Résistance Identitaire Européenne

La fille d'Egtved

OIP

 

La momie de la « fille d'Egtved », baptisée du nom du village de la péninsule danoise du Jutland, où elle a été découverte en 1921, offre un aperçu de la vie quotidienne des habitants d'Europe du Nord aux alentours de 1370 avant J.-C. à l'âge de bronze. Les restes (ongles, dents et longs cheveux) ont été passés au crible des technologies modernes. L'état de conservation de ses vêtements ainsi que de bijoux en bronze est remarquable et donne des éléments précieux aux chercheurs.

 

 

Imprimer

Lire Carl Schmitt pour affronter le 21ème siècle

1

 

Depuis des décennies, les spécialistes des relations internationales confondent le terme « Nouvel ordre mondial » avec les sphères sociales, politiques ou économiques. Aujourd'hui encore, peu d'entre eux confondent ce terme avec l'ère de l'information, Internet, l'universalisme, la mondialisation et l'impérialisme américain. Contrairement à la catégorisation complexe du Nouvel Ordre Mondial, le concept de l'Ancien Ordre Mondial était un phénomène purement juridique. Cependant, du point de vue de la modernité, le terme de Nouvel Ordre Mondial est un phénomène purement idéologique et politique, qui incarne diverses manifestations telles que la démocratie libérale, le capitalisme financier et l'impérialisme technologique.

Dans son ouvrage principal La notion du politique, Carl Schmitt émet une critique sévère à l'encontre de l'idéologie libérale et lui préfère le décisionnisme compétitif. C'est pourquoi, selon les critiques de Schmitt, l'ensemble du texte de la Notion du politique est rempli de connotations autoritaires. Néanmoins, on ne peut nier que c'est la philosophie politique radicale de Carl Schmitt qui a ouvert la voie à la révolution conservatrice en Europe. Aujourd'hui encore, ses écrits sont considérés comme l'une des principales contributions du 20ème siècle à la philosophie politique.

Dans ses œuvres majeures telles que Le Nomos de la terre, Parlementarisme et démocratie, La notion du politique et La dictature, Carl Schmitt utilise fréquemment des termes simples tels que « actuel », « concret », « réel » et « spécifique » pour exprimer ses idées politiques. Cependant, il avance la plupart des idées politiques fondamentales en utilisant le cadre métaphysique. Par exemple, dans le domaine politique au sens large, Carl Schmitt a anticipé la dimension existentielle de la « politique actuelle » dans le monde d'aujourd'hui.

 

notion po

 

Au contraire, dans son célèbre ouvrage La Notion du politique, les lecteurs sont confrontés à l'interaction entre les aspects abstraits et idéaux et les aspects concrets et réels de la politique. La compréhension des distinctions discursives de Schmitt est peut-être nécessaire lorsqu'il s'agit de déconstruire le discours intellectuel promu par les libéraux. Cependant, il faut garder à l'esprit que pour Schmitt, le concept de politique ne se réfère pas nécessairement à un sujet concret tel que l'« État » ou la « souveraineté ». À cet égard, son concept du politique fait simplement référence à la dialectique ou à la distinction ami-ennemi. Pour être plus précis, la catégorisation du terme « politique » définit le degré d'intensité d'une association et d'une dissociation.

En outre, la fameuse dialectique ami-ennemi est également le thème central de son célèbre ouvrage La Notion du politique. De même, la fameuse distinction ami-ennemi dans le célèbre ouvrage de Schmitt a une signification à la fois concrète et existentielle. Ici, le mot « ennemi » fait référence à la lutte contre la « totalité humaine », qui dépend des circonstances. À cet égard, tout au long de son œuvre, l'un des principaux centres d'intérêt de Carl Schmitt a été le sujet de la « politique réelle ». Selon Schmitt, l'ami, l'ennemi et la bataille ont une signification réelle. C'est pourquoi, tout au long de son œuvre, Carl Schmitt est resté très préoccupé par la théorie de l'État et de la souveraineté. Comme l'écrit Schmitt :

« Je ne dis pas la théorie générale de l'État ; car la catégorie, la théorie générale de l'État... est une préoccupation typique du 19ème siècle libéral. Cette catégorie découle de l'effort normatif visant à dissoudre l'État concret et le Volk concret dans des généralités (éducation générale, théorie générale du droit, et enfin théorie générale de la connaissance ; et de cette manière à détruire leur ordre politique » [1].

En effet, pour Schmitt, la vraie politique se termine toujours en bataille, comme il le dit, « La normale ne prouve rien, mais l'exception prouve tout ». Ici, Schmitt utilise le concept d'« exceptionnalité » pour surmonter le pragmatisme du libéralisme. Bien que, dans ses écrits ultérieurs, Carl Schmitt ait tenté de dissocier le concept de « politique » des sphères de contrôle et de limitation, il a délibérément échoué. L'une des principales raisons pour lesquelles Schmitt a isolé le concept de politique est qu'il voulait limiter la catégorisation de la distinction ami-ennemi. Un autre objectif majeur de Schmitt était de purifier le concept de « Politique » en le dissociant de la dualité sujet-objet. Selon Schmitt, le concept du politique n'est pas un sujet et n'a aucune limite. C'est peut-être la raison pour laquelle Schmitt préconisait de regarder au-delà de la conception et de la définition ordinaires de la politique dans les manuels scolaires.

Pour Schmitt, c'est le libéralisme qui a introduit la conception absolutiste de la politique en détruisant sa signification réelle. À cet égard, il a développé son idée même du « Politique » sur fond de « totalité humaine » (Gesamtheit von Menschen). L'Europe d'aujourd'hui devrait se souvenir de l'année révolutionnaire sanglante de 1848, car la soi-disant prospérité économique, le progrès technologique et le positivisme sûr de soi du siècle dernier se sont conjugués pour produire une longue et profonde amnésie. Néanmoins, on ne peut nier que les événements révolutionnaires de 1848 ont suscité une anxiété et une peur profondes chez les Européens ordinaires. Par exemple, la célèbre phrase de l'année 1848 se lit comme suit :

« C'est pourquoi la peur s'empare du génie à un moment différent de celui des gens normaux. Ces derniers reconnaissent le danger au moment du danger ; jusque-là, ils ne sont pas en sécurité, et si le danger est passé, alors ils sont en sécurité. Le génie est le plus fort précisément au moment du danger ».

 

libera

 

Malheureusement, c'est la situation intellectuelle difficile de la scène européenne en 1848 qui a provoqué une anxiété et une détresse révolutionnaires chez les Européens ordinaires. Aujourd'hui, les Européens ordinaires sont confrontés à des situations similaires dans les sphères sociale, politique et idéologique. L'anxiété croissante de la conscience publique européenne ne peut être appréhendée sans tenir compte de la critique de la démocratie libérale par Carl Schmitt. Il y a un siècle et demi, en adoptant la démocratie libérale sous les auspices du capitalisme de marché, les Européens ont joué un rôle central dans l'autodestruction de l'esprit européen.

Le vicieux élan technologique du capitalisme libéral a conduit la civilisation européenne vers le centralisme de connivence, l'industrialisme, la mécanisation, et surtout la singularité. Aujourd'hui, le capitalisme néolibéral a transformé le monde en une usine mécanisée à la gloire du consommateur, dans laquelle l'humanité apparaît comme le sous-produit de sa propre création artificielle. La mécanisation déstructurée de l'humanité au cours du siècle dernier a amené la civilisation humaine à un carrefour technologique. Ainsi, le dynamisme technologique du capitalisme démocratique libéral représente une menace énorme pour l'identité civilisationnelle humaine.

Shahzada Rahim

Note:

(1) Wolin, Richard, Carl Schmitt, Political Existentialism, and the Total State, Theory and Society, volume no. 19, no. 4, 1990 (pp. 389-416). Schmitt considère la dialectique ami-ennemi comme la pierre angulaire de sa critique du libéralisme et de l'universalisme.

Ex: https://katehon.com/en/article/carl-schmitt-xxi-century

Imprimer

Un raider sudiste: John Hunt Morgan par A. Sanders

 

Illustration JohnHunt Morgan 2

 

Général sudiste et officier de cavalerie, John Hunt Morgan (1825-1864) est né à Huntsville, Kentucky (mais selon d’autres sources il serait né en Alabama). C’est l’aîné d’une fratrie de dix enfants.

Ses grands-parents paternels sont Luther et Anna (née Cameron) Morgan. Luther Morgan, comme son fils Calvin (le père de John Hunt) plus tard, connaîtra des revers de fortune. La famille quittera alors Huntsville pour s’installer à Lexington et se reconvertir dans l’agriculture.

Pendant deux ans, John Hunt suivra les cours du Transylvania College. Il en sera exclu pour s’être battu en duel avec un de ses condisciples. Ce qui ne l’empêchera pas – et tout au contraire – de se préparer à une carrière militaire.

En 1846, avec son frère, Calvin, il s’engage dans la cavalerie US et participe à la guerre américano-mexicaine. Nommé sous-lieutenant, puis promu lieutenant, il reçoit le baptême du feu à la bataille de Buena Vista. De retour au Kentucky, il s’occupe d’une manufacture de chanvre. En 1848, il épouse la sœur de son associé, Rebecca Gretz Rice, âgée de 18 ans.

En 1853, sa femme donne naissance à un enfant mort-né. Avec de graves conséquences pour elle-même : une phlébite qui nécessitera qu’on l’ampute. John Hunt, qui mène une vie un peu dissolue (le jeu et les femmes), n’a pas abandonné sa vocation militaire. En 1852, il lève une milice (une compagnie d’artillerie) qui sera dissoute deux ans plus tard par les autorités de l’État. En 1857, il met sur pied une compagnie d’infanterie connue sous le nom de Lexington Rifles.

A l’origine, John Hunt n’est pas un partisan de la sécession qui s’annonce. Après l’élection de Lincoln, en 1860, il écrit à son frère Thomas : « J’espère que notre État ne va pas faire sécession. Je ne doute pas que Lincoln sera un bon président, on doit au moins lui laisser une chance et si, par la suite, il dérive, alors le Sud devra s’unir ».

Au printemps suivant, ce même frère, Thomas, choisit de soutenir la sécession. Le 4 juillet (date symbolique) 1860, il s’engage dans la Kentucky State Guard. John Hunt, lui, s’occupe de sa femme dont l’état ne cesse de s’aggraver. Elle meurt le 21 juillet 1861.

Cette même année, il passe au Tennessee avec ses Lexington Rifles pour se mettre au service de la Confédération. Il crée le 2nd Kentucky Cavalry Regiment dont il devient le colonel le 4 avril 1862. A la tête de son régiment, il sera de la bataille de Shiloh et milite pour que le Kentucky fasse sécession.

Le 4 juillet 1862, il quitte Lexington avec 900 hommes et mène un raid audacieux loin à l’intérieur du Kentucky, sur les arrières de l’armée nordiste du major général Don Carlos Buell. Il capture 1200 Yankees (il les libérera sur parole), récupère plusieurs centaines de chevaux et cause de lourds dommages matériels à l’armée ennemie.

Promu brigadier général le 11 décembre 1862, il reçoit les félicitations du Congrès confédéré pour ses raids répétés et toujours dévastateurs, notamment contre le général nordiste William S. Rosecrans. Il participera à la bataille de Hartsville le 7 décembre 1863.

Le 14 décembre de la même année, il épouse Martha « Mattie » Ready, fille du représentant des Tennessee United States, Charles Ready, et cousine d’un autre ancien représentant des États-Unis au Tennessee, William T. Haskell.

 

Illustration John Hunt Morgan 1

 

Espérant pouvoir tailler des croupières aux forces yankees mobilisées par les combats de Vicksburg et de Gettysburg, il monte un raid passé à la postérité sous le nom de Morgan’s Raid (le raid de Morgan). Il traverse la rivière Ohio et fonce droit devant à travers le sud de l’Indiana et de l’Ohio. A Corydon, il est accroché par 450 hommes de la Home Guard.

Au cours de nombreuses escarmouches qui lui permettront de capturer des centaines de Nordistes (toujours libérés sur parole, il ne peut s’encombrer de prisonniers), le Morgan’s Raid prend fin le 19 juillet 1863 à Buffington Island, Ohio, où près de 700 de ses hommes sont capturés alors qu’ils tentaient de passer en Virginie occidentale. Ils connaîtront les horreurs du camp de concentration de Camp Douglas à Chicago (on y comptera des centaines de morts). Le 26 juillet, Morgan et ses hommes, traqués, épuisés, affamés, sont contraints de se rendre.

Confederate prisoners Camp Douglas4

 

Le 27 novembre, avec six de ses officiers (dont Thomas Hines, un combattant de légende), il s’échappe du pénitencier de l’Ohio en creusant un tunnel sous les baraquements. Morgan et trois officiers grimpent dans un train près de Columbus et en descendent en marche à Cincinnati. Sur un radeau, ils vont descendre la rivière Ohio et, grâce à la complicité de sympathisants de la Cause, réussir à regagner les lignes sudistes.

Malgré les succès des Raiders, les Nordistes ont regroupé des milices – près de 110 000 hommes – dans l’Illinois, l’Indiana et l’Ohio. Des douzaines de canonnières yankees croisent sur l’Ohio et des forces de cavalerie mènent la vie dure aux francs-tireurs sudistes.

Ce n’est pas pour faire peur à Morgan qui organise de nouveaux raids au Kentucky. Mais la donne à changer : les Nordistes tiennent désormais la plus grande partie de l’État. Son dernier raid a lieu en juin 1864, avec un pic, la seconde bataille de Cynthiana. Ayant dispersé les Yankees à Keller’s Bridge, sur la rivière Licking, près de Cynthiana, Morgan commet l’erreur d’affronter une force de cavalerie supérieure en nombre. Un désastre. Ses hommes sont laminés et seule une petite partie d’entre eux réussiront à sortir de la nasse.

Cet échec lui fait perdre la confiance du général sudiste Braxton Bragg (qui n’a jamais vraiment apprécié ces électrons libres rétifs à la discipline militaire). Il n’empêche que, le 22 août 1864, il prend le commandement du Trans-Alleghany Department engagé dans l’est du Tennessee et le sud-ouest de la Virginie.

Mais la chance a tourné. Le raid du 4 septembre 1864 sur Knoxville, Tennessee, lui est fatal. Il est tué par des cavaliers nordistes près de Greenville.

Il sera enterré au cimetière de Lexington, peu de jours avant la naissance de sa seconde fille.

 

tombe

 

Une tombe toujours très visitée car Morgan n’est pas oublié :

  • la Morgan High School de McConnelsville, Ohio, qui porte son nom, a nommé sa mascotte « The Raiders » en hommage aux exploits de John Hunt dans le sud-est de l’État
  • la South Ripley High School de Versailles, Indiana, a également nommé sa mascotte « The Raiders » en souvenir d’un des raids victorieux de Morgan dans la région
  • la Hart Country High School de Munfordville, Kentucky, site d’une bataille remportée par les Sudistes, a aussi une mascotte « The Raiders » .
  • une fresque, sur un mur de la ville, rappelle les exploits de Morgan
  • la Trimble Country High School de Bedford, Kentucky, a elle aussi sa mascotte « The Raiders »
  • à Lexington, John Hunt a sa statue au John Hunt Morgan Memorial
  • on peut visiter la Hunt-Morgan House, sa maison à Lexington
  • le pont sur East Main Street/ US Route 11 d’Abingdon, Virginie, s’appelle le John Hunt Morgan Bridge
  • le pont sur South Main Street/ US Route 27 à Cynthiana, Kentucky, s’appelle aussi le John Hunt Morgan Bridge
  • à Greenville, Tennessee, où il fut tué, il y a une General Morgan Inn
  • le bataillon de la Kentucky Army National Guard Field Artillery est connue sous le nom de Morgan’s Men (« Les hommes de Morgan »)
  • il y a des statues de Morgan à Pomeroy, Ohio, et à Lexington, Virginie.

 

Pour aller plus loin :

  • Duke, Basil W., Morgan’s Cavalry, New York, 1906
  • Gorin-Smith, Betty Jane, « Morgan Is Coming ! » : Confederate Raiders in the Heartland of Kentucky, Harmony House Publishers, 2006
  • Johnson, Robert Underwood, and Buel, Clarence C., Battles and Leaders of the Civil War, Century Co., 1884-1888
  • Mowery, David L., Morgan’s Great Raid : The Remarkable Expedition from Kentucky to Ohio, History Press, 2013
  • Rue, George Washington, Maj. (1828-1911), Celebration of the Surrender of General John H. Morgan, Ohio Archaelogical and Historical Publications, Volume 20 (1911).

Alain Sanders

Imprimer

Vieux futhark, futhorc, futhark récents ...Mais pourquoi tant de runes ! par Halfdan Rekkirsson

 runes vikings

 

Etudier les runes, c'est bien. Mais encore faut-il savoir QUELLES RUNES ? Car il a existé, durant toute la période pré-chrétienne de la Germanie, plusieurs systèmes runiques, issus du vieux futhark, et dont la création a suivi les évolutions linguistiques des peuples qui les ont utilisés. Cette vidéo est l'occasion d'y voir plus clair, et de découvrir, de nouveau, une part de l'histoire aussi riche que complexe des différents peuples germaniques, histoire dont l'étude est inhérente à celle des runes.

 

Imprimer

Les relations entre Joris Van Severen et Pierre Nothomb

j1

 

Le numéro 24 (année 2020) de la publication annuelle en néerlandais du Centre d’étude Joris Van Severen (1) consacre un article aux relations entretenues par Pierre Nothomb (1887-1966), fer de lance du nationalisme belge, et Joris Van Severen (1894-1940), au départ nationaliste flamand mais qui a évolué de l’idée d’une union entre les Pays Bas et la Flandre vers celle du regroupement, au sein d’un nouvel État, des Pays Bas, de l’ensemble de la Belgique, du Luxembourg et de la Flandre française, sous la direction du Roi Léopold III.

 

j2

 

L’auteur de cette production intellectuelle, Ruud Bruijns, habitant à Lelystad, le chef-lieu de la province néerlandaise de Flevoland, base ses recherches sur les archives de Pierre Nothomb déposées au CEGESOMA (2), (3),  (4) à Bruxelles en Belgique.

L’étude porte sur le fait de savoir qui a influencé l’autre, Nothomb ou Van Severen ? Il apparaît désormais que chacun des deux a eu plus besoin de l’autre pour ses actions politiques respectives, que ce qui était jusqu’à présent établi : Nothomb désirait des contacts néerlandophones et Van Severen voulait utiliser les relations de Nothomb avec les autorités.

Bruijns met en avant que Joris Van Severen était conscient du fait que, depuis l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale début septembre 1939, il devait éviter de se trouver dans le viseur des autorités belges, comme il l’avait été en 1933-1934. Cela peut expliquer pourquoi à l’automne 1939 Van Severen a agi de manière si prudente et si proche de la politique de neutralité officielle belge.

 

Le Verdinaso devient fréquentable

Alors que l’idée, prônée par Pierre Nothomb, de réalisation d’une Grande Belgique n’est pas prise au sérieux par l’establishment belge, Nothomb est utilisé par les nationalistes flamands en tant que caricature de l’hypernationalisme belge.

Le Verdinaso, le mouvement dirigé par Joris Van Severen, est, quant à lui, brouillé, dès sa création en 1931, avec les autorités belges et est ouvertement séparatiste, tout en érigeant une milice afin de réaliser son programme révolutionnaire visant au renversement du système politique et administratif belge.

Cette situation conduit le Verdinaso à rencontrer des problèmes. Ainsi, les autorités mettent en place des mesures visant à interdire les milices privées et les uniformes en ciblant ouvertement la milice du Verdinaso. Joris Van Severen lance alors, en 1934, sa nouvelle direction de marche (Nieuwe Marsrichting), mais cela prend encore des années avant que l’image radicale des débuts du mouvement ne soit atténuée.

 

j3

 

Le 1er février 1937, le Conseil des ministres belge lève l’interdiction de vente dans les gares de l’organe de presse Hier Dinaso !. Lors du sixième congrès du Verdinaso, le 29 août 1937 à Anvers, la perspective d’une union entre les Pays Bas, la Belgique et le Luxembourg est pour la première fois mise en avant : les drapeaux belges et néerlandais sont hissés et Joris Van Severen parle en français aux Wallons (et Luxembourgeois).

Le pays thiois n’est plus mis en avant, mais désormais l’empire thiois est prôné, réunissant la Belgique, les Pays Bas et leurs colonies respectives. Lorsque le Roi Léopold III visite Tielt le 7 novembre 1937, la section locale du Verdinaso se trouve devant son local sur la façade duquel est fixé un panneau portant les mots : « Majesté, le Verdinaso vous salue plein d’espoir ».

Ces éléments signifient une réconciliation entre le Verdinaso et l’ordre établi et ainsi une fréquentabilité grandissante du Verdinaso.

Au sein des cercles nationalistes belges francophones, le Verdinaso est perçu en tant que force anti-séparatiste défendant l’unité du pays et visant à la réunification des Pays Bas, de la Belgique et du Luxembourg. Cette dernière idée constitue en 1939 le principal thème mis en avant par le Verdinaso. Le 25 février 1939, Joris Van Severen parle, au sein du théâtre de la ville d’Ypres (Ieper), du Benelux. En mars 1939 sort un organe de presse portant le nom Pays Bas Belgique. Organe mensuel du Verdinaso, titre plaidant pour l’unité belgo-néerlandaise.

 

j4

 

Le 28 mars 1939, Joris Van Severen tient à Bruxelles un discours en français au sein duquel il considère que la Révolution belge de 1830 est un incident et réclame la réunification des Pays Bas, de la Belgique et du Luxembourg. En juillet 1939, la constitution de l’association Belgique-Pays-Bas-Luxembourg, préparée depuis plusieurs mois, est officiellement annoncée.

C’est le prélude au congrès prévu le 10 septembre 1939, organisé par un jeune impliqué dans l’association Belgique-Pays-Bas-Luxembourg sous la devise « Belgique, Pays Bas et Luxembourg ». Le 30 août 1939, Joris Van Severen décide de déclarer à la presse que le congrès est ajourné en attendant la prise de position des autorités.

 

IIe Guerre mondiale

L’éclatement de la IIe Guerre mondiale lors de l’invasion de la Pologne par l’armée allemande le 1er septembre 1939 et la déclaration de la neutralité belge qui suit rétrécit encore plus les marges de manœuvre. Le 2 septembre, Joris Van Severen déclare dans l’organe de presse Hier Dinaso ! : « … que le Verdinaso place toutes ses forces au service de la défense de la patrie et dans le maintien de l’indépendance de la Belgique et de sa stricte neutralité, sous la haute direction du Roi Léopold III ».

 

j5

 

Le 2 novembre 1939, Pierre Nothomb lance un appel en faveur de la Ligue de l’indépendance nationale dans lequel il estime que la Belgique, les Pays Bas et le Luxembourg doivent former un phare de la civilisation dans l’œil de la tempête. Le 10 novembre, le Conseil des ministres en arrive à la conclusion que dans le cas où seuls les Pays Bas seraient attaqués, la Belgique n’interviendrait pas mais les alliés (France et Grande-Bretagne) devraient être appelés à la rescousse et la Belgique abandonnerait ainsi sa neutralité. À l’automne 1939, il n’est donc pas question d’un rapprochement entre les Pays Bas et la Belgique.

 

Action commune de Nothomb et Van Severen

D’après le biographe de Joris Van Severen, Arthur de Bruyne, Pierre Nothomb cherche à entrer en contact avec Van Severen. Le 29 décembre 1939, Pierre Nothomb prend contact avec Joris Van Severen à propos du texte néerlandophone de la Ligue de l’Indépendance nationale qui est paru dans Hier Dinaso !

Malgré l’approche nationale belge exprimée au sein du manifeste de la Ligue nationale de l’Indépendance, Pierre Nothomb est fin 1939 clairement sous l’influence de Van Severen, comme l’indique une lettre du 29 décembre 1939 : « Je me suis rendu compte de tout ce que notre collaboration pouvait apporter à la grandeur des Pays Bas. »

Pierre Nothomb, qui au début des années 1920 est considéré comme un chauviniste belge en raison de son plan d’annexion de territoires néerlandais, est visiblement devenu compréhensif envers les opinions de Van Severen à propos des Pays Bas. En d’autres mots, Van Severen ne s’est pas déplacé en direction du belgicisme, comme il est souvent supposé, mais a gagné des belgicistes à son combat pour la réunification des Pays Bas.

Nothomb ne désire pas seulement une traduction de son manifeste en néerlandais, mais veut également un accès au carnet d’adresses de Van Severen. La liste de Nothomb consiste avant tout en noms francophones de l’establishment belge. Il demande pour cette raison à Van Severen un nombre de noms de personnes importantes en Flandre. Dans d’une lettre du 3 janvier 1940, il apparaît que Van Severen est d’accord mais exige une place de premier ordre sur la liste des signataires, directement après les noms des premiers d’entre eux ou même à côté de celui de Pierre Nothomb.

 

j6

 

Plus de deux semaines plus tard, Van Severen envoie le texte en néerlandais à Nothomb en précisant qu’en plus du nom de Van Severen, il demande que soit indiqué qu’il est le dirigeant du Verdinaso.

 

Dernière étape pour le tandem Nothomb-Van Severen

Au début du mois de mars 1940, le manifeste néerlandophone sort et Van Severen commande 50 exemplaires à Nothomb. Ce manifeste n’est pas seulement soutenu par Van Severen, mais aussi par le Verdinaso en tant qu’organisation.

Le 10 mai 1940, les troupes allemandes envahissent les Pays Bas, la Belgique et le Luxembourg. Joris Van Severen est arrêté par les autorités belges car il est considéré par celles-ci comme un danger, alors que Van Severen ne s’attend pas à cela et pense encore, après son arrestation, être bientôt de retour à la maison. Pierre Nothomb intervient auprès des autorités en faveur de la libération de Van Severen et écrit au domicile de Van Severen, Ce dernier n’est pas relâché, mais transféré vers la France où il est assassiné, le 20 mai 1940, à Abbeville par des soldats français.

BRUIJNS Ruud

Notes :

(1) http://www.jorisvanseveren.org

(2) Le CegeSoma, quatrième direction opérationnelle des Archives de l’État, est le centre d’expertise belge de l’histoire des conflits du XXe siècle.

(3) https://www.cegesoma.be/fr/le-cegesoma

(4) https://www.cegesoma.be/fr/archives-de-pierre-nothomb

Source : BRUIJNS Ruud, « Joris van Severen en Pierre Nothomb », in Jaarboek Joris Van Severen 24, Ieper, 2020, p. 71 à 94.

Imprimer

L'islamisation forcée de la Bosnie-Herzégovine pendant la guerre des Balkans

1

 

Les Bosniaques, les Serbes et les Croates sont un seul et même peuple de la famille slave qui est arrivé dans les Balkans vers le VIIème siècle de notre ère. Ils parlent la même langue, le serbo-croate, bien que chaque pays l'appelle différemment: serbe, bosniaque ou croate – langue que les Croates et les Bosniaques écrivent avec l'alphabet latin, tandis que les Serbes utilisent le cyrillique. Mais il existe un élément qui les différencie au point de les opposer et de les rendre hostiles les uns aux autres tout au long de l'histoire: la religion. Slaves christianisés, les Serbes ont été convertis entre 867 et 869 par l'empereur byzantin Basile Ier, après qu'ils aient reconnu son autorité, et sont donc devenus des chrétiens orthodoxes, tandis qu'en 879 le pape Jean VIII a reconnu le souverain croate, le duc Branimir, ce qui indique que leur christianisation s’est déroulée dans un contexte catholique-romain.

La situation est restée telle jusqu'à l'impact de la conquête des Balkans par l'Empire turc en 1463, lorsque la Bosnie, qui faisait jusqu'alors partie de la Croatie - la « Croatie rouge » - est passée aux mains des Ottomans et que le gros de sa population s'est convertie à l'Islam, ce qui n'est pas arrivé aux Serbes qui ont conservé leur religion même sous la domination ottomane. La Croatie a toujours été défendue contre les assauts turcs, d'abord par la Sérénissime République de Venise, puis par l'Empire austro-hongrois. C'est l'origine de l'inimitié atavique entre Croates, Serbes et Bosniaques (nom donné aux Slaves du Sud de religion musulmane).

Géographiquement, le pays est divisé en deux zones: la Bosnie, au nord du pays, et l'Herzégovine, qui doit son nom à Stefan Vukcic, qui, dans une lettre adressée à l'empereur Frédéric II peu avant l'invasion turque, signait en tant que Grand-Duc de Bosnie. Le terme « duc » en allemand se dit « Herzog », ce qui explique que la région soit connue sous le nom d'Herzégovine (le duché) dans les documents de l'époque, avant d'être officialisée au milieu du XIXème siècle, lorsque, étant toujours une province turque, elle a été officiellement appelée Bosnie-Herzégovine.

 

2

 

La Bosnie est restée sous domination turque jusqu'en 1878 (bien qu'elle ait été libérée par les Autrichiens entre 1718 et 1739), date à laquelle les Bosniaques se sont révoltés contre le sultan Abdulhamid II, influencés qu’ils étaient à l’époque par la révolution nationaliste de leurs voisins et frères serbes sur le plan ethnique (mais pas sur le plan religieux). Ces révoltes provoquent l'intervention des Austro-Hongrois et des Russes, qui finissent par expulser les Ottomans de la Bosnie, qui se retrouve administrée par l'Empire austro-hongrois, comme la Croatie et, partiellement, la Serbie. Après son démembrement à la suite de la Première Guerre mondiale, la Bosnie a fait partie d'un nouvel État, la Yougoslavie, qui a été divisée pendant la Seconde Guerre mondiale - lorsque la Bosnie a fait partie de l'État indépendant de Croatie – puis, suite à l’effondrement de l’Axe, a été reconstituée après 1945.

Pendant plusieurs siècles, les catholiques (Croates) et les orthodoxes (Serbes) qui vivaient en Bosnie-Herzégovine se définissaient comme des chrétiens, tandis que les musulmans étaient appelés « Turcs », un terme qui n'est pas équivalent à « Osmanli » ou « Turkuse », désignant les Turcs eux-mêmes (1). Si les catholiques bosniaques s’identifiaient pleinement à la Croatie, et les Serbes bosniaques à la Serbie, ils mettaient les musulmans bosniaques dans la position de prendre l'Islam comme principal élément d'identification. C'est ainsi que la question fondamentale se pose. Pour fonder l'existence d'un État bosniaque-herzégovin, il y avait deux possibilités: inclure les catholiques, les orthodoxes et les musulmans dans une seule République unitaire (nationalisme bosniaque), ou prendre l'Islam comme un élément sur lequel construire leur identité nationale (2) laissant (selon un nationalisme islamique) en suspens le cas des « minorités » catholiques et orthodoxes (3) et leur rôle dans un État compris comme musulman.

Sous le titisme, la Bosnie-Herzégovine était la république yougoslave où la plupart des citoyens inscrivaient dans l'espace réservé à la « nationalité » le terme yougoslave (sans autre référence), dans le registre civil. C'est au cours des années 1960, et plus encore au sein de l'émigration bosniaque vers l'Allemagne, que le sentiment identitaire musulman a commencé à se répandre parmi les Bosniaques, sentiment auquel Tito lui-même a fait des clins d'œil, reconnaissant les musulmans comme une « nationalité yougoslave » en 1961, lorsqu'ils sont devenus - en raison de leur taux de natalité élevé - le groupe le plus nombreux en Bosnie-Herzégovine au détriment des Serbes orthodoxes. Ces clins d'œil de Tito peuvent être compris dans le contexte d'une Yougoslavie qui s'était engagée à rejoindre les pays dits « non alignés », qui comprenaient plusieurs États musulmans.

Le début du processus de désintégration de la Yougoslavie avec l'indépendance de la Slovénie et de la Croatie a ouvert les portes au conflit interne en Bosnie et à la possibilité de créer un État bosniaque indépendant. Pour certains illuminés, c'était le moment de construire leur État musulman dans les Balkans, parmi les plus dangereux de ces illuminés se trouvait un certain Alija Izetbegovic qui allait devenir président de la République de Bosnie-Herzégovine.

 

3

 

De toute évidence, cette définition confessionnelle-nationale était la déclaration d'exclusion pour les Serbes et les Croates de Bosnie d'un projet national commun, d'où leur volonté et leur besoin de se "réunifier" avec les Etats nationaux où ils étaient reconnus comme tels. Croatie et l'ancienne Yougoslavie, respectivement.

 

L'Islam et les USA du côté bosniaque

Alija Izetbegovic aurait fait partie de l'organisation des « Jeunes musulmans », créée sous l'influence des Frères musulmans égyptiens. En 1970, il publie un texte intitulé Déclaration islamique, réédité à Sarajevo en 1990, dans lequel il explique ses intentions politico-religieuses: « Notre objectif: l'islamisation... tout ce qui, dans l'histoire des peuples musulmans, constitue une mémoire de grandeur et de valeur a été créé sous les auspices de l'Islam. La Turquie, en tant que pays islamique qui a régné sur le monde, en tant que copie européenne, représente un pays du ‘’troisième ordre’’ comme tant d'autres dans le monde. Le mouvement islamique doit et peut prendre le pouvoir dès qu'il aura la force numérique et morale de le faire (...) La conclusion est importante: il ne peut y avoir de coexistence entre les croyances islamiques et les institutions politiques et sociales non-islamiques... ».  Au cours de la décennie 70-80, à l'influence importante de l'islamisme égyptien en Bosnie, il faut en ajouter une nouvelle, plus importante encore: l'islamisme iranien. L'islamisme iranien étant plus attractif pour les Bosniaques, l'Iran a profité de cette circonstance pour gagner le soutien des futurs dirigeants du SDA (Parti de l'action démocratique, présidé par Izetbegovic), dont certains ont été arrêtés en 1983 alors qu'ils revenaient d'un congrès à Téhéran pour l'unité des chiites et des sunnites, que le régime iranien, alors en guerre contre l'Irak de Saddam Hussein, avait organisé.

Lorsque le conflit bosniaque a éclaté, l'essentiel de l'aide musulmane aux Bosniaques provenait de l'Iran dont les réseaux de soutien - sanitaires et logistiques - se sont avérés très efficaces, si bien que 86% des musulmans bosniaques ont déclaré avoir une opinion « favorable ou très favorable » de l'Iran. En 1992, les Frères musulmans ont appelé au djihad contre les Serbes ; bien que leur aide ait été moindre que celle de l'Iran, elle a jeté les bases d'une relation dangereuse entre la Bosnie et les aspects les plus radicaux du fondamentalisme islamique.

Les États-Unis font leur apparition dans le conflit de l'ex-Yougoslavie en soutenant le camp musulman et en pariant sur l'unité d'une Bosnie-Herzégovine regroupant Serbes et Croates sous le commandement des musulmans et la présidence d'Alija Izetbegovic, annulant toute possibilité que la minorité croate rejoigne la Croatie (alliée traditionnelle de l'Allemagne) et que les Serbes le fassent avec la Serbie (amie de la Russie). Pour couper l'avantage acquis par l'Allemagne-UE avec l'indépendance de la Croatie et de la Slovénie, et pour empêcher une puissante Grande Serbie alliée à la Russie, Washington prend le drapeau musulman (comme il le fera plus tard au Kosovo pour des raisons identiques), formalisant une fois de plus une entente islamo-américaine contre tout rapprochement possible entre les deux grandes puissances continentales: l'Allemagne et la Russie.

De son côté, le gouvernement musulman de Sarajevo (la capitale de la Bosnie), conseillé et armé par le Pentagone, a provoqué une situation irréversible pour les Croates et les Serbes de Bosnie, espérant que ses provocations constantes déclencheraient une vague de violence qui permettrait à la Bosnie musulmane de compter sur la sympathie de l'Europe occidentale, et sur une intervention armée conséquente en sa faveur. Comme l'a reconnu le chef du secrétariat d'État américain aux affaires étrangères en Bosnie: « Ce qui était à l'origine un gouvernement bosniaque multiethnique et légalement élu est devenu une entité musulmane extrémiste et antidémocratique ». Le gouvernement de Sarajevo et son Armija (le nom de son armée) n'ont pas eu trop de scrupules à faire en sorte que les Serbes soient présentés comme des barbares en Occident, permettant ainsi aux Américains de prolonger le conflit dans le but de déstabiliser et d'affaiblir au maximum cette zone vitale pour l'équilibre européen. Ainsi, le 27 mai 1992, une explosion devant une boulangerie a causé la mort de seize Bosniaques. Les images choquantes et horribles sont apparues à la télévision dans le monde entier et ont été reprises ad nauseam par CNN, blâmant sans le moindre doute les paramilitaires serbes pour un crime aussi horrible. Par la suite, les services secrets britanniques et français ont admis qu'il s'agissait d'un auto-assassinat commis par les musulmans dans le seul but de l'attribuer aux Serbes devant l'opinion publique mondiale: ce dernier "détail" n'a pas été rapporté dans les nouvelles mondiales. Le 27 août de la même année, un autre massacre a dévasté un marché de Sarajevo. L'OTAN a répondu au massacre par une action d'envergure: 60 bombardiers ont attaqué les positions serbes. Un mois plus tard, des experts britanniques ont également conclu que le missile lancé contre le marché rempli de civils provenait des rangs musulmans: là encore, le voile du silence médiatique a été étendu.

 

Le radicalisme islamique, une menace pour la Bosnie-Herzégovine

« La Bosnie était un modèle de tolérance interreligieuse. L'islamisme présent dans cette région était plus laïc qu'on ne pouvait l'imaginer. Les musulmans de Sarajevo étaient à une distance sidérale de ceux du Moyen-Orient. Aujourd'hui, au contraire, après dix ans de turbulences, les musulmans bosniaques sont également entrés dans le jeu international du fondamentalisme » (4).

Entre 1992 et 1995, la Bosnie-Herzégovine est devenue un enjeu majeur pour l'islamisme international. Après 2001, les enquêtes sur les réseaux terroristes islamistes sont toujours passées par le sol bosniaque. Des islamistes d'Afrique et d'Asie ont obtenu la citoyenneté bosniaque avec une étonnante facilité, avec une attitude clairement complice de la part des autorités locales, il semblerait que l'arrivée de ces Africains et Asiatiques réponde à une certaine volonté du gouvernement musulman de Sarajevo. Cette campagne de « nationalisations expresses » répondait à deux motivations: d'une part, reconnaître les mérites guerriers des moudjahidines qui ont pris les armes pour l'Armija; et d'autre part, permettre l'arrivée sur le sol bosniaque d'intégristes reconnus avec lesquels on pouvait « réislamiser » la population locale. Ce deuxième objectif a provoqué et provoque encore aujourd'hui une certaine confrontation entre l'« Islam bosniaque traditionnel d'empreinte modérée » et l’ « Islam fondamentaliste importé » par ces néo-missionnaires wahhabites, qui considèrent la Bosnie comme un territoire à « réislamiser ».

Cette Bosnie présidée par Alija Izetbegovic ne pouvait contenir le désir d'autodétermination des communautés croate et serbe. Le conflit de guerre qui a provoqué cette tension a occupé la première page de tous les journaux internationaux au début des années 90. La paix est venue avec les accords de Dayton de 1995, selon lesquels la Bosnie-Herzégovine a été divisée en deux entités mais toujours au sein du même État. Ces entités sont la Fédération de Bosnie-Herzégovine - qui comprend les musulmans et les Croates - et la Republika Srpska pour les Serbes, cette dernière jouissant d'une grande autonomie et seule la pression internationale l'empêche de rejoindre la Serbie. Avec cette division, l'organe directeur de la République de Bosnie-Herzégovine est collégial : deux représentants de la Fédération (un catholique et un musulman) et un troisième, Serbe de la Republika Srpska, celui qui obtient le plus de voix sur ces trois étant le président nominal de la République. Depuis cette division, la zone serbe n'a plus qu'une relation superficielle et administrative avec le reste du pays. Le problème est que dans la Fédération, nous assistons à un double phénomène: la réislamisation dans un esprit wahhabite des musulmans bosniaques et la marginalisation et le harcèlement des catholiques croates.

 

4

 

Depuis le départ du pouvoir d'Alija en 2000 - il est mort en 2003 - les présidents de la Fédération (parmi lesquels Barik Izetbegovic, fils d'Alija) ont intensifié le processus d'islamisation, particulièrement visible dans la capitale Sarajevo, autrefois connue pour la bonne coexistence entre Serbes, catholiques et musulmans et aujourd'hui avec un paysage plus proche d'Ankara que de la ville européenne qu'elle a toujours été. Selon les mots du Cardinal Franc Rodé : « Sarajevo est devenue pratiquement une ville musulmane ». Après son voyage dans la région en juin 2009, ce Cardinal a déclaré sur Radio Vatican : « Les catholiques ont été les principales victimes de la guerre et beaucoup ont fui le pays, vers la Croatie et aussi vers des pays plus lointains comme l'Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande (...) A Sarajevo, une ville de 600.000 habitants, il ne reste aujourd'hui que 17.000 catholiques », soulignant également que dans de nombreux villages où il n'y avait jamais eu de mosquées, de nouvelles ont été construites, ce qui indique qu’ « il existe une volonté claire d'islamiser la région de Sarajevo ». Cette même année, le cardinal de Sarajevo, Vinko Puljic, a dénoncé la croissance du fondamentalisme en Bosnie, sans que les autorités ne fassent rien pour l'arrêter. Comme dans de nombreux autres pays européens, la construction de mosquées et de madrasas (écoles coraniques) est financée par les pétrodollars saoudiens.

Les Serbes et les Croates ont été victimes de cette « purification religieuse » faite à coups de kalachnikovs et de demi-lunes, mais nous voulons terminer cet article en soulignant que les principaux perdants sont les Bosniaques eux-mêmes de religion musulmane, un peuple slave européen, islamisé par l'envahisseur turc à l'âge moderne, et maintenant ré-islamisé à coups de pétrodollars et par le fanatisme saoudien. Pour eux, il serait nécessaire de repenser l'idée de la base sur laquelle construire l'Etat bosniaque. Ce sont eux qui devraient combattre cet islamisme fondamentaliste qui menace l'identité de leur peuple et qui fait de la Bosnie une base logistique des islamistes dans leur attaque contre notre Europe.

Enric Ravello

Ex:https://www.enricravellobarber.eu/2021/06/la-islamizacion-forzada-de-bosnia.html#.YLtOD0w6-Uk

NOTES :

(1) Thierry Mudry "Bosnie-Erzégovine. La nascita di una nazione" dans Orion, nº5, mai 1996. Milan

(2) Ce que E.J. Hobsbawn a déjà souligné dans son livre Naciones y nacionalismos desde 1870. Ed. Crítica, Barcelone 1991, p. 79: "sans doute les musulmans bosniaques et les musulmans chinois finiront-ils par se considérer comme une nationalité, puisque leurs gouvernements les traiteront comme s'ils l'étaient".

(3) Relativement "minoritaires". Les Serbes représentent 38 % de la population de la Bosnie, et les Croates 22 %. La somme des deux "minorités" donne 60% de la population contre 40% pour les Bosniaques musulmans.

(4) Aldo dei Lello, L´utopia con la toga. L´ideologia del triunale internazionale e il proceso Milosevic. Ed. Sovera Multimedia. Roma 2002.

 

Imprimer

Qu'est-ce que la géopolitique? Son objet d'étude et pourquoi s'y intéresser?

OIP

 

La géopolitique semble être sur toutes les lèvres, alors qu'il n'y a pas si longtemps, elle était répudiée parce qu’identifiée au national-socialisme. Elle a été présentée comme une pseudo-science qui cherchait à dissimuler des objectifs de domination, ou comme une simple idéologie qui cherchait à légitimer des conquêtes territoriales. Aujourd'hui, les choses ont changé et la géopolitique trouve partout des prédicateurs, des porte-parole et des analystes, à tel point que nous pouvons affirmer que nous sommes face à une situation abusive, puisque bien souvent des événements qui n'ont aucun rapport avec l'objet d'étude de la discipline sont qualifiés de "géopolitiques". Les variables et les théories de cette science sont souvent ignorées et il semble que tout événement international, pour le simple fait d'être tel, est déjà de la géopolitique ; et généraliser de cette manière est incorrect. Mais alors, qu'est-ce que c'est ? Ces lignes visent à ajuster les concepts.

 

De la géographie humaine à la géopolitique

Nous soutenons que la géopolitique a un antécédent fondamental au XIXe siècle, lorsque certains géographes ont étudié les facteurs de conditionnement que l'environnement spatial (1) exerçait sur la vie humaine. Des savants tels que Humboldt, Ritter et Ratzel, en Allemagne, ou Vidal de la Blache, Camille Vallaux et Élisée Reclus, en France, ont étudié des facteurs tels que le climat, le sol, le temps, voire le paysage (2), et leur influence sur l'homme ; c'est ainsi qu'est née la géographie humaine, branche particulière de la géographie générale. Cependant, cela ne suffit pas à identifier l'objet d'étude de la géopolitique. Pour cette science, il est nécessaire d'avoir un acteur spécifique de la vie sociale, l'État, compris comme l'organisation territorialisée d'une collectivité pour ordonner ses relations sociales. Bien que l'État ne soit pas le seul acteur susceptible d'avoir des intérêts territoriaux, pour la géopolitique, il s'agit de l'acteur fondamental, car en tant que science, elle est née dans le but d'atteindre des objectifs politiques liés à la géographie.

À ce stade, nous pouvons donner une définition précise : la géopolitique est la science qui étudie l'influence des déterminants spatiaux sur la vie et les objectifs des États. C'est une science car elle a son propre objet d'étude et utilise des méthodes, des variables et des connaissances vérifiables pour l'aborder. Dans son évolution, comme dans toute science, des théories, des écoles, des paradigmes et des auteurs classiques sont nés.

Or, si ce que nous étudions est la manière dont l'environnement spatial influence les objectifs nationaux, nous devons expliquer l'utilité du territoire pour un État. Quatre fonctions principales ont été identifiées : (a) la protection ; (b) la source de ressources ; (c) la mobilité des personnes ; et (d) l'échange de biens et d'idées. En ce qui concerne le premier point, il est logique que l'être humain recherche un environnement pour se protéger des autres hommes, de l'inclémence du temps ou des animaux sauvages. La recherche de la sécurité est plus complexe dans le cas des collectivités organisées ; ainsi, les villes ont été fondées dans des zones surélevées ou protégées par un élément géographique quelconque, et pour fixer les populations, on a évité les marécages et les sols difficiles. Dans le cas des capitales, il était naturel qu'elles soient situées loin des côtes pour éviter d'éventuelles attaques -les capitales sont généralement les centres de gravité politiques d'un État-, mais aussi pour éviter les logiques économiques qui prévalent habituellement dans les ports.

La mise à disposition de ressources découle du besoin de se nourrir et d'accéder à des éléments utiles en termes économiques ou techniques, tels que les métaux, le bois, les hydrocarbures, etc. Au fur et à mesure que la vie collective se complexifie, la question des ressources devient un élément clé dans la compétition positionnelle des différents acteurs internationaux, puisque non seulement les États bénéficient des avantages générés par les ressources, mais aussi les entreprises dans leur quête de profit. L'entreprise peut être un autre acteur ayant des intérêts géopolitiques, comme des organisations terroristes, des entités étatiques sub-nationales, des mouvements séparatistes, etc. Partout où il y a des objectifs liés à l'espace et à la poursuite de la puissance (politique, économique ou autre), il y a nécessairement de la géopolitique.

La mobilité dans l'espace est destinée aux transports et aux communications. Les gens ont besoin d'itinéraires efficaces qui relient des points dans le temps le plus court possible, et ils ont besoin que ces itinéraires soient sûrs, ce qui relie cette fonction au premier point. Le commerce a prospéré grâce à des ressources qui pouvaient être exploitées de manière stable, transportées en toute sécurité et, une fois fabriquées, distribuées dans le monde entier. Un système tel que le capitalisme n'aurait pas pu s'épanouir sans ces hypothèses, indépendamment de la réticence des hommes d'affaires à l'égard de la géopolitique. Ou faut-il rappeler que l'Empire britannique a atteint son hégémonie en créant un ordre international fondé sur la liberté de la mer ? La mobilité est également liée au dernier point, l'échange de biens et d'idées. Les nouveautés, les biens de consommation et les idées politiques utilisent les routes territoriales pour se déplacer. Ainsi, les ports, étant un point d'arrivée de l'étranger, ont historiquement été plus perméables aux cultures étrangères, comme les villes méditerranéennes plus conservatrices. Comme nous pouvons le constater, l'espace est un support pour l'influence des facteurs matériels, ainsi que des aspects symboliques et culturels.

Nous sommes maintenant en mesure d'apporter une précision importante : la géopolitique n'est pas la même chose que la géographie politique. Le premier sert à atteindre des objectifs politiques, et a donc une tâche prescriptive et dynamique. En effet, dans la réalisation des objectifs, les solutions doivent être prescrites dans le cadre de l'action politique, où les scénarios sont changeants et où les alliances, les menaces et les objectifs politiques eux-mêmes peuvent varier. La géographie politique, en revanche, a une tâche descriptive et statique, puisqu'elle traite de données mesurables sur le territoire d'un État, comme la description de ses aspects climatiques : elle mesure la taille d'un pays et l'étendue de ses frontières, décrit les types de sol et les vents qui agissent sur son territoire, etc. La géopolitique se situe dans l'orbite de la science politique et, plus précisément, des relations internationales ; la géographie politique, en revanche, est attribuée à la géographie (3). La confusion a été répandue par des auteurs qui ont diabolisé la géopolitique en la qualifiant d'"idéologie nazie" et ont préféré parler de géographie politique, commettant un abus sémantique qui a forcé le sens d'une autre discipline.

 

De la géopolitique aux relations internationales

Comme nous l'avons vu, il existe une relation entre la géopolitique et les relations internationales, même si nous pouvons affirmer que la géopolitique en tant que discipline est antérieure. Les premiers chercheurs de ce que l'on a fini par appeler les relations internationales ont utilisé les connaissances de la géopolitique et les ont intégrées à des éléments d'histoire, de droit international ou de sociologie pour expliquer la politique internationale. Après la Seconde Guerre mondiale et en raison de la confrontation entre les États-Unis et l'Union soviétique, les spécialistes sont revenus aux concepts de la géopolitique classique, tels que la zone d'influence, la zone de friction, la zone pivot, l'endiguement, la frontière naturelle, etc. En matière de relations internationales, les auteurs de ce que l'on appelle le "réalisme" ont été les premiers à intégrer les variables territoriales.

Cependant, si l'on parle de politique internationale (4), l'importance de la géopolitique sera conditionnée par ce que l'on entend par politique. C'est une chose d'être dans le monde en croyant que l'acteur principal de la réalité sociale est l'homme en tant qu'être-atome qui entre en compétition avec les autres pour des bénéfices individuels, et c'en est une autre de comprendre que certaines unités politiques sont celles qui ont la possibilité de conditionner l'histoire et que ces unités agissent motivées par le pouvoir, compris comme le moyen qui accorde la liberté d'action dans la poursuite d'objectifs. La première vision, typique du libéralisme, va considérer la géopolitique comme quelque chose de secondaire, voire de néfaste, puisque cette science sert à accroître le pouvoir de l'État, ce qui semble pernicieux au libéral, puisqu'il préfère maximiser les libertés individuelles. En revanche, pour un gouvernement, la géopolitique est (ou devrait être) une science utile pour atteindre des objectifs nationaux, et c'est ainsi que l'entendaient les auteurs de l'école réaliste, qui incluaient le territoire dans ce qu'on appelle les « attributs de la puissance nationale ». Voyons voir ce qu'il en est.

Un État possède des attributs - qualités matérielles et immatérielles d'une unité politique - qui permettent une évaluation approximative de son potentiel. Certains de ces attributs sont plus ou moins mesurables, comme la taille des forces armées, la taille de la population, la taille du territoire ou la taille de l'économie ; d'autres, comme la qualité du leadership politique, le niveau des professionnels, la volonté nationale ou le développement de la science, sont plus difficiles à mesurer. On pourrait citer d'autres attributs, mais ce sont les plus classiques. Ensemble, ils nous donnent une image du quantum de pouvoir qu'un État possède et, s'il a beaucoup de pouvoir, plus il devrait être performant en politique internationale. Chacun de ces attributs est abordé par diverses disciplines et, parmi elles, la géopolitique a sa propre tâche, qui consiste à traiter de l'autonomisation de l'espace national afin de maximiser les fonctions que l'attribut territoire a pour un État. En d'autres termes, et pour revenir à ce qui a été dit plus haut sur les fonctions de l'espace, la géopolitique s'intéresse principalement à la manière dont la géographie doit être exploitée pour accroître la sécurité, assurer la fourniture de ressources et rationaliser la mobilité qui s'opère par les voies de communication.

Une nation dotée d'un territoire puissant et sûr peut devenir un acteur important ayant la capacité de participer activement au système international. Sans puissance nationale, il n'y a pas de liberté d'action, et dans ce cas, la défense de la souveraineté devient purement déclamatoire. En raison des fonctions que l'espace a pour un État, on peut conclure que les problèmes géopolitiques sont directement liés aux objectifs stratégiques nationaux et intimement liés au profil productif d'un pays, ainsi qu'à ses politiques de défense nationale. C'est pourquoi la géopolitique doit intégrer des connaissances pluridisciplinaires, faisant appel à la géographie, bien sûr, mais aussi à l'économie et à la sociologie, entre autres sciences auxiliaires.

 

3

 

Quelques réflexions sur notre pays, l’Argentine

L'Argentine a de nombreux défis à relever en matière territoriale, puisqu'elle possède le huitième plus grand territoire du monde, mais avec un espace national désintégré ; sa région patagonienne est vide, ses possessions dans l'Atlantique Sud lui ont été enlevées et son objectif est de se projeter vers l'Antarctique. A ce stade, il est légitime de se poser deux questions : les dirigeants politiques de notre pays ont-ils une formation en géopolitique ? D'autre part, les parties sont-elles parvenues à un accord sur les objectifs géopolitiques de la nation ? Nous pensons qu'il y a un sérieux déficit sur ces deux questions, notamment en ce qui concerne la deuxième question.

Selon nous, ce n'est pas que les objectifs ne soient pas identifiés ou que les stratégies fassent défaut. Nous pensons que le problème réside dans le fait que l'Argentine a bien des objectifs et des stratégies, mais qu'ils sont la conséquence de transferts idéologiques qui assignent à l'Argentine un rôle périphérique en termes de profil productif et faible par rapport aux attributs du pouvoir national. Nos politiciens ont adopté des scénarios élaborés par d'autres et agissent comme si le mieux était d'avoir peu de pouvoir et peu de revendications, puisque cela nous transformerait en un pays « sérieux et prévisible », sans revendications inconfortables pour les acteurs les plus importants du système international. Pour les décideurs politiques autochtones, tout se résume à « s'insérer intelligemment dans le processus de mondialisation », un discours qui promeut une politique étrangère « de consensus » qui cherche systématiquement à éviter tout conflit avec d'autres acteurs, souvent au prix de la défense de nos propres intérêts ; mais cette attitude n'éradique pas le caractère agonal de la praxis politique. Ce rôle de « bon élève » que nous avons adopté s'est consolidé avec un accent particulier après la guerre des Malouines, et c'est pourquoi nous pensons que la question de l'Atlantique Sud va au-delà de la géopolitique : la cause des Malouines doit devenir un symbole de notre revigoration nationale.

D'autre part, nous devons surmonter cette colonisation mentale qui légitime notre dépendance par une « pédagogie de la faiblesse » qui nous fait croire qu'il est vertueux d'avoir peu de pouvoir et de ne pas contrarier les puissants, tout comme il est vertueux de pratiquer toujours et en toutes circonstances le pacifisme, la solidarité « globale » et l'humanitarisme. Examinons quelques conséquences pratiques de cette mentalité : nous n'avons pas de politique de défense active, parce que la Grande-Bretagne a du poids sur les marchés financiers où nos dirigeants ont l'habitude d'aller mendier de l'argent ; nous ne consolidons pas l'unité géopolitique de l'Amérique du Sud, parce que ce serai l’« arrière-cour » des États-Unis ; nous ne produisons pas d'aliments pour une alimentation saine, parce que cela coupe les affaires des transnationales qui nous empoisonnent avec leurs OGM et leurs engrais... et nous pourrions continuer ainsi.

Pour inverser cette situation, nous devons changer de logique : nous devons comprendre que nous ne vivons pas dans un monde d'agneaux, mais dans un monde où les acteurs les plus puissants se comportent comme des loups, car ils cherchent à maintenir leur position hégémonique. Cela a toujours été le cas, mais en raison de notre situation géographique particulière, loin des foyers traditionnels de conflit, le mythe de l'Argentine comme « ile de paix » s'est profondément ancré dans l'imaginaire collectif de nos compatriotes. Toutefois, ce mythe ne peut plus être entretenu et c'est une grave erreur de prétendre qu'il existe, a fortiori dans des scénarios progressivement intégrés et complexes. Nous devons construire le pouvoir national, renforcer le territoire et moderniser l'économie en donnant la priorité à la connaissance et aux technologies de pointe ; nous devons protéger nos ressources naturelles en modelant un projet de pays qui favorise le soin de l'environnement, et où les espaces de coexistence permettent une saine vitalité psychophysique. Mais surtout, nous devrons prendre en charge les conflits potentiels qui découleront nécessairement de ce changement de cap, pour lesquels la sagesse politique devra prévoir des stratégies qui nous permettront d'y faire face. Si nous voulons vraiment consolider une nation indépendante, tels sont les défis et les risques que nous devons assumer.

Andrés F. Berazategui

Andrés Berazategui, membre de Nomos, est titulaire d'un diplôme en relations internationales de l'Université John F. Kennedy d'Argentine et d'un master en stratégie et géopolitique de l'École supérieure de guerre des armées (ESGE).

Ex : https://nomos.com.ar/2021/06/03/que-es-la-geopolitica-su-objeto-de-estudio-y-por-que-deberia-importarnos/

Notes :

1 Voir Pierre Gallois, Géopolitique. Los caminos del poder, Ediciones Ejército, Madrid, 1992, en particulier les chapitres II, IV et X.

2 Ces quatre facteurs, et la manière dont ils influencent les peuples, ont été étudiés par le psychologue Willy Hellpach, dans son livre Geopsique de 1911, qui a eu un certain retentissement parmi les géopoliticiens allemands. Voir Willy Hellpach, Geopsyche. El alma humana bajo el influjo de tiempo y clima, suelo y paisaje, Espasa Calpe S. A., Madrid, 1940.

3 Voir Jorge Atencio, Qué es la geopolítica, Pleamar, Buenos Aires, 1982, 4ème édition, pp. 41-52. Le livre d'Atencio est un classique de la pensée géopolitique argentine. Comme le lecteur peut le constater, nous paraphrasons son titre pour le présent article.

4 On peut trouver un regard récent (bien qu'antérieur à la pandémie) sur les tendances géopolitiques dans Robert D. Kaplan, The Revenge of Geography. Comment les cartes conditionnent le destin des nations, RBA, Barcelone, 2015.

Imprimer

Eduard Alcántara « L'Imperium est la forme la plus achevée et la plus complète d'organisation socio-politique »

1

 

La maison d'édition Letras Inquietas vient de publier ImperiumEurasia, Hispanidad y Tradición, une œuvre collective avec la participation de Carlos X. Blanco, Eduard Alcántara et Robert Steuckers. Les essais qui composent le livre recherchent dans la Tradition, dans l'Histoire et dans le présent, les éléments conceptuels nécessaires à une théorie de l'Empire qui rejette le modèle actuel, absorbant, prédateur et « impérialiste ». À cette occasion, EL CORREO DE ESPAÑA s'entretient avec Eduard Alcántara, philosophe et expert de la pensée traditionaliste.

Q : Qu'est-ce que l'Imperium ?

R : Pour la Tradition, la notion d'Imperium représente l'aspiration à transférer l'Ordre cosmique (l'Ordo dont on parlait au Moyen Âge ou le Ritá védique) aux constructions politico-sociales conçues par l'homme. Il s'agit de faire en sorte que le microcosme soit le reflet du macrocosme. Nous parlons de la prétention de consommer ce que l'adage hermétique-alchimique dit quand il exprime que « ce qui est en haut est en bas ». L'harmonie qui régit dans les domaines célestes et qui a son corrélat dans la musique des sphères dont parlait déjà Pythagore, doit aussi régir dans les domaines terrestres. Les forces subtiles (numina) constituent le nerf de la charpente cosmique et, de même qu'elles s'interpénètrent de manière à harmoniser la dynamique du macrocosme, l'homme doit, au moyen du rite sacré, les activer afin que, par leur opérativité, elles rendent possible que l'harmonie qui gouverne en Haut gouverne aussi ici-bas sous la forme de l'Imperium ou du Regnum, tous deux donc de caractère sacré.

 

2

 

Q : Quelles sont les implications de l'Imperium pour la Tradition et vice versa ?

R : Si l'ensemble du cadre nouménique a pour cause première d'harmonisation la force centripète représentée par le Premier Principe indéfinissable, indéterminé et éternel (Brahman, pour l'hindouisme) qui est à son origine, l'Imperium fonctionne de manière similaire, puisque toutes ses composantes agissent et interagissent en harmonie en « tournant » autour de la figure de l'Empereur comme axe vertébral, car il est revêtu de cette aura sacrée qui dégage un prestige, une dignité supérieure et une majesté qui ne nécessitent, par nature, aucune force coercitive pour maintenir la cohésion des différents corps sociaux, administratifs et territoriaux qui font partie de cet Imperium. L'empereur, dans la Tradition, assume le rôle de Pontifex, ou bâtisseur de ponts, entre le monde métaphysique et le monde physique. Il est donc la clé de la sacralisation des sociétés dont il est le recteur et le guide. Il agit comme un catalyseur et un exemple pour ceux qui, par volonté et potentiel spirituel, s'aventurent sur le chemin rigoureux, méthodique et ardu de la metanoia, de la transsubstantiation ou remotio intérieure, de la réalisation spirituelle. De même, à ceux qui n'ont pas cette volonté et ce potentiel, elle rend possible l'approche, par la participation à son projet, des vérités transcendantes.

 

Q : Quelle a été l'influence de l'Imperium dans l'évolution de l'histoire en général et de l'hispanité en particulier ?

: Le Monde de la Tradition s'est toujours efforcé de se constituer en Imperium comme la forme la plus complète et la plus aboutie d'organisation politico-sociale. Il comprenait parfaitement que la fonction impériale était celle qui incarnait et reflétait le plus fidèlement les ordonnancements et les harmonies des plans métaphysiques de la réalité. C'est pourquoi nous l'avons vu se réaliser sous des latitudes lointaines : au Japon, en Chine, en Perse, à Rome ou dans l'Europe du Saint Empire romain germanique. En Amérique, l'Espagne se heurte à une forme d'empire déjà dégradée, dont la survie repose uniquement sur l'usage de la force. Il a rencontré un empire aztèque tombé dans une sorte de rituel du sang, de la coupe tellurique ; il a interagi avec des forces préternaturelles et non surnaturelles. Il a également rencontré un empire inca centré sur les cultes d'une solarité décadente et non olympique. Une solarité qui ne dérive pas du Principe Suprême et éternel, qui par essence est imperturbable, mais une solarité qui naît et meurt, qui est donc changeante et qu'ils tentent de réveiller en la nourrissant continuellement de sacrifices humains sanglants. Si nous faisons un parallélisme avec l'univers mythologique grec, nous dirions que le monde inca n'accomplissait pas de rites pour activer les pouvoirs du dieu solaire, immuable et olympien Apollon, mais du dieu soleil Hélios, qui meurt et ressuscite sans cesse. L'Espagne devient Imperium, et ainsi la monarchie hispanique remplace les formes dissolues des empires amérindiens précolombiens par un Imperium fidèle aux vérités impérissables et éternelles de la Tradition. En Amérique, en Europe et même en Asie, avec les Philippines, une Idée spirituelle, la Catholicité, et la figure qui l'incarnait (différents monarques) ont maintenu la cohésion de l'Imperium pendant trois siècles sans maintenir, une fois établie, pratiquement aucune force militaire d'origine péninsulaire dans les différents territoires qui s'y conformaient, parce que la dignité sacrée de l'Idée qu'elle incarnait est devenue le pôle d'attraction qui l'a rendu possible. Son existence de trois siècles constitue un fait quasi-miraculeux si l'on tient compte des temps qui couraient alors dans une Europe qui avait vu naître un humanisme et un anthropocentrisme qui poussaient l'homme à une sorte de solipsisme qui le faisait se regarder le nombril et tourner le dos au fait Transcendant. Une Europe où dominaient le subjectivisme, le relativisme et l'impossibilité de connaître le Supérieur en raison de l'irruption du protestantisme. Une Europe dans laquelle la raison d'Etat (la fin machiavélique qui justifie les moyens) s'élevait au-dessus des considérations d'ordre sacré ou dans laquelle le rationalisme cartésien du XVIIème siècle et le mal nommé illuminisme du XVIIIème siècle luttaient avec succès pour laminer toute Vérité Supérieure en n'entrant pas dans la compréhension courte du raisonnement humain. Pourtant, même au cours du XVIIIe siècle, le miracle de l'Imperium hispanique ou de la Monarchie hispanique a survécu.

 

3

 

Q : Après Rome, l'Imperium s'est manifesté, selon vous, dans le Saint-Empire romain germanique et, plus tard, dans la tentative de récupération conçue par Charles Quint...

R : Oui, sans être trop polémique, on peut dire que le second prend le relais du premier et le troisième du second. Le Saint Empire Romain (S.I.R.G.) montre clairement cette intention de continuité jusque dans son nom même de Romain. Il représente une tentative de restauration du défunt Empire romain d'Occident. Malheureusement, en raison surtout de l'issue des guerres entre Guelfes et Gibelins à partir du XIIe siècle (les guerres dites des Investitures), le S.I.R.G. se dilue en raison du triomphe du camp guelfe, qui finit par enlever la potestas sacra à l'Empereur. Les conséquences en seraient finalement désastreuses, car désacraliser le chef du S.I.R.G. finirait par désacraliser, par osmose, tous les corps sociaux et territoriaux qui étaient sous son égide et accélérerait, de la sorte, tout un processus de décadence qui n'a guère eu de frein jusqu'à nos jours délétères. En fait, le seul frein a été mis par Charles V avec son projet de Monarchie Universelle qui, pour commencer, vivifierait les restes anodins et sans âme de ce qui avait été le S.I.R.G.. et, en outre, non seulement de la restituer à son territoire d'origine mais, surtout, à son être constitutif, qui n'était autre que celui de son essence spirituelle sous la forme de la catholicité ; D'où, par exemple, sa détermination à mettre fin au schisme protestant et son non-conformisme de simple catholique dévot face à la politique infâme du pape Clément VII, comme il l'a démontré avec le Sac de Rome de 1527; peut-être une gueule de bois gibeline de l'empereur Charles face au guelfisme symbolisé par la papauté ? Nous pouvons donc tracer des liens qui unissent l'Empire romain, le S.I.R.G. et l'Empire hispanique.

 

Q : Tradition contre monde moderne : qu'est-ce que l'un et qu'est-ce que l'autre ?

: La tradition consiste à vivre en se concentrant sur le Haut. C'est pourquoi les structures et les organismes politico-sociaux sont substantialisés et concrétisés de telle sorte qu'ils permettent à l'homme de vivre en consonance avec le Transcendant, même dans sa vie quotidienne la plus insignifiante ; ainsi, chacune de ses actions deviendra une sorte de rite. La tradition agit comme si elle était une force qui sacralise l'existence terrestre. La Tradition, par essence sacrée, est intemporelle et peut, par conséquent, se manifester et se concrétiser à n'importe quel moment de l'évolution de l'histoire de l'homme, bien que, certainement, plus le kali-yuga, dont parlent les textes sapientiels indo-aryens (ou l'âge de fer, auquel fait allusion le Grec Hésiode) devient omni-hégémonique, plus la possibilité d'une Restauration de l'Ordre Traditionnel se produit sous une certaine latitude. Le monde moderne, quant à lui, représente le triomphe de la matière sur l'Esprit. Au début, sa prépondérance n'est pas totale mais progressivement, parfois avec des accélérations brutales, son hégémonie devient de plus en plus étouffante et aliénante. Jamais le monde n'a été aussi grossièrement et extrêmement matérialiste, mais, comme nous l'avons souligné plus haut, la prostration actuelle est le résultat de l'action d'une série de facteurs et de processus de dissolution, tels que l'humanisme, l'anthropocentrisme, le protestantisme, le relativisme, le rationalisme, le positivisme, les Lumières, le « nouveau » monde, positivisme, les Lumières ou/et les révolutions libérales et communistes, les sous-produits culturels tels que l'évolutionnisme darwinien, l'utilitarisme ou la psychanalyse pour aboutir au dépotoir actuel, consumériste, individualiste, nihiliste et de relativisme et de subjectivisme faisant partie intégrante de la postmodernité. Voyez donc que le seul antidote intégral pour affronter le monde moderne corrosif et dissolvant est le monde de la Tradition.

 

4

 

Q : En quoi l'Imperium diffère-t-il de l'impérialisme exercé, par exemple, par les États-Unis ?

R : Nous avons vu que l'Imperium a une base métaphysique, tandis que l'impérialisme a une base matérielle, que ce soit en vue d'une domination simplement expansive-territoriale ou à des fins économiques-mercantilistes. L'Imperium prétend créer la civilisation et l'impérialisme se déplace avec des prétentions de pillage et d'exploitation des ressources matérielles (énergie, nourriture,...). L'impérialisme anglais, hollandais ou français présentait un caractère colonialiste plus qu'évident, consistant dans le pillage par la métropole des ressources des colonies et dans la non-industrialisation de celles-ci afin qu'elles n'aient d'autre choix que d'acheter les produits fabriqués dans les industries de la métropole. Par exemple, dans le cas des Anglais, ils sont allés jusqu'à détruire les métiers à tisser en Inde ou à couper les pouces des tisserands à Ceylan pour couper toute concurrence textile possible avec les industries métropolitaines. Là où les puissances impérialistes avaient l'habitude de créer des usines commerciales, l'Espagne, en revanche, a fondé des villes et les a dotées d'aqueducs et d'infrastructures de toutes sortes. Ses routes pénétraient vers l'intérieur car il s'agissait de civiliser l'ensemble du territoire. Ainsi, contrairement aux usines côtières anglaises ou néerlandaises, les villes étaient fondées et refondées à des centaines de kilomètres de la côte, car l'objectif n'était pas seulement de remplir les cales des navires marchands, mais aussi de diffuser le catholicisme et ses vecteurs culturels, tels que la langue, la scolastique et la théologie. La Bible a été traduite dans un bon nombre de langues précolombiennes (toutes non grammaticales jusqu'à l'arrivée des Espagnols), comme le quechua et le nahuatl. Vingt-cinq universités et un grand nombre de Colegios Mayores ont été fondés, ouverts à tout sujet de la couronne espagnole ; certaines de ces universités ont été créées un siècle avant que les Anglais ne fondent la première dans leurs colonies américaines : l'université de Harvard en 1636. Le cas des États-Unis est également paradigmatique de ce qui a été et est un empire prédateur, aux antipodes de l'Imperium Hispanico. Au XVIIe siècle, c'est la doctrine de la Destinée manifeste qui a guidé dans une large mesure l'élan colonialiste américain. Les protestants en général et les puritains en particulier qui sont arrivés sur le territoire des 13 colonies l'ont brandi comme un argument expansionniste. Selon eux, les nouveaux colons auraient été désignés par Dieu pour avoir, comme les Juifs avec la terre promise d'Israël, leur terre de promesse. La conquête de nouveaux territoires et l'enrichissement économique qui en découle seraient les signes du choix préalable que le Très-Haut en aurait fait ; dans la lignée, cette idée, des dogmes calvinistes qui, par ailleurs mais dans cette même lignée, ont tant contribué à l'apparition et à l'expansion ultérieures du capitalisme (une contribution, disions-nous, essentielle du calvinisme en particulier comme du protestantisme en général). Cette doctrine de la Destinée Manifeste a pris de nouveaux envols depuis la fin du 18ème siècle (avec l'indépendance des 13 colonies) et est arrivée jusqu'à nos jours avec la conviction que les Américains ont été choisis par la divinité pour exporter et implanter (par la force ou par la ruse) la démocratie dans le monde entier. Leur impérialisme repose donc sur le principe d'une souveraineté populaire (si chère à la démocratie) par laquelle le pouvoir n'est pas légitimé par le Haut (il n'a pas d'origine sacrée) mais par le Bas, par un démos qui un jour peut établir, par la moitié plus un des votes, que les valeurs à défendre sont certaines et le lendemain en choisir d'autres, brisant ainsi toute validité des Vérités et Valeurs éternelles qui ont toujours donné la stabilité aux sociétés traditionnelles et ont toujours été leurs points de référence supérieurs. Nous ne révélons aucune preuve qui n'est pas connue si nous dénonçons que derrière cet empressement « généreux » et « détaché » à étendre la démocratie à toute la planète, se cachent des intérêts économiques non dissimulés qui, dans leur avidité, n'ont aucune limite par rapport aux confins du monde.

 

Q : « Les États ont déjà défenestré toute aspiration à constituer des unités politiques qui les dépassent et qui ont en vue un but élevé, parce que, au contraire, ils n'aspirent plus à restaurer l'Imperium. » Est-il encore possible de récupérer l'Imperium et la Tradition ?

R : La restauration de l'Ordre traditionnel et de sa forme impériale nous semble très compliquée étant donné les temps de dissolution que nous traversons dans tous les ordres, mais ce n'est pas un obstacle pour nous de soutenir qu'il n'est pas impossible que cela se produise. Le susdit Hésiode a écrit dans son œuvre Travaux et Jours que même dans les périodes de plus grande dispersion et de tribulations, il était possible de restaurer l'âge d'or dont parlait la mythologie grecque. L'homme n'est pas un être fatal, au destin irrévocablement écrit d'avance. Pour la Tradition, l'homme est libre de tracer son chemin, tant intérieur qu'extérieur, tout comme il chérit cette liberté qui peut lui permettre d'entreprendre un combat dont le but est de renverser le désordre ambiant et d'illuminer une nouvelle ère libérée des chaînes et des fardeaux lourds et aliénants que le monde moderne place depuis longtemps dans son empressement à bestialiser l'homme en l'amputant de sa dimension Transcendante.

Carlos X. Blanco, Eduard Alcántara et Robert Steuckers: Imperum, Eurasia, Hispanidad y Tradición. Letras Inquietas (juin 2021)

Ex: https://elcorreodeespana.com/libros/167428483/Eduard-Alcantara-El-Imperium-es-la-forma-mas-acabada-y-mas-completa-de-organizacion-politico-social.html

Imprimer

Danemark Angleterre deux Vikings d’une même famille réunis à Copenhague… 1 000 ans plus tard

OIP

 

L’un fut découvert en Angleterre, l’autre au Danemark : deux Vikings d’une même famille, après avoir été séparés un millénaire durant, sont réunis depuis quelques jours au Musée national du Danemark.

Deux vikings d’une même famille réunis à Copenhague

Le Musée national du Danemark, basé à Copenhague, a offert des retrouvailles très particulières à deux guerriers vikings d’une même famille. Et pour cause : les deux squelettes auraient été séparés pendant 1 000 ans !

En effet, l’un des deux serait mort en Angleterre au début du XIe siècle à la suite de blessures à la tête avant d’être enterré dans une fosse commune à Oxford. Quant à son parent, présumé être agriculteur, il serait décédé sur l’île danoise de Funen alors qu’il était âgé d’une cinquantaine d’années. Son squelette a été exhumé en 2005 près de la ville d’Otterup tandis que celui-ci portant des traces de coups suggère qu’il aurait lui aussi participé à des batailles. C’est par l’intermédiaire d’une cartographie de l’ADN des squelettes de l’époque viking (entre le VIIIe et le XIIe siècle) que les chercheurs ont constaté que les deux vikings étaient parents au deuxième degré.

Selon l’archéologue Jeanette Varberg, du musée national du Danemark, « c’est une grande découverte parce que maintenant vous pouvez retracer les mouvements à travers l’espace et le temps à travers une famille ». Prêtés par le musée d’Oxfordshire pour une durée de trois ans, les quelques 150 os d’un homme d’une vingtaine d’années ont ainsi permis de reconstituer son squelette à Copenhague afin de présenter les deux vikings côte à côte, bien que séparés par la mer du Nord au moment de leur mort, à quelques 900 kilomètres l’un de l’autre.

 

1

Le personnel du Musée national de Copenhague déballe les ossements prêtés du viking retrouvé en Angleterre

De l’avis de l’archéologue, le guerrier a potentiellement été abattu lors d’un raid viking en Angleterre et en Écosse. Cependant, elle avance également une autre explication possible : un décret royal du roi d’Angleterre Aethelred II ayant ordonné en 1002 que tous les Danois d’Angleterre soient tués, l’individu âgé aujourd’hui d’un millénaire figurait peut-être parmi les victimes. Un massacre de la Saint-Brice à Oxford qui se déroula le 13 Novembre 1002.

 

Un lien de parenté incontestable entre les deux squelettes

La réunion des deux vikings est d’autant plus insolite que la découverte de liens de parenté entre différents squelettes est très rare, à l’exception de certains souverains. En revanche, il a été impossible pour les archéologues de déterminer clairement le lien familial qui unit les deux hommes, bien que cette parentèle soit présentée comme étant incontestable. « C’est très difficile de dire s’ils ont vécu à la même époque ou s’il y a peut-être une génération de différence car il n’y a aucun élément dans les tombes qui puissent donner une datation précise, vous avez donc une marge de plus ou moins 50 ans », a justifié Jeanette Varberg.

Ainsi, les analyses laissent à penser que les deux vikings étaient soit demi-frères, soit neveu et oncle, voire grand-père et petit-fils, comme l’a rapporté Eske Willerslev, généticien de l’université de Copenhague.

2

L’un des deux Vikings. Source : Facebook Nationalmuseet

 

Lors de la découverte de l’homme le plus jeune des deux, via des fouilles préventives en 2008, près d’Oxford, les archéologues avaient également mis à jour les restes de 35 autres colons danois.

Quant à son parent retrouvé au Danemark, des signes d’arthrite et d’inflammation des côtes, peut-être dus à la tuberculose, ont été observés sur son squelette. Enfin, les deux vikings mesuraient approximativement 1,80 m.

À partir du 26 juin, les deux squelettes seront visibles au Musée national de Copenhague dans le cadre d’une exposition intitulée « Togtet », signifiant « Le raid » en danois.


Source : (12/06/2021) -  Breizh-info.com, 2021.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites