Résistance Identitaire Européenne

ESPRIT DE LA RACE ET RACE DE L'ESPRIT

(“Spirito della razza e razza dello spirito")

 

Atlantis Rising Ahnenerbe Third Reich

 

Chaque race a sa tradition et celle-ci est d'origine sacrée. Cela signifie qu'elle représente un ensemble de principes et de normes qui s'appliquent hiérarchiquement sur tous les plans, procédant des plans les plus élevés aux plans inférieurs, de manière à embrasser tout le développement de l'activité humaine, dirigée toujours plus vers une seule vérité. Il n'y a pas de vie vraiment digne de ce nom en dehors de la Tradi­tion, comprise au sens éminent du terme et non comme celui que l'Occident, depuis la fin du Moyen Age, s'efforce d'af­firmer en obéissant à une impulsion anarchique qui le pousse dans des cercles vicieux, dont chacun constitue un domaine séparé auquel on donne le nom de philosophie, art, science, norme politique et ainsi de suite.

La lutte contre la Tradition dérive de l'insuffisance des hommes face à la compréhension des principes qui y sont affirmés, et non de l'inadéquation de ceux-ci dans la réalisa­tion de conquêtes propres à satisfaire des aspirations légi­times et des besoins naturels de l'esprit. Les vérités divines, qui constituent l'essence de la Tradition, sont simples, diffi­ciles et profondes ; elles réclament une mentalité qui sache s'élever et une sensibilité adhérant à l'effort progressif de l'esprit, lequel se hisse à des sphères de plus en plus élevées de vie transfiguratrice ou développe intégralement les possibili­tés qu'il lui a été donné d'exprimer dans le cadre de son destin.

La Tradition offre toutes les possibilités, elle est comme le tracé immense où se développe, sans se limiter ni s'épuiser, la liberté de l'homme pour le perfectionnement de sa vraie nature, qui est absolument divine dès lors qu'elle est dirigée selon la justice et la vérité. Par conséquent, la Tradition ne contraint pas mais libère, ne lie pas mais délie, n'abaisse pas mais rédime, ne réduit pas les possibilités humaines mais les renforce, les multiplie par cent en les dirigeant selon un axe de développement qui comprend des degrés de plus en plus élevés et des conquêtes de plus en plus réelles, de sphère en sphère, de dépassement en dépassement. Tel est le dynamisme traditionnel, dans sa stricte acception étymologique, et non au sens que les modernes se complaisent à affirmer, en dénatu­rant, avec une volubilité superficielle, jusqu'à la valeur des termes dont ils se servent. L'agitation, le déroulement syn­copé, l'arc brisé, l'action circonscrite — tout cela est stase, inertie, écroulement, non dynamisme, effort et dépassement, car l'effort s'épuise dans un seul domaine considéré comme un but en soi, donc fallacieux et illusoire.

La Tradition, elle, fait confluer chaque activité dans le sens du divin, rend à l'homme sa liberté, le naturalise pour ainsi dire face à Dieu, le rendant participant actif et non spectateur passif des vérités qui ne sont comprises que si elles sont vécues, intégrées, réalisées. Les modernes s'obstinent à croire que la Tradition est un tronc mort, un ensemble cristallisé, une monumentalité stérile qu'on contemple de l'extérieur avec le respect condescendant et souriant qu'on a pour le bon vieux temps, au-delà duquel commenceraient, pour eux, la vraie vie, la vraie liberté, la vraie conquête. Disons immédiatement que les choses sont ainsi dans la mesure où l'on veut qu'elles soient ainsi, et qu'un coffret plein de trésors restera une richesse stérile tant qu'on ne l'ouvrira pas pour en réaliser la valeur et la beauté ; une tradition est donc morte lorsque sont morts les hommes qui devraient la comprendre, la vivre et l'exalter, qu'ils en soient les représentants officiels ou les énonciateurs solitaires, qui sont ceux auxquels cette tâche est confiée. Il ne faut donc pas parler de la valeur d'une tradition, ce qui est absurde parce que chaque tradition est ce qu'elle doit être, destinée à une race dont elle exprime les besoins les plus profonds et à laquelle elle offre les possibili­tés les plus vastes ; on peut et l'on doit parler, au contraire, de l'infidélité d'une race à sa propre tradition, de son incom­préhension, de sa dénaturation des principes et des normes, de son abâtardissement progressif et subséquent à la révolte contre l'orientation traditionnelle.

Ce n'est pas ici le lieu de déterminer quelles sont les tradi­tions vraiment dignes de ce nom, c'est-à-dire les traditions originelles, où des principes sont contenus dans des ensei­gnements et des symboles, ces derniers étant susceptibles de très nombreux développements et applications ; mais une cer­titude s'impose avec un caractère d'évidence immédiate : chaque race doit rester fidèle à sa tradition, non en y adhé­rant extérieurement, mais en la revivant et en la vivifiant de façon à en faire une source inépuisable d'expression et de conquête. Cependant, puisque la tradition est sacrée de par sa nature et de par sa destination, il n'est pas facile pour les modernes, attirés par la tromperie du gouffre profane et cor­rupteur, de retourner d'abord au noyau des vérités tradition­nelles et, en les réalisant, d'en élargir la sphère et d'en enrichir les développements. Les modernes sont portés vers tout ce qui est extérieur, vers ce qu'ils nomment concret et qui est en réalité mort, car cela s'épuise dans la sphère humaine et ne va pas au-delà, en tant que cela est limité par l'espace et le temps. Le dynamisme traditionnel, en revanche, est intérieur, profond, sa sphère de développement est l'invisible, ce qui est humainement invisible. La tradition est donc l'esprit de la race, sacré et inaliénable ; ceux qui le comprennent, l'intè­grent et le réalisent, constitueront vraiment la Race de l'Es­prit et seront les premiers, même si le monde les destine à être humainement les derniers — ils seront les triomphateurs, les victorieux, les transfigurateurs, les puissants, les donneurs de vie ; non les stériles surhommes rêvés avec nostalgie par l'esthétisme nébuleux des modernes, mais les porteurs de lumière. Alors seulement pourra-t-on réaliser ce que Nietzs­che, ignorant le caractère sacré de la Tradition, avait exprimé dans la dernière apostille de son Zarathoustra : "Aus Betenden müssen wir Segnenden werden !" (Nous qui étions des orants, nous devons devenir des bénisseurs !), à savoir qu'aucune lumière n'est octroyée à celui qui ne la répand pas, accom­plissant ainsi le cycle qui de l'homme monte vers Dieu et de Dieu redescend vers l'homme en tant qu'achèvement et exaltation.

L'Esprit de la Race culmine dans la Race de l'Esprit. On ne peut pas comprendre la vraie valeur de certains traits somatiques ou de certaines déterminations psychiques sans avoir compris l'essence de la Tradition qui sert de base à une race donnée ; il n'est d'ailleurs pas possible de se référer à d'autres traditions sans avoir approfondi la sienne propre, en la considérant en fonction de la vie et non comme le résidu d'un passé désormais lointain. Bien savoir qui nous sommes nous permet de mieux savoir qui sont ceux que nous ne sommes pas et de quelle manière est survenu le détachement de la tradition, à laquelle ils appartiennent, de ceux qui en sont en un certain sens les fils dégénérés. En d'autres termes, on ne peut pas être vraiment dans l'esprit de la race si l'on n'appartient pas à la Race de l'Esprit, pour laquelle la vie de la race s'enracine, sous sa plus haute expression, dans la tra­dition même, dans son intégralité ascendante et descendante qui comprend la totalité active de l'homme dans tous ses développements, selon la réalité et la vérité.

La race dégénère lorsqu'elle s'éloigne de la tradition qui lui correspond et qui l'a formée, lorsqu'elle la fausse, y renonce ou s'y oppose carrément en se laissant dévier par les pseudo-valeurs de l'Occident laïque et individualiste. On dira donc qu'une race est d'autant plus jeune, d'autant plus forte et puissante que plus vif est en elle l'esprit de la Tradition, puisque dans ce cas la race est menée à la victoire, même lorsqu'à certaines périodes déterminées par des circonstances spéciales, elle rencontre des conditions extérieures particuliè­rement hostiles.

Quant au noyau de la Tradition, répétons-le, il est formé par des vérités d'ordre métaphysique, qui ne peuvent jamais être exprimées de manière adéquate, mais qui peuvent être présentées, pour ainsi dire, au moyen de symboles, à l'intui­tion réalisatrice des hommes : cela est vraiment l'essentiel, auquel on ajoutera la forme de la société traditionnelle, c'est-à-dire l'ensemble des institutions à travers lesquelles se reflète toujours le même esprit sacré. Envisagées d'un point de vue purement extérieur et non en référence constante à un ordre plus élevé qui les détermine, ces institutions n'ont qu'une valeur relative, si des considérations et des points de vue pro­fanes et utilitaires n'interviennent pas pour les soutenir. Lorsqu'on dit, par conséquent, qu'un peuple doit être fidèle à ses institutions, il faut entendre, et l'on ne peut entendre, que cela : il doit être fidèle à l'esprit de ses institutions, car cet esprit est précisément celui de la race dans l'ordre de la tradi­tion, qui fait qu'elle se distingue d'autres races appartenant à des traditions différentes. Mais il y a plus : l'accord sur les principes traditionnels constitue la vraie Race de l'Esprit, incomparable en raison de l'élévation de la sphère où elle se maintient invariablement et de la difficulté d'accès à cette sphère même pour les profanes, qui tournent bruyamment autour d'elle comme un stérile essaim de faux-bourdons autour de l'alvéole dorée. Les caractéristiques somatiques, les réactions psychiques constituent la race en fonction de l'es­prit traditionnel, sans lequel il n'existe ni communion d'es­prits ni esprit de race, mais des hommes nés à peu près sous le même climat et dans la même région, quasiment comme des objets fabriqués dans le même bois mais totalement diffé­rents par la forme, la destination et l'usage. La prééminence d'une race sur une autre est due à son adhésion plus stricte à l'esprit traditionnel, au rajeunissement pérenne qu'il opère dans le cadre de ses vérités spirituelles, avec une application hiérarchiquement distribuée sur tous les plans, y compris le plan biologique et physique, de manière à réaliser l'unité véri­table, l'unité intérieure, substantielle, incomparable et triom­phant toujours sur toutes les contingences extérieures.

L'universalité romaine est l'indice de la puissance de l'es­prit traditionnel qui a marqué d'un sceau commun des peu­ples différents, opérant une véritable rédemption par ses symboles, qui parleront aux multitudes ou aux solitaires, mais qui parleront toujours, tant qu'existeront Rome et sa fonction sacrée, dans le langage muet, dans l'idiome sacré qui n'est compris que de la Race de l'Esprit, de ceux qui, du haut du Septimontium, aperçoivent perpétuellement le vol circulaire des douze vautours sur le tracé idéal de la cité carrée, pour y allumer le feu de Vesta, d'où s'élève l'ombre immense de l'universalité rayonnante, la Croix. Et une lumière nouvelle peut soudainement resplendir sur les lamentables ruines du monde occidental, pourvu qu'après la dissipation de l'igno­rance que tant de siècles de vie et de culture profanes ont accumulée sur la pureté originelle de notre tradition culmi­nant au zénith dans l'Œnotria tellus, Rome retrouve sa fonc­tion spirituelle, redevenant ainsi la ville sainte qui distribue aux peuples les trésors cachés de sa guerre et de sa paix.

Ardue est l'entreprise dans cette Europe agitée et boule­versée par des erreurs érigées en normes de vie et de pensée ; mais nous estimons que ceux qui connaissent le secret de là puissance de Rome doivent la tenter, en levant de nouveau, au-dessus des masses entraînées par des forces irrationnelles, les signes de la puissance, de la justice et de la gloire authen­tiques que seule Rome a proposés, pour la reconstruction de l'Occident, à la connaissance, à l'amour et à la hardiesse de la Race de l'Esprit.

Sources : Extrait de l’Instant et l’Eternité de Guido de Giorgio - Ed. Archè Milano, 1987 (P139-145)

 

le gallou 588x299

Imprimer

Cavaillon : un marocain interpellé sans attestation, il crache sur la police et prend 8 mois de prison ferme

Parce qu'il circulait à vélo sans éclairage, ce Cavaillonnais de 22 ans, de nationalité marocaine, a été interpellé par la police nationale dimanche soir vers 21h45 au niveau de l'avenue Gabriel Péri. L'affaire aurait pu se résumer à un simple PV si le contrevenant n'ayant pas sur lui son attestation dérogatoire de déplacement, et mécontent d'avoir été contrôlé, n'avait pas craché sur les forces de l'ordre.

Présenté à un magistrat, hier, il a été jugé pour ces faits de rébellion et de violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique, et condamné à 12 mois de prison, dont 8 ferme. Il a été écroué à la maison d'arrêt du Pontet à l'issue de son audition.

Imprimer

Londres refuse de publier son enquête sur les caractéristiques ethniques des gangs de violeurs

Estimant que les informations pourraient être «trompeuses si elles étaient rendues publiques et utilisées hors contexte», le gouvernement a britannique a refusé de publier, pour le moment, les résultats de son enquête sur des gangs de violeurs. En juillet 2018, face aux scandales à répétition d'abus sexuels sur mineurs qui sont le fait de gangs qui sévissent depuis des années dans plusieurs villes britanniques, le ministre de l'Intérieur du royaume Sajid Javid avait ordonné l'ouverture d'une enquête. Son but : définir les «caractéristiques distinctives» des auteurs afin de comprendre pourquoi les hommes reconnus coupables de ces crimes sexuels étaient «disproportionnellement d'origine pakistanaise» et s'il y avait des «raisons culturelles» à cela.

Ne souhaitant pas laisser les «sensibilités culturelles ou politiques» entraver la résolution d'un problème qui ne cesse de prendre de l'ampleur – près de 19 000 victimes mineures ont été répertoriées sur la seule année 2018-2019 selon les données officielles – Sajid Javid n'avait donc pas hésité à mettre les pieds dans le plat d'un sujet particulièrement sensible Outre-manche. Mais depuis, le ministre a changé de poste, passant aux ministère des Finances dont il vient de démissionner, et le gouvernement n'a fait aucune annonce quant à cette enquête. Devant ce manque de communication, le journal The Independent, a déclenché une démarche légale pour contraindre le ministère de l'Intérieur à informer le public de l'état de ses recherches.

«Pas dans l'intérêt public de divulguer des informations spécifiques» La réponse à de quoi surprendre : dans un courrier adressé au média, le ministère a expliqué avoir terminé son enquête, mais a estimé qu'il n'était pas légalement tenu de la publier avant d'avoir établi une politique gouvernementale sur le sujet. «L'un des principaux objectifs de l'exemption est de protéger un "espace sûr", nécessaire aux ministres et aux fonctionnaires pour envisager des options politiques en privé, sans risque de divulgation prématurée», est-il ainsi écrit dans le courrier. «De plus, les informations pourraient être trompeuses si elles étaient rendues publiques et utilisées hors contexte», est-il encore ajouté, précisant que les documents contenaient également des informations «sensibles sur le plan opérationnel» et pourraient de ce fait compromettre les enquêtes en cours. «Nous reconnaissons que ce sujet [...] est une question majeure d'intérêt public, mais cela ne signifie pas forcément qu'il est dans l'intérêt public de divulguer des informations spécifiques le concernant», conclut la missive.

RT France 26 févr. 2020

Imprimer

L’émir de Dubaï a fait enlever deux de ses filles et menacé une épouse

Selon la justice britannique, l’émir de Dubaï a mené une "campagne d’intimidation" envers l’une de ses épouses

L’émir de Dubaï a commandité l’enlèvement de deux de ses filles et mené une "campagne d’intimidation" envers l’une de ses épouses, la princesse Haya de Jordanie, la contraignant à fuir à l’étranger, a statué jeudi la justice britannique.

Ces conclusions d’un juge londonien ont été rendues à l’issue d’une bataille judiciaire entre Mohammed ben Rached al-Maktoum, 70 ans, qui est également chef du gouvernement des Emirats arabes unis, et la princesse Haya, 45 ans, autour de leurs deux enfants dont il a demandé le retour.

Cette dernière, devenue en 2004 la sixième épouse du souverain émirati de 70 ans, a créé la sensation l’été dernier en fuyant à Londres, emmenant leurs deux enfants désormais âgés de 8 et 12 ans.

Elle a lancé une procédure inédite contre son époux, qui a selon elle divorcé en secret début 2019. Elle y demande au juge aux Affaires familiales de la Haute Cour de justice de Londres à bénéficier d’une mesure de protection contre un mariage forcé qui pourrait concerner un des enfants du couple. Elle a aussi demandé une mesure de protection contre des brutalités et réclamé la garde de ses enfants. 

"Qu’un côté de l’affaire"

Cheikh Mohammed ben Rached al-Maktoum réclame, de son côté, le retour de ses enfants aux Emirats.

Dans des conclusions sur certains points de procédures, le juge estime que l’émir "a agi, à partir de fin 2018, d’une manière visant à intimider et effrayer" la princesse.

Dans cette procédure, la princesse Haya demandait à la justice de se prononcer notamment sur le sort de deux filles, Shamsa et Latifa, que l’émir a eues avec une autre épouse.

Selon le juge, Cheikh Mohammed ben Rached al-Maktoum "a commandité et orchestré" l’enlèvement de ces dernières.

Dans un communiqué, l’émir a dénoncé un jugement qui "inévitablement ne relate qu’un côté de l’affaire" et "ne protège pas (ses) enfants de l’attention des médias", appelant au respect de la vie privée de sa famille.

Imprimer

Non-respect du confinement dans certaines banlieues : Ndiaye «voit bien le relent» raciste «qui va arriver»

La porte-parole du gouvernement a par ailleurs assuré qu'il n'y avait «pas de moindre respect dans certains endroits que dans certains autres» en France des mesures de lutte contre le coronavirus.

«Je préfère mettre le holà tout de suite», a prévenu Sibeth Ndiaye ce vendredi matin sur RMC/BFMTV. La porte-parole du gouvernement a fustigé les propos de certains commentateurs face à la difficulté des forces de l'ordre à faire respecter le confinement dans certaines zones sensibles. «Evidemment, c'est vrai que dans certains quartiers, il n'y a pas de respect des règles», a-t-elle reconnu. «Mais attention, je ne veux pas qu'on commence à dire que c'est parce que ce sont des banlieues, avec des populations de telle ou telle origine, que les gens ne respectent pas les règles», a-t-elle martelé.

«Je vois bien à quoi ça peut vite mener»

Sibeth Ndiaye craint que du racisme se cache derrière ces indignations. «Je vois bien le relent qui va très, très vite arriver. J'entends les dérapages de certains. Je vois bien à quoi cela peut vite mener», a-t-elle affirmé. La secrétaire d'État a par ailleurs assuré qu'il n'y avait «pas de moindre respect dans certains endroits que dans certains autres, en fonction de la catégorie sociale ou de l'origine de nos compatriotes».

Pour preuve, Sibeth Ndiaye a tenu à rappeler que beaucoup de monde était présent sur les quais et dans les parcs au cœur de Paris le week-end dernier, «alors qu'on venait de commencer à expliquer aux gens les restrictions de sortie»«Donc, partout, on a la même attitude. On explique pourquoi on ne peut pas sortir. On sait que c'est difficile», a-t-elle rappelé. Elle a notamment évoqué son expérience personnelle. «Moi j'ai trois enfants à la maison, mon mari fait le confinement et ce n'est pas facile. Pourtant, c'est un appartement qui est plutôt confortable», a raconté la porte-parole.

Sans le dire, Sibeth Ndiaye a prévenu qu'il faudrait s'habituer à cette situation. «Il est assez probable que nous soyons obligés de prolonger le confinement», a-t-elle expliqué, sans donner pour l'instant davantage de détails.

Le Figaro du 20/03/2020

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites