncer à un système dont il tire profit tout autant que les tricheurs. Pierre Gramegna, le ministre des finances du Luxembourg, a eu le culot de déclarer, la main sur le cœur : « Nous devons concourir à la transparence ». Quant à Jean-Claude Juncker, le nouveau président de la Commission européenne (et ancien premier ministre du Luxembourg entre 1995 et 2013), il a déclaré qu’il « s’abstiendrait d’intervenir ». Ponce Pilate est toujours bien vivant…

P.V.

 

Pierre Vial - 8e journée Nationaliste et Identitaire

 

Casapound : par amour des leurs

 

Samain

 

SAMAIN

Quand confluent le surnaturel et l’humain

 

 

Novembre: l'occasion de remonter jusqu'à nos sources pour y re­cueillir le « boire herbe » qui nous délivrera d'une amnésie bientôt bimillénaire. Au premier novembre correspond la fête la plus importante du calen­drier celtique: SAMAIN, fête guerrière et totale, début et fin de l'année. SAMAIN, sa forte imprégnation colore singulièrement l’avatar rachitique au­quel la fête primordiale a dû céder le pas: la Toussaint.

 

Avant tout, il peut être utile de préciser brièvement certaines notions, tant l'absence de sources sûres - mais cela est en passe de chan­ger - permettait aux celtomanes de scribouiller impunément.

Ces bonnes personnes avaient une fâcheuse tendance à mettre dans le même sac des notions aussi diverses que métempsycose, métamorphose, immortalité de l'âme, réincarnation, transmigration. On peut aujourd'hui considérer sans grand risque d'erreur que les Celtes ne connaissaient pas la notion de réincarnation; que la métempsycose n'est attestée que par deux exemples seulement, tous deux relatifs à des personnages mythologiques ve­nant de l'Autre Monde; par contre, on trouve trace, dans les textes mytho­logiques, de métamorphose. Quant à la croyance en l'immortalité, elle est formellement attestée. D'où il découle toute une littérature traitant du « havre de paix » qu'est l’Autre Monde (Sid) dans la conception celtique.

Cet Autre Monde, contrairement au Walhalla des cousins germani­ques - paradis réservé aux guerriers -, est un lieu de délices et de volup­tés, exempt de toute querelle, comme de toute spéculation intellectuelle. Le Sid (qui, étymologiquement, veut dire « paix ») est un lieu de festin, pour ne pas dire d'éternelles ripailles ! N'est-il pas désigné par d'autres métaphores des plus éclairantes: « plaine du plaisir », « terre des vivants », « terre des jeunes » ... Que nous sommes loin des béatitudes séraphiques de Saint Jérôme ou de Saint Augustin !

 

Quatre fêtes essentielles, d'importance inégale, ponctuent l'année celtique. Un mot immédiatement pour remarquer que les solstices ne semblent pas avoir joui de la moindre estime parmi les Celtes, puis­que les quatre fêtes se situent, très vraisemblablement, au 1er février, 1er mai, 1er août et 1er novembre. Au 1er février, on célèbre IMBOLC, dé­tourné par la tradition judéo-chrétienne en Chandeleur, qui coïncide approximativement aux Lupercales romaines. C'est une fête de la fécondité, dédiée à Brigit/Brigh, la grande déesse du Panthéon celtique. Des quatre grandes fêtes, IMBOLC (fête de la troisième fonction) est assurément la moindre. Au 1er mai, se célèbre BELTAINE, « le feu de mai », à rapprocher de la nuit de Walpurgis chez les Germains; c'est le commencement de la saison chaude, son symbolisme est solaire. C'est la fête sacerdotale par défini­tion, le feu étant l'un des attributs des druides. Au premier mai, en Gaule, la grande assemblée des Druides se tenait, rappelons-le, dans la forêt des Carnutes. Après l'aspect religieux, l'aspect juridique de la première fonc­tion est célébré lors de LUGNASAD, ou « assemblée en l'honneur de Lug », qui tombe le 1er août. C'est la fête du roi, fête du bon gouvernement, fête de l'amitié: à Lugnasad, les guerriers venaient désarmés.

 

Enfin, au 1er novembre, SAMAIN, (en gaulois Samonios - selon le calendrier de Coligny), c'est la fête militaire et totale, qui va plus particulièrement retenir notre attention.

 

Dans la tradition celtique, comme dans la conception nordique du monde, l'année est partagée en deux saisons, une saison froide et une saison chaude, qui est aussi la saison guerrière, et que Samain vient clo­re. L'autre pôle étant bien entendu Beltaine, parfois dénommé « caise na ngenti »: la pâque des gentils. Samain, qui clôt l'année écoulée et ouvre celle à venir, jouit donc d'une position dominante et privilégiée.

En Irlandais, « wythnos » - qui désigne la semaine - se traduit par « huit nuits ». Nous retrouvons cette idée en Breton, avec « antronoz »: « au-delà de la nuit », id est: le lendemain. Ainsi la nuit engendre le jour, et la saison sombre, qui donnera naissance à la saison claire, débute donc l'année à Samain. On comprend que Samain ait été la plus importante céré­monie du calendrier et du rituel irlandais (que nous citons par préférence, puisque c'est le domaine qui nous est le mieux connu).

 

Le banquet des guerriers

 

A la date de Samain, correspondent presque tous les événements mythiques ou épiques: c'est alors que meurent les dieux et les héros, c'est alors que Cuchulainn est blessé, qu'ont lieu les batailles de la mythologie et de l'épopée. « Les événements importants s'y concentrent ».

« Dans le récit fondamental de la bataille de Mag Tured, c'est à Samain que le Dagda a, avec la Morrigan ou déesse de la guerre, un rendez-vous galant à l'occasion duquel elle lui promet de venir en aide aux Tuâtha Dé Dânann contre les Fomoire ». « Samain est aussi le moment où tout l'état-major des Tuâtha Dé Dânann se réunit pour préparer la lutte décisive con­tre les Fomoire ». « Quand le roi subit la mort rituelle, blessé à mort par l'ennemi (...) c'est toujours à Samain » etc... .

 

La fête, dont l'inauguration par le feu est réservée aux drui­des, revêt un caractère solennel. La plus importante manifestation en est le « banquet militaire et royal », qui met un terme à la saison guerrière. On y mange du porc (animal de science et de guerre, dévolu à Dagda ou à Lug), de l'andouille, des noix; on y boit du vin (denrée rare) et de la bière en abondance.

 

On trouve des éléments relatifs à Samain dans « le petit hôtel d'Allen » (cycle ossianique) : « Finn s'assit alors sur le siège du héros au centre de l'hôtel, Goll l'aimable, fils de Morna, sur l'autre siège du héros, et les nobles de leur suite de part et d'autre de chacun d'eux. Chacun s'assit après eux suivant sa noblesse et son patrimoine, à l'endroit déterminé et convenable (...) Alors les serviteurs se levèrent en vraie foule pour servir et approvisionner l'hôtel. Ils prirent des coupes à boire (...) et l'on servit des boissons fortes et fermentées, des liqueurs agré­ables et douces à ces bons guerriers. La joie grandit chez les jeunes gens, la hardiesse et l'esprit chez leurs guerriers (...) Fergus à la bouche blanche se leva, à savoir le file de Finn et de Fianna. Il chanta des chants, des lais, et de beaux poèmes sur ses ancêtres et parents (...) puis le file alla en présence de Goll et lui récita des légendes. Les fils de Morna furent joyeux et de bonne humeur à cause de ces compositions poéti­ques».

 

Rencontre des vivants et des morts

 

Fête militaire, fête communautaire, Samain a aussi un caractère « religieux ». C'est une époque-charnière, qui n'appartient ni à l'année qui s'est écoulée, ni à celle qui suit. Ainsi Samain, période close au cours de laquelle les événements échappent aux contingences du temps, est le lien/lieu intermédiaire entre le monde des humains et l’Autre-Monde, une sorte de « Bifrost temporel ». Alors « tout le surnaturel se précipite, prêt à envahir le monde humain », selon l'heureuse formule de M.L. SJOESTEDT.

Ainsi comprenons-nous mieux pourquoi l’abondance et l’ivresse sacrée, l'obligation de paix et d'amitié sont de règle au cours du « festin de Tara »: celui-ci est une image passagère de l'existence dans le Sid, la « Plaine du Plaisir » (Mag Meld) - sur laquelle règne Manannan Mac Lir - dont il n'est pas exagéré de penser que Grecs et Latins, historicisant le mythe, ont fait « Thulé » (Strabon) ou « Ogygie» (Plutarque).

 

A Samain, le Sid est partout: c'est le temps hors du temps, durant lequel les vivants peuvent intervenir dans le Sid, et les habitants du Sid dans notre vie. F. LE ROUX et C.J. GUYONVARC'H sont formels: « Les Hyperboréens de la tradition littéraire grecque ne peu­vent avoie été que des Celtes ».

 

Mais ce festin opulent qui pouvait dégénérer (cf. « Mesca Ulad » : « l'ivresse des Ulates », récit d'une équipée des Ulates après un festin et une nuit d'ivresse lors de Samain) était généralement réservé aux guer ticulièrement retenir notre attention.

Dans la tradition celtique, comme dans la conception nordique du monde, l'année est partagée en deux saisons, une saison froide et une saison chaude, qui est aussi la saison guerrière, et que Samain vient clo­re. L'autre pôle étant bien entendu Beltaine, parfois dénommé « caise na ngenti »: la pâque des gentils. Samain, qui clôt l'année écoulée et ouvre celle à venir, jouit donc d'une position dominante et privilégiée.

En Irlandais, « wythnos » - qui désigne la semaine - se traduit par « huit nuits ». Nous retrouvons cette idée en Breton, avec « antronoz »: « au-delà de la nuit », id est: le lendemain. Ainsi la nuit engendre le jour, et la saison sombre, qui donnera naissance à la saison claire, débute donc l'année à Samain. On comprend que Samain ait été la plus importante céré­monie du calendrier et du rituel irlandais (que nous citons par préférence, puisque c'est le domaine qui nous est le mieux connu).

le banquet des guerriers

A la date de Samain, correspondent presque tous les événements mythiques ou épiques: c'est alors que meurent les dieux et les héros, c'est alors que Cuchulainn est blessé, qu'ont lieu les batailles de la mythologie et de l'épopée. « Les événements importants s'y concentrent ».

 

« Dans le récit fondamental de la bataille de Mag Tured, c'est à Samain que le Dagda a, avec la Morrigan ou déesse de la guerre, un rendez-vous galant à l'occasion duquel elle lui promet de venir en aide aux Tuâtha Dé Dânann contre les Fomoire ». « Samain est aussi le moment où tout l'état-major des Tuâtha Dé Dânann se réunit pour préparer la lutte décisive con­tre les Fomoire ». « Quand le roi subit la mort rituelle, blessé à mort par l'ennemi (...) c'est toujours à Samain » etc... .

 

La fête, dont l'inauguration par le feu est réservée aux drui­des, revêt un caractère solennel. La plus importante manifestation en est le « banquet militaire et royal », qui met un terme à la saison guerrière. On y mange du porc (animal de science et de guerre, dévolu à Dagda ou à Lug), de l'andouille, des noix; on y boit du vin (denrée rare) et de la bière en abondance.

 

On trouve des éléments relatifs à Samain dans « le petit hôtel d'Allen » (cycle ossianique) : « Finn s'assit alors sur le siège du héros au centre de l'hôtel, Goll l'aimable,» fils de Morna, sur l'autre siège du héros, et les nobles de leur suite de part et d'autre de chacun d'eux. Chacun s'assit après eux suivant sa noblesse et son patrimoine, à l'endroit déterminé et convenable (...) Alors les serviteurs se levèrent en vraie foule pour servir et approvisionner l'hôtel. Ils prirent des coupes à boire (...) et l'on servit des boissons fortes et fermentées, des liqueurs agré­ables et douces à ces bons guerriers. La joie grandit chez les jeunes gens, la hardiesse et l'esprit chez leurs guerriers (...) Fergus à la bouche blanche se leva, à savoir le file de Finn et de Fianna. Il chanta des chants, des lais, et de beaux poèmes sur ses ancêtres et parents (...) puis le file alla en présence de Goll et lui récita des légendes. Les fils de Morna furent joyeux et de bonne humeur à cause de ces compositions poéti­ques ».

 

Rencontre des vivants et des morts

 

Fête militaire, fête communautaire, Samain a aussi un caractère « religieux ». C'est une époque-charnière, qui n'appartient ni à l'année qui s'est écoulée, ni à celle qui suit. Ainsi Samain, période close au cours de laquelle les événements échappent aux contingences du temps, est le lien/lieu intermédiaire entre le monde des humains et l’Autre-Monde, une sorte de « Bifrost temporel ». Alors « tout le surnaturel se précipite, prêt à envahir le monde humain », selon l'heureuse formule de M.L. SJOESTEDT. Ainsi comprenons-nous mieux pourquoi l’abondance et l’ivresse sacrée, l'obligation de paix et d'amitié sont de règle au cours du « festin de Tara »: celui-ci est une image passagère de l'existence dans le Sid, la « Plaine du Plaisir » (Mag Meld) - sur laquelle règne Manannan Mac Lir - dont il n'est pas exagéré de penser que Grecs et Latins, historicisant le mythe, ont fait « Thulé » (Strabon) ou « Ogygie » (Plutarque). A Samain, le Sid est partout: c'est le temps hors du temps, durant lequel les vivants peuvent intervenir dans le Sid, et les habitants du Sid dans notre vie. F. LE ROUX et C.J. GUYONVARC'H sont formels: « Les Hyperboréens de la tradition littéraire grecque ne peu­vent avoie été que des Celtes ».

 

Mais ce festin opulent qui pouvait dégénérer (cf. »Mesca Ulad » : « l'ivresse des Ulates », récit d'une équipée des Ulates après un festin et une nuit d'ivresse lors de Samain) était généralement réservé aux guerriers, tandis que pour le peuple (les producteurs, la 3ème fonction) se dérou­lait une grande « foire ». Fête globale, Samain donnait aussi l'occasion d'une grande assemblée légale qui lui conférait son dernier aspect: juridi­que. « Voici la raison pour laquelle on célébrait Samain: parce que les lois étaient faites là par les hommes d'Irlande ». Et malheur à celui qui osait enfreindre un engagement, un règlement passé à l'occasion de l'assemblée lé­gale, et dont l'obligation courait jusqu'à l'assemblée suivante,un an après !

 

Intermède romain

 

Nous sommes en Italie, tout près du Tibre, le 27 octobre de l'an 312. Sous le signe de la croix, Constantin défait Maxence - dont l'é­tendard porte l'emblème solaire.

Cette date symbolique marque le triomphe armé du judéo-chris­tianisme sur le paganisme/polythéisme jusqu'alors honoré, sinon pratiqué en terre d'Europe. C'est le point de départ d'une vaste et habile entreprise de récupération. Trois siècles passent, et, en 607, Boniface IV travestit l'antique Samain en Toussaint, tandis que la fête des Trépassés est rejetée au lendemain. Ce n'est plus la fête commune aux vivants et aux morts, mais celle des saints suivie de celle des défunts. On évacue les vivants.

 

Fin de l'intermède

 

Au siècle dernier pourtant, les gens du Sid revenaient parmi les vivants au premier novembre, et ceci n'est plus attesté seulement par l'Irlande, mais bien, cette fois, par la Bretagne. Il est vrai que la Breta­gne (« Ledav ») passait pour être une voie d'accès privilégiée au Sid. Il suffit de lire Anatole Le Braz: « Le soir de la Toussaint, veille de la fête des Morts, (Goël ann Anaou) les défunts viennent tous visiter les vivants ». Ce soir-là, « la maîtresse de la maison recouvre d'une nappe blanche la ta­ble de la cuisine, et, sur cette nappe, dispose du cidre, du lait caillé, des crêpes chaudes. Les préparatifs terminés, tout le monde se couche ». Vers neuf heures, « des voix lamentables s'élèvent dans la nuit »: ce sont les chanteurs de la mort qui, au nom des défunts, interpellent sûr le seuil des maisons les vivants. « Ils disent la complainte des âmes. Les morts passent toute la nuit qui précède leur fête à se chauffer et à se régaler dans leur ancienne demeure » (in « La Légende de la Mort »).

 

Le chaleureux festin est devenu bien maigre pâture ... Bonne occasion de rappeler que les Celtes, ne croyant pas au « péché », ne croyaient pas davantage au « purgatoire » qu'évoqué immanquablement ce mot tubercu­leux

 

Aujourd'hui, malgré nombre de vicissitudes, la fête de la Toussaint/Samain revêt encore, en Bretagne armoricaine, une solennité et une ampleur insignes. C'est souvent, pour les membres dispersés d'un même « clan » l'occasion de se retrouver, de se réunir, de faire retour au village natal, à fin de rendre un hommage unanime aux parents disparus, aux ancêtres ou­bliés ... mais qui nous ont légué leur sang. Ce devrait être 1' occasion d'une affirmation de continuité, d'une fidélité à la vie et à la lignée. Ce n'est plus qu'une course pour avoir le chrysanthème le plus époustouflant, la bruyère la plus exubérante! L'Eglise catholique, oubliant - la première - le sens profond d'une fête qui lui avait été imposée, renonçant aux rites qui maintinrent si longtemps son prestige, n'est plus que la complice des marchands de fleurs.

 

Cette évocation, que nous voudrions « voyage de guérison », s'a­chève. Il ne s'agit pas de se déguiser en druide ou en bas breton du XIXème siècle. Il s'agit de récupérer toute la richesse et tout le sens de cette fête du début novembre, dénaturée et affadie par tant de faux sens. A la limite, est-il si puéril que l'homme de l'avenir veuille avoir les plus profondes racines, à fin d'imaginer de nouveaux rites pour le XXIème siècle sans pour autant renier ce qui fut - ni, a contrario, recommencer les mêmes erreurs -? Nous savons nous incliner devant les morts, nous savons les vé­nérer. Mais le sens de la fête, mais le sens du sacré, c'est aux vivants de contribuer à le re-découvrir. Alors une nouvelle communauté, équilibrée, pourra germer ...

 

PATRIK DE KERISPERT

 

De très nombreuses citations sont tirées du très important ouvrage de F. LE ROUX et CJ. GUYONVARC’H : Les Druides – OGAM – 1978

 

(Lu dans le N° 1 d’ARTUS 1979)