ACCUEIL

Derniers articles

Terre et Peuple - Résistance Identitaire Européenne

2014 - XIXeme Table Ronde de Terre et Peuple

La Table Ronde de TERRE ET PEUPLE est chaque année le principal rendez-vous des résistants identitaires, ces « rebelles » guidés par la mémoire de Dominique Venner pour mener le combat de survie de nos peuples européens.

Venez nous rejoindre à ce rassemblement de fraternité militante, ouvert aux sympathisants du mouvement.


XIXe Table Ronde

 

Terre_et_Peuple_2014

 

Flyer_TP_tableronde_2014_copier


 

En vadrouille sur les crêtes du Sancy

C'est par un dimanche au temps indécis que toute la bannière a pris la route afin de se retrouver à Super Besse. Arrivé sur place, tout le monde se réunit autour d'un café afin de prendre des nouvelles depuis la dernière et préparer le parcours.
Une fois prêt, nous commençons l’ascension. Le temps est pour le moment clément et nous pouvons profiter des paysages, avec un bon vent qui nous maintient en éveil. Comme à notre habitude, échanges et débats ponctuent l'effort, sur les sujets les plus variés.


Au bout d'un certain temps, nous redescendons sur la vallée de Chaudefour, un bon souvenir dans nos mémoires grâce à notre randonnée de mars dernier (compte-rendu ici). La neige n'est pas au rendez-vous cette fois mais la pluie, elle, vient de rejoindre la partie. Nous nous abritons sous les arbres afin de casser la croute tous ensemble dans une ambiance chaleureuse, qui compense les conditions météo assez... froides et humides.

La vallée de Chaudefour
Viens alors le moment de notre hommage aux Dieux... Puis nous nous dirigeons vers la sortie de la vallée. Nous repassons par la source ferrugineuse trouvée lors du mois de mars, afin de remplir nos gourdes.

Sur le lieu de la cérémonie
De retour à Super Besse, nous nous séparons assez rapidement car la journée est bien avancée et beaucoup doivent préparer la semaine qui arrive. Mais ce moment passé ensemble, dans une ambiance communautaire et chaleureuse, nous a suffisamment requinqué pour affronter le retour au monde moderne le cœur serein. Et si les Dieux le permettent, nous nous retrouverons dans un mois, dans un autre lieu du riche patrimoine de notre terre d'Auvergne. Peut-être cette fois ci serez-vous des nôtres. Si cela est votre souhait, une seule adresse :
  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

La résistance identitaire européenne vous appelle !

La résistance identitaire européenne vous appelle à vous engager et à servir !


" Si un homme n'est pas prêt à affronter un risque quelconque pour ses opinions,

ou bien ses opinions ne valent rien, ou bien c'est lui qui ne vaut rien"

Ezra Pound

 

 

pound_arditi_leone

 

Les USA ont financé et armé DAESH.

Voilà pourquoi un otage Français a été assassiné ! Voilà pourquoi les attentats vont fleurir en France...

 

Par ce que la France et ses alliés de l'OTAN et du Golfe, ont créé le monstre qui leur échappe aujourd'hui. La France doit sortir de l’OTAN !

Hollande est responsable de ce qui arrive et doit démissionner.

La France doit sortir de ses alliances hasardeuses, qui mettent le feu au Moyen orient pour des intérêts extérieurs plus que brumeux... A qui profite le crime ?

 

 

rand_paul_face_3_sur_3

 

 

us_terrorismo

 

 

la_clqiue_des_larbins

 

baballe

 


Rand Paul: US arming ISIS terrorists

ISIS Takfiri Militants, AFP Photo

ISIS Takfiri Militants, AFP Photo
Sun Jun 22, 2014 6:23PM

Senator Rand Paul said the US government has been arming ISIS militants in Syria and funding its allies.

US Republican Senator Rand Paul has accused the US government of arming the terrorist group Islamic State in Iraq and the Levant (ISIS).

Paul has told NBC News’s ‘Meet the Press’ that the US government has been funding ISIS's allies and supporting the terrorist group in Syria.

“They're emboldened because we've been supporting them … It could be Assad [could have] wiped these people out months ago,” the Kentucky senator said.

“I personally believe that this group would not be in Iraq and would not be as powerful had we not been supplying their allies in the war.”

Rand said that Saudi Arabia and Qatar, two major Persian Gulf allies of the US, have been funding the terrorist group.

“We should prevent [ISIS] from exporting terror but I'm not so sure where the clear-cut American interest is,” Paul added.

Earlier this week, an independent news website, WND, reported that ISIS members have been trained by the CIA at a secret base in Jordan in 2012 to fight the Syrian government.

There were also reports by the Reuters and the British newspaper and, The Guardian, that the US, Britain and France provided training to Syrian insurgents.

Meanwhile, Turkey’s main opposition Republican People's Party (CHP) accused the ruling Justice and Development Party (AKP) that the government provided logistical, military, and medical support to ISIS militants fighting the Syrian regime. 

CHP Deputy Chairman Muharrem Ince revealed that an ISIS commander, Abu Muhammad, had received medical treatment at the Hatay State Hospital on April 16, 2014.

“The date is April 16, 2014. This is the Hatay State Hospital. This is one of the ISIL commanders. His name is known. I call the Health Ministry to respond to this and call on it to release the patient records at the hospital on this date,” Ince told reports.

Another top-ranking opposition party official, Ihsan Ozkes who is CPH Istanbul deputy charged that al-Qaeda affiliated al-Nusra Front militants have received medical treatment at guesthouses run by Turkey's Religious Affairs Directorate (DIB) in Turkey under the supervision of the National Intelligence Organization (MIT). 

DDB/DDB

 


http://www.presstv.ir/detail/2014/06/22/368155/rand-paul-us-arming-isis-terrorists/

 

 

 

Ou passent nos cotisations csg et rds... ?

Prestations familiales pour les enfants nés à l'étranger entrés en France hors du cadre du regroupement familial

14e législature

Question écrite n° 08829 de M. Jean-Paul Fournier (Gard - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 24/10/2013 - page 3054

M. Jean-Paul Fournier attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les deux arrêts du 5 avril 2013 de la Cour de cassation prenant appui sur deux actes européens entre l'Union européenne d'une part, et la Turquie et l'Algérie d'autre part, ayant pour effet de ne plus conditionner le versement des allocations familiales aux enfants nés à l'étranger à la régularité de l'entrée sur le territoire national notamment au titre du regroupement familial. Ainsi donc, l'accès aux prestations de la branche famille de la sécurité sociale serait ouvert au titre des enfants entrés irrégulièrement en France dont en particulier ceux qui pourraient être issus de la situation polygame du chef de famille incompatible avec la procédure de regroupement familial. Alors que le Gouvernement a choisi de baisser le plafond du quotient familial pour tous nos concitoyens et ceux qui résident régulièrement sur notre sol, il lui demande ce qu'elle entend faire pour limiter l'impact symbolique et financier de cette décision de justice.



Réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 05/12/2013 - page 3496

Conformément aux dispositions de l'article L. 512-2 du code de la sécurité sociale, le droit aux prestations familiales est ouvert aux ressortissants étrangers si ces derniers sont en séjour régulier sur le territoire français. Le droit aux prestations familiales prend alors effet à compter de la délivrance du titre de séjour pour le demandeur et de divers justificatifs pour ses enfants à charge, attestant la régularité de leur entrée et de leur séjour sur le territoire français. Le regroupement familial étant la procédure de droit commun pour l'entrée régulière en France des mineurs étrangers, le certificat médical délivré par l'office français de l'immigration et de l'intégration à l'issue de cette procédure prévu par les textes réglementaires constitue, de fait, le justificatif principal demandé par les caisses pour ouvrir le droit aux prestations. Par deux arrêts pris en assemblée plénière le 5 avril 2013, la Cour de cassation a confirmé sa jurisprudence du 3 juin 2011, à savoir la conformité de ces dispositions du code de la sécurité sociale à la convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales et à la convention internationale des droits de l'enfant. En revanche, la cour de cassation a déclaré incompatibles avec les accords d'association signés entre l'union européenne et la Turquie d'une part, l'Algérie, d'autre part, ces mêmes dispositions relatives au versement des prestations familiales pour les migrants de ces États, titulaires d'un titre de séjour régulier, en ce qu'elles soumettent le bénéfice des prestations familiales, pour leurs enfants nés à l'étranger, à la production d'un document attestant d'une entrée régulière des enfants en France et, en particulier, pour les enfants entrés au titre du regroupement familial, du certificat médical délivré par l'office français de l'intégration et de l'immigration. En effet, ces dispositions instituent une discrimination directement fondée sur la nationalité, interdite par les accords d'association signés entre l'union européenne et les États méditerranéens et qui sont d'effet direct. Il en résulte que ce principe de non-discrimination en matière de sécurité sociale, issu des accords d'association, a vocation à bénéficier au travailleur non-ressortissant d'un État membre à la seule condition qu'il réside ou travaille légalement sur le territoire de cet État membre, et aux membres de sa famille qui résident avec lui. L'estimation du nombre de personnes concernées par cet assouplissement des règles d'octroi des prestations familiales s'avère difficile à réaliser dès lors que les organismes débiteurs de prestations familiales ne disposent pas du nombre de refus motivés par les dispositions en cause et que, en outre, ces refus ne donnent pas lieu systématiquement à un recours.

 

http://www.senat.fr/questions/base/2013/qSEQ131008829.html

 

 

LA GUERRE A COMMENCE !

L’islamisme vient de déclarer une guerre sans merci aux croisés de l’Occident : « Tuez les mécréants partout où vous le pourrez, notamment les « sales et méchants Français ».Nous voici avertis. Le Quai d’Orsay vient de publier une liste de trente pays où les Français ne sont plus en sécurité : la totalité du Sahel, du Maghreb, du Mashrek et du Moyen-Orient : adieu soleil de Djerba et pyramides d’Egypte ! La décapitation d’Eric Gourdel n’est qu’un avertissement.


Mais les Français ne sont pas non plus en sûreté chez eux, dans leur pays qui compte maintenant au moins sept millions de musulmans (plus de trente en Europe) et où reviendront bientôt quelques milliers de fous de Dieu, dont quelques centaines de fauves lâchés dans nos rues. Et où « l’islam de France », représenté par les faux-culs que sont Dalil Boubakeur, le recteur de la mosquée de Paris, Hassen Chalghoumi, l’imam de la mosquée de Drancy, et le leader des Frères musulmans, Tariq Ramadan, n’est qu’une pilule destinée à nous endormir. Ne nous voilons pas la face : l’immense majorité des musulmans de France soutient tacitement les actions des islamistes (où sont leurs grandes manifestations de réprobation ?). Comme pendant la guerre d’Algérie, ils ne tarderont pas à hurler avec les loups, par solidarité ethnico-religieuse.


Quel gâchis ! Voici le prix à payer pour une politique occidentale calamiteuse à l’égard du monde arabo-musulman depuis un siècle. Tout remonte aux manigances judéo-américaines qui ont abouti à la déclaration Balfour de 1915 et à la promesse de la création d’un foyer juif en Palestine. Depuis 1948, les élites par judéophilie et les masses par arabophobie ont soutenu, en toutes circonstances, l’action criminelle d’Israël et de son allié anglo-saxon : nettoyage ethnique des Palestiniens en 1948, opération de Suez en 1956, guerre des Six Jours en 1967, guerre du Kippour en 1973, destruction du Liban à de multiples reprises, invasion de l’Irak en 1991, élimination de Saddam Hussein en 2003, puis de Kadhafi en 2011, manigances contre Bachar el-Assad, blocus inhumain de Gaza…


Les Occidentaux ont détruit l’Irak, la Libye, le Soudan, la Somalie, le Yémen, la Syrie et l’Afghanistan. Ils ont dressé les sunnites contre les chiites, fabriqué les talibans, fermé les yeux sur les agissements de leurs « amis » saoudiens, qataris et turcs qui finançaient et armaient les égorgeurs. A cette désastreuse politique d’intrusion dans le monde musulman, ils ont ajouté un crime encore plus grand : l’introduction en Europe par l’immigration « librement consentie » de dizaines de millions de croyants en Allah, véritable cinquième colonne de la reconquête islamique. Ce sont les Occidentaux qui ont rallumé cette « guerre des mille ans ».


L’incendie se propage partout, dans le Sud du Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Libye, en Egypte, au Mali, au Niger, au Nigeria, en Centrafrique, au Soudan, en Somalie, au Yémen, en Irak, en Syrie, au Liban, en Afghanistan, au Pakistan… Les pompiers pyromanes ne savent plus où donner de la tête.


Les nôtres minaudent encore, tenant des discours aussi mensongers qu’incohérents, comme Hollande ou Lévy : « Si on avait bombardé Bachar al-Assad, il y a un an, ce ne serait pas arrivé… ». Sans parler de Fabius qui ne veut pas parler d’Etat islamique, mais de Daesh, pour ne pas froisser nos musulmans à nous. Pauvres imbéciles ! Les Américains, plus pragmatiques, ont compris ; comme disait Bush : « Qui n’est pas avec nous est contre nous » C’est avec l’accord secret de Bachar al-Assad qu’ils bombardent l’EI en Syrie. Ils ont aussi placé devant leurs responsabilités les Saoudiens et les Qataris, dépassés par le Golem qu’ils ont créé.


Mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir : la réconciliation avec l’Iran et avec la Russie, par exemple, deux partenaires indispensables dans cette guerre impitoyable. Le prix à payer sera probablement le nucléaire militaire pour le premier et l’Ukraine pour le second. Car les Occidentaux doivent cesser de se mentir. Notre ennemi, ce n’est pas la Syrie de Bachar al-Assad, la Russie de Poutine ou l’Iran des mollahs, comme ne l’étaient ni la Libye de Kadhafi ou l’Irak de Saddam Hussein ; aucun d’entre eux ne voulait ou ne veut nous faire la guerre. Notre ennemi, ce sont les sunnites fanatiques qui veulent la mort des infidèles que nous sommes, les salafistes, les wahabbites et les Frères musulmans soutenus par l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie. Voici nos vrais ennemis !


Mettons-nous quelques instants dans la peau des djihadistes. Une action même pas coordonnée mais simultanée, visant la France par l’exécution d’une trentaine d’otages à travers le monde et l’explosion de quelques bombes bien meurtrières dans les grandes métropoles du pays, aurait raison de la République. Voici ce à quoi nous sommes arrivés par le biais d’une politique uniquement motivée par le soutien à Israël et l’accaparement de la manne pétrolière : un gigantesque bordel nous attend, y compris chez nous, contre lequel nos bombes atomiques et nos porte-avions ne servent à rien.


Alain CAGNAT
 

Nouveau chantage à l'emploi du MEDEF !


Après les 35 Millliards offerts par Hollande au MEDEF en contrepartie d'un premier  million d'emplois crées que l'on attend toujours,

Qui venaient après les 20 Milliards du CICE qui n'ont fait (là encore) que renforcer les marges des entreprises

Voici le nouveau chantage de GATTAZ pour créer encore (un pseudo million d'emplois) : Création d'un «sous-smic» pour les publics en difficulté, suppression de deux jours fériés, ouverture des magasins le soir et le dimanche

En contrepartie de ces nouvelles concessions que promet GATTAZ aux neuneus Hollande et Valls ?

Un autre million d'emplois bien sûr !!!

Cela a assez duré, le MEDEF a une lourde responsabilité dans ce qui arrive aux salariés et aux contribuables de ce pays !

 

Roberto Fiorini

 

 

pins_1_millions

 

 

putch_banksters

 

Journée Nationale et Identitaire

 

 

vial_12_10_2014_sn

 

LA FAUTE DES ECOSSAIS

 

Les Ecossais ont commis une faute. Ils ont laissé passer le train de l’indépendance. Celui-ci n’est sans doute pas près de repasser, pas avant une génération. C’est dommage.

 

Les Ecossais avaient pourtant là l’occasion de mettre fin à mille ans de soumission aux Anglais. Ils avaient l’occasion de venger William Wallace, de terminer l’œuvre entamée par Robert Bruce et de laver les horreurs de Cromwell. Ils ont choisi de rester des sous-Anglais.

 

Les Ecossais ont préféré écouter les sirènes des unionistes. Ceux-ci ont joué à fond la carte de la peur et cela a marché. Il paraît que l’Ecosse ne pouvait être un Etat viable. Que dire alors de la Slovénie, de la Tchéquie ou de la Slovaquie, alors que celles-ci ne disposent pas de la manne pétrolière ?

 

Les Ecossais auraient dû se méfier : qui étaient les partisans du non ? Les banquiers de la City et les patrons des multinationales ; les politiciens de Londres, travaillistes, conservateurs et libéraux s’embrassant ridiculement comme des folles ; les eurocrates de Bruxelles affolés à l’idée que leur Union européenne qui préfère les immigrés allogènes aux peuples d’Europe puisse éclater ; et même le locataire de la Maison Blanche (de quoi je me mêle ? qu’il s’occupe de ses blacks et de ses chicanos avant de s’occuper de nos affaires !). Sans parler de ces affreux Orangistes qui ont eu l’impudence de procéder à un défilé lourd de menace et d’intimidation, dimanche à Edimbourg : les Ecossais auraient dû demander à leurs cousins irlandais ce qu’ils pensent de ces salopards.

 

Les Ecossais croient y avoir au moins gagné en autonomie. Mais on connaît la perfide Albion : les « maudits godons » étaient prêts à se prostituer pour sauver le Royaume Uni. Et les promesses n’engagent que ceux qui y croient… Il y a du cocu dans l’air.

 

Les Ecossais ont joué contre les patries charnelles d’Europe. S’ils avaient dit oui à l’indépendance, ils seraient devenus un formidable exemple pour les Catalans, les Basques, les Corses, les Bretons, les Flamands, les Alsaciens… Leur victoire aurait signifié le retour en force des peuples d’Europe sur le devant de la scène et la fin prochaine de cette Union européenne qui n’est qu’une machine à imposer le Nouvel Ordre mondial.

 

Les Ecossais ont perdu une bataille. Une autre se profile déjà à l’horizon : le 19 novembre, les Catalans d’Espagne décideront de leur sort. Et là, le rapport de forces sera différent. Il se peut fort qu’à l’aube du lendemain les Ecossais se mordent les doigts d’avoir laissé passer le train de l’indépendance.

 

Alain CAGNAT

 

Le socialisme identitaire face au Capitalisme

mas_conf-11-10