Résistance Identitaire Européenne

1914-1918 : LES TENTATIVES DE PAIX SABOTEES

En quatre ans de guerre, il y eut de nombreuses tentatives de paix. De nature diverse, toutes échouèrent, y compris les plus sérieuses et les plus sincères. Que s’est-il passé ?

Décrivant l'engrenage qui conduisit au déclenchement de la Première Guerre mondiale, les historiens contemporains ne manquent pas d'observer que celle-ci n'était nullement inévitable, et que seul un concours de hasards successifs, de malentendus et d'erreurs fut à l'origine de la déflagration. En revanche, une fois le conflit engagé, il devint impossible d'enrayer l'implacable machinerie des Etats s'employant à accumuler les destructions. Pourtant, ces quatre années de guerre furent ponctuées de nombreuses tentatives de négociations destinées à mettre fin au massacre. Certaines furent poussées assez loin. Toutes, cependant, aboutirent à une impasse. Pourquoi?

Se rendant compte, dès le début des hostilités, que l'armée autrichienne a failli être anéantie en Galicie (septembre-novembre 1914), l'empereur François-Joseph s'adresse directement au tsar Nicolas II, dans l'espoir de signer une paix séparée. Celui-ci rejette sa demande. L'année suivante, les Allemands tentent de renouveler l'opération. Ils se voient opposer le même refus de la part de Petrograd. C'est que les belligérants se sont d'emblée enfermés dans une logique contraignante et jusqu'au-boutiste nouvelle. Le 5 septembre 1914, les puissances de l'Entente se sont, en effet, engagées à « ne pas conclure de paix séparée au cours de la présente guerre ». En principe, il était donc quasi impossible à chacune d'elles de sortir de celle-ci sans l'accord des autres. Et il en était grosso modo de même pour les Empires centraux. Toutefois, à mesure que le conflit s'enlisera, il y aura d'autres propositions de paix. De nature diverse, elles seront plus ou moins sincères.

Certaines consisteront, pour leur initiateur, à améliorer leur image intérieure ou internationale, surtout auprès des neutres, mais sans réelle volonté d'aboutir. La proposition faite par l'Allemagne au roi des Belges Albert Ier, en novembre 1915, appartient à cette catégorie. Il s'agissait, peu ou prou, d'intégrer la Belgique au sein du Reich - déjà constitué de vingt-cinq Etats. En février 1916, Albert Ier met fin aux négociations. D'autres propositions seront utilisées par leurs destinataires auprès de leurs alliés, afin d'obtenir de leur part une plus grande rémunération après la fin des hostilités. Citons, à cet égard, les pourparlers tenus, entre janvier et août 1916, entre le Japon et l'Allemagne: Berlin propose à Tokyo une assistance dans ses projets impérialistes en Asie du Sud-Est, contre un abandon de son alliance anglaise. En réalité, le Foreign Office a été informé de ces tractations par les Japonais eux-mêmes, et cette connivence anglo-nipponne a conduit ces négociations vers le marécage d'une improbable médiation avec la Russie.

Autres éléments clés : d'une part, l'état de l'opinion dans les pays belligérants ; d'autre part, le court-circuitage des instances de décision apparentes par des instances moins visibles. D'abord chauffées à blanc, les opinions commencent à évoluer lorsque, à partir de 1916, elles prennent conscience de l'illusion que représentait l'idée d'une guerre courte. Cette évolution apparaît propice à de nouvelles initiatives en faveur de la paix. Ainsi, en Allemagne, une fraction du Parti social-démocrate, avec Kurt Eisner et Heinrich Strobel, s'oppose-t-elle à la poursuite de la guerre. De même, en France, Aristide Briand, devenu président du Conseil en octobre 1915, va-t-il entretenir des pourparlers presque sans discontinuer à partir de 1916. Mais ceux-ci seront constamment contrecarrés : en Allemagne, par la caste militaire ; en France, par les réseaux de Georges Clemenceau.

En Allemagne, les blocages viendront, pour l'essentiel, du grand état-major impérial. N'ayant pas son équivalent dans les autres pays, celui-ci constitue un centre de décision et d'information quasi autonome, qui n'hésite pas à empiéter sur le politique. C'est ainsi que, dès 1914, il s'est vivement opposé aux tentatives de paix de François-Joseph. A partir de 1916, et la nomination à sa tête, au côté d'Hindenburg, du général Ludendorff, il devient pratiquement un gouvernement parallèle, allant même jusqu'à planifier une guerre contre l'Autriche lorsque celle-ci est soupçonnée de tenter à nouveau une paix séparée ! En France, tout au contraire, les instances militaires n'ont aucune autonomie, et obéissent sans murmure au pouvoir civil. En revanche, le pouvoir n'est pas toujours là où il est censé se trouver. La guerre n'a nullement fait taire les coteries et les partis. Ainsi, sous le ministère Briand, plutôt favorable à une paix de compromis, chaque tentative sera-t-elle aussitôt communiquée aux cabinets fantômes du clan jusqu'au-boutiste, afin de la saboter.

Ces écueils rendent inopérantes les conversations secrètes engagées en Suisse, au cours de l'hiver 1916-1917, entre François-Emile Haguenin, directeur du bureau de presse français à Berne (et proche de Briand), et son homologue allemand, le comte Harry Kessler. Et entravent les velléités du chancelier Bethmann-Hollweg, sans cesse contraint de formuler des exigences inacceptables pour les Alliés, afin de satisfaire le grand état-major allemand.

Quel fut le rôle des Etats neutres dans ces tentatives ? Ils servirent d'intermédiaires, sans proposer de véritable médiation. A deux exceptions près. Celle de l'Espagne, par le biais de son ambassadeur à Bruxelles, le marquis de Villalobar, en août 1917. Et surtout celle du Vatican. Dès son élection, en septembre 1914, le pape Benoît XV appelle solennellement à une suspension des armes, et multiplie ses efforts en faveur d'une paix blanche. Il n'est pas entendu. Il récidive en 1916 et 1917, faisant, cette fois, des propositions concrètes. Mais il se heurte à la double hostilité du républicain anticatholique Clemenceau et du luthérien Ludendorff. Le premier le traite de «pape boche », le second de «pape français ». Il se heurte aussi au protocole d'adhésion de l'Italie à l'Entente (1915), qui stipulait que le pape devait être « exclu de toute négociation à venir ».

Parallèlement, ne cédant pas au découragement, le souverain pontife apportera tout son soutien aux nouvelles tentatives de l’Autriche-Hongrie. Les plus sincères et les plus élaborées depuis le début de la guerre. L'empereur François-Joseph meurt le 22 novembre 1916. Son petit-neveu, Charles, qui lui succède, fait de l'arrêt de la guerre une priorité absolue. Officiers dans l'armée belge, ses beaux-frères, les princes Sixte et Xavier de Bourbon Parme — les frères de l'impératrice Zita —, sont mobilisés par ses soins afin de rechercher en son nom une paix de compromis avec les puissances de l'Entente. Dès les premiers jours de 1917, ils sont à la manœuvre, et Londres ne voit pas leur effort d'un mauvais œil. Ils bénéficient également des soutiens mesurés de certains milieux allemands. Au printemps, ils transmettent au président français Raymond Poincaré une lettre de Charles, datée du 12 avril. Puis une seconde lettre, plus précise, datée du 9 mai.

En dépit d'un accueil plutôt positif de Poincaré, cette initiative de Vienne va être sabotée par le nouveau président du Conseil et ministre français des Affaires étrangères, Alexandre Ribot. Comment ? En la communiquant immédiatement à l'Italie, qui mobilise, du même coup, tous ceux qui veulent la peau de l'Autriche-Hongrie. Projetant le dépeçage de l'Empire des Habsbourg, les Alliés ont, en effet, promis à Rome d'immenses territoires prélevés sur celui-ci. Tant et si bien que, dès le début, la proposition autrichienne a perdu toute chance d'aboutir rapidement. Réunis le 19 avril — soit seulement une semaine après la première lettre de Charles - à Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie), les délégués anglais, italiens et français la torpillent purement et simplement. L'influence de Clemenceau sur Ribot est à l'origine de ce sabotage. Alors en dehors du gouvernement, mais membre très influent des comités secrets du Sénat, n'ayant de cesse de dénoncer « les traîtres », le futur « Père la Victoire » veut la poursuite de la guerre à tout prix. Jusqu'à l'écrasement de l'Allemagne et la disparition de la double monarchie.

L'empereur Charles, cependant, ne renoncera pas. Quitte à mécontenter vivement le grand état-major allemand. De juin à novembre 1917, de nouvelles discussions poussées s'engagent entre des agents autrichiens et des militaires du Deuxième bureau français. Celui-ci est dirigé par le lieutenant-colonel Goubet, qui a acquis la conviction que le gouvernement autrichien veut la paix. En outre, il devine combien serait vulnérable une Mitteleuropa morcelée, face à une Allemagne vaincue, mais non annihilée. Avec l'accord du ministre de la Guerre, Paul Painlevé, il désigne le commandant Abel Armand pour explorer les ouvertures de paix avec l'Autriche. Cette dernière est représentée par le comte Nikolaus Revertera, lui-même mandaté par son ministre des Affaires étrangères, le comte Ottokar Czernin. De nombreux points sont abordés dans le plus grand secret, et Painlevé est soigneusement tenu au courant de l'état des discussions. On envisage des redécoupages territoriaux permettant de sauvegarder l'existence d'une Autriche-Hongrie viable, susceptible de faire contrepoids à l'Allemagne. Pourtant, cet effort va lui aussi capoter.

Au même moment, inquiet de l'affaire « Sixte » et des soupçons du grand état-major sur une possible « trahison » de l'Autriche, Berlin a lancé une nouvelle base de négociation sous la houlette de son ministre à Bruxelles, le baron von Lancken, qui y associe Aristide Briand, redevenu simple député. Avec l'accord du roi Albert, des membres de la noblesse belge — la comtesse de Mérode, le comte de Broqueville et les barons Coppée - introduisent les entretiens. Ceux-ci échoueront. De nouveau à cause de Ribot, toujours dirigé en sous-main par Clemenceau, mais aussi à cause de la légèreté de Briand. Espérant redevenir président du Conseil, celui-ci commet l'imprudence de remettre à Ribot un mémoire sur la négociation en cours. Ce dernier s'empresse, alors, de falsifier le document afin de le présenter à la Chambre sous un jour défavorable, exagérant intentionnellement les risques de rejet par l'Italie. Le 20 octobre, Briand démontre le mensonge et, deux jours plus tard, Ribot démissionne. Mais le mal était fait, une nouvelle occasion venait d'être torpillée.

La nomination, le 15 novembre 1917, de Clemenceau à la présidence du Conseil rend, désormais, toute chance de paix impossible. La mission du commandant Armand est transformée rétroactivement en « simple mission de renseignement», et il est suggéré que l'officier a outrepassé ses pouvoirs. Le Tigre n'a jamais été regardant sur les moyens employés pour affaiblir ses adversaires. Il le prouve une nouvelle fois, avec la lamentable « affaire Czernin ». Dans une allocution prononcée le 2 avril 1918 devant les échevins de Vienne, le ministre autrichien critique l'irrédentisme français sur l'Alsace qui serait, selon lui, un « obstacle à la paix ». Clemenceau réplique aussitôt en rendant publique la lettre de l'empereur Charles remise à Poincaré l'année précédente, dans laquelle le souverain laissait la porte ouverte sur une restitution de l'Alsace-Lorraine à la France. Violant ainsi tous les usages diplomatiques, le nouveau chef du gouvernement français mettait, en outre, Charles dans une position intenable vis-à-vis de l'Allemagne, le contraignant à désavouer sa propre lettre. Czernin, qui n'a pas soutenu son souverain, est révoqué le 16 avril. Aucune négociation sérieuse ne sera plus possible après cela.

Clemenceau n'a eu de cesse d'agir avec la volonté délibérée de détruire l'Autriche-Hongrie. Quel qu'en soit le prix. Et quel prix! Pour la France, 700000 morts supplémentaires et une puissance à jamais compromise. Et, plus largement, pour l'Europe, une sortie de l'Histoire. La rancune de l'homme de Panama a coûté très cher à la France et au vieux continent.          

Pierre de Meuse

Sources : Le Spectacle du Monde – juillet août 2014.

Imprimer

Deux nouveautés identitaires pour nos plus jeunes!

GUNNY "Le Premier Voyage" (9.50€ + 3,50€ frais de port)

Découvrez la toute nouvelle aventure de Gunny le petit voilier Viking !

Gunnycouvrecto

Aidé des éléments de la nature, des animaux, et de son nouvel ami le Chapitaine, Gunny va enfin pouvoir réaliser son rêve le plus cher : naviguer sur les océans ! Une histoire pleine de tendresse, d'espoir et d'aventures pour petits et grands, dans la pure tradition viking.

 

Sunilde (9.50€+3,50€ frais de port)

Sunildecouvrecto

Sunilde est une jeune sirène intrépide et curieuse. Elle explore les fonds marins en quête de découvertes et d'aventures, malheureusement elle n'a personne avec qui les partager. Mais un jour, sa rencontre avec l'équipage d'un bateau va changer sa vie... Découvrez ce personnage inédit dans cette aventure dérivée de la série de bande dessinée VIKINGAR, aux cotés de Tenee et ses amis !

 

Pour toutes commandes: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Imprimer

BIDEN ? par Pierre Vial

200815 biden harris jm 1705 d5ed225b5c67c10ef5cba5f0bfc635f4

 

Alain de Benoist déclarait récemment sur un site ami que Trump était le bon choix « faute de mieux ». Certes aujourd’hui les jeux sont faits mais qu’il me permette de lui dire, très amicalement, que pour moi Biden est le meilleur parce qu’il est le pire. Cette formulation demande une explication.

Biden est gâteux, comme l’ont montré certaines de ses déclarations en public et il est mené par le bout du… nez par la métisse installée comme vice-présidente. Biden a pour lui toutes les forces de décomposition de la société américaine : il a été élu grâce au vote ethnique massif des Afro-Américains et des communautés du style LGBT et autres qui haïssent l’Amérique blanche, celle qui par son travail a bâti la puissance américaine.

Il va donc conduire les USA sur la voie de la décadence, tant sur le plan intérieur qu’extérieur. C’est pourquoi ceux qui combattent l’hégémonie américaine et veulent en libérer les peuples ne peuvent que se réjouir de l’élection de Biden. Les braves gens qui ne comprennent pas cela devraient lire Machiavel. Mais là j’en demande peut-être beaucoup…

Pierre VIAL

Imprimer

Commémoration du 7 novembre 2020 : l’extrême gauche catalane à la manœuvre

drapeau catalan diada 683x387

 

La manifestation du 7 novembre est considérée dans les milieux catalanistes comme la Diada de la Catalunya Nord, la « Journée », au sens d’une journée nationale. En effet, cette date correspond à la signature du traité des Pyrénées, le 7 novembre 1659, par les rois de France et d’Espagne, ce qui a pour conséquences politiques et géographiques le rattachement de la Catalogne du Nord (appellation moderne comme celle d’ailleurs de la très révolutionnaire « Pyrénées-Orientales ») au royaume de France, ce qui occasionne une fracture territoriale avec le reste de la Catalogne. Nous commémorons donc aujourd’hui les 361 ans d’un traité qui n’a ni été décidé, ni été ratifié par les principaux intéressés : les catalans. Cette commémoration donne lieu chaque année à une manifestation revendicative, sauf aujourd’hui qui sera pour cause de confinement « dématérialisée » sur les ondes radio.

C’est sans surprise que cette année la marque de l’extrême gauche vient s’inviter dans une commémoration qui normalement doit dépasser les clivages politiques afin d’unir sur un projet institutionnel commun. La cause première de cette préemption : l’élection de Louis Aliot à la mairie de Perpignan. Ces catalanistes oublient bien vite que lors du conseil municipal du 20 septembre 2018, les élus du Rassemblement National (RN), dans l’opposition à l’époque, ont voté en faveur des subventions annuelles pour les deux écoles Bressola de Perpignan (j’étais présent ce jour-là). C’est sans parler d’un document de campagne de Louis Aliot, diffusé sur sa page de candidat lors des municipales en mars 2020, en faveur de l’aide à l’enseignement du catalan. Par ces attaques incessantes, ces catalanistes chercheraient-ils à ce que l’actuelle équipe municipale RN de Perpignan cesse d’accorder des subventions aux écoles catalanes de Perpignan, afin d’engager une campagne politique et médiatique contre la municipalité ? Nous connaissons tous la pratique de la terre brûlée de l’extrême gauche, un tel comportement retord ne serait nullement étonnant. Ces catalanistes se plaignent dans leur manifeste du 7 novembre 2020, que Louis Aliot veut faire de Perpignan une ville sûre et propre qui serait contraire à son essence même. Ce qui signifie donc que Perpignan est une ville sale où règne l’insécurité, ce qui convient apparemment aux catalanistes toujours prompts à donner des leçons de citoyenneté.

Pour ces gens-là seul compte leur obsession, que dis-je, leur raison de vivre, ou plutôt leur perfusion politique sans qui ils ne pourraient pas exister : l’extrême droite. La lecture du manifeste à ce sujet est éloquente.

Il est bon de rappeler certains points :

1) Pour ces gens-là, tout ce qui n’est pas d’extrême gauche est d’extrême droite ;

2) Le catalanisme leur permet d’exister et surtout de faire vivre une idéologie plus que jamais éculée et qui se fracasse de jour en jour devant la réalité ;

3) Cette minorité agissante qui ne bénéficie d’aucune légitimité pour représenter les nord-catalans introduit dans ce même manifeste du 7 novembre 2020, sensé revendiquer un statut territorial au nom de tous pour notre département, des thèmes qui n’ont strictement rien à voir, comme par exemple l’expulsion de sans-papiers d’un hôtel de Perpignan. Quel rapport avec la revendication territoriale ?

4) Ces gens-là tentent d’importer les problèmes de la Catalogne Sud en Catalogne du Nord, alors que nous avons nos propres difficultés et que les principales préoccupations des habitants de ce territoire ne sont absolument pas axées sur ces problématiques. Elles concernent, comme toujours, une minorité bruyante qui prétend parler au nom de tous.

5) Ces gens-là, qui agglutinent autour d’eux une cohorte de militants issus des rangs des milieux de la gauche extrême à l’affût d’une tribune, nient avec un mépris de classe de plus en plus frappant, absolument toutes réalités politiques et sociologiques de notre société. Ils sont les meilleurs alliés du système jacobin français. Leurs délires, leur sectarisme éloignent les gens du commun des revendications légitimes pour une reconnaissance institutionnelle de notre territoire, du maintien et du développement de notre langue. Pire, ils fabriquent même une opposition virulente.

Si nous voulons avancer sérieusement sur ces thématiques, une nouvelle génération de militants doit émerger afin de reléguer aux poubelles de l’histoire ces crypto-soixante-huitards.

Llorenç Perrié Albaneltéléchargement

Imprimer

ABJECTE ASSA TRAORE

assasaignant

 

Célébrée par les medias comme l’icône de l’antiracisme, Assa Traoré brandissait à Paris le 18 octobre, avec ses complices du Comité Vérité et Justice , une pancarte avec l’inscription « RIP Samuel mort en saignant ». Sa façon à elle de marquer la décapitation de Samuel Paty. Bien entendu les medias ont pris grand soin d’étouffer l’affaire. Mais Boulevard Voltaire a su la faire connaître.

Pierre Vial

Imprimer

La légende de saint Hubert

 

st hub

Patron des chasseurs, guérisseur de la rage, saint Hubert, dont l'Église célèbre la fête le 3 novembre, est le grand thaumaturge de l’Ardenne. La légende de saint Hubert est aussi l'une des plus belles et des plus célèbres du Moyen Age, car, on le verra, l'histoire, d'après les documents anciens, est bien différente.

D'après la légende, donc, Hubert était le fils du duc d'Aquitaine, Bertrand, descendant du premier roi des Francs, Pharamond. Envoyé par son père à la cour du roi Thierry Ier, à la suite de désaccords avec le maire du palais, Ebroïn, il se réfugia chez son parent Pépin d'Héristal et, là, il épousa Floribane, la fille du comte de Louvain, Dagobert. Alors arriva le miracle célèbre répandu dans toute l'Europe par l'imagerie sacrée.

Crucifié entre les bois d'un cerf

«Tandis que Pépin cherchait à s'attacher son cher Hubert, lit-on dans un vieux récit, Notre Seigneur, en voulant faire une des plus brillantes lumières de son Église, le retira des embarras du siècle d'une manière fort extraordinaire, lui apparaissant crucifié entre les bois d'un cerf, lorsqu'il se divertissait à la chasse dans les forêts d'Ardenne, et lui adressant ces paroles : «Hubert, Hubert, jusqu'à quand poursuivrez-vous les bêtes des forêts et vous amuserez-vous aux vanités du monde ?»

La légende a encore enjolivé la scène, situant l'événement un Vendredi saint, par le fait qu'Hubert, poussé par la passion de la chasse, aurait oublié un tel jour ses devoirs religieux.

D'après un autre récit, c'était le jour de Noël. Un cerf d'une grandeur extraordinaire se leva dans la forêt. Hubert se jeta sur sa trace. «Arrivé à un site qui est maintenant le lieu des guérisons (1), l'animal poursuivi s'arrêta, les chiens n'osèrent avancer, et le Crucifié, dont Hubert désertait le souvenir, lui apparut rayonnant entre les bois du cerf. »

Hubert devint ensuite un saint ermite jusqu'au jour où un ange lui ordonna d'aller en pèlerinage à Rome. Durant le voyage, l'évêque Lambert de Maëstricht fut assassiné, et Dieu révéla au pape qu'il devait sacrer Hubert pour le remplacer. Celui-là refusa d'abord, par humilité, mais soudain les Anges du Ciel parurent en l'air au milieu de l'église, avec les habits pontificaux de saint Lambert. Hubert se soumit et pendant les cérémonies du sacre un ange apporta du Ciel une très belle étole envoyée par la Vierge et saint Pierre, une clef d'or, pendant qu'il célébrait la messe de son sacre.

Ces trois miracles forment le cadre de la légende de saint Hubert (2).

Celui-ci revint de Rome par son diocèse et transporta le corps de saint Lambert de Maëstricht à Liège, qui devint le siège de l'évêché. Premier évêque de Liège, Hubert mourut en 727, et son corps fut plus tard transporté à l'abbaye d'Andage, aujourd'hui Saint-Hubert d'Ardenne, qui fut jusqu'à nos jours le lieu d'un pèlerinage célèbre où venaient se faire guérir tous ceux qui avaient été mordus par un animal enragé.

Le «chasseur noir» de la forêt d'Ardenne

L'histoire est infiniment plus simple. Des origines princières de saint Hubert elle ne dit rien. Elle nous apprend seulement qu'il a été disciple de saint Lambert, qu'il lui a succédé comme évêque, qu'il a transporté le siège épiscopal de Maëstricht à Liège et qu'il est mort de maladie. Le reste sort de l'imagination du peuple et de celle de ses biographes, mais c'est la légende qui s'est imposée et qui est devenue vraiment la réalité.

Le mythe peut s'expliquer ainsi. A cette époque, les solitudes de la forêt d'Ardenne étaient restées en dehors de l'évangélisation chrétienne, et ce fut d'ailleurs un des mérites du saint de convertir les paysans de cette région. Pendant tout le Moyen Âge, l'Ardenne est décrite par les poètes comme un pays étrange et de traversée redoutable. C'était aussi un pays de grande chasse peuplé par les loups, les cerfs et les sangliers. Diane, déesse de la Chasse, y était particulièrement honorée, ainsi qu'en témoignent plusieurs inscriptions.

Guillaume Seignac Diana The Huntress

Mais, chez les Grecs, Diane était également invoquée contre la rage. Il semble donc que saint Hubert ait pris, avec la bénédiction de l'Église, la place de la Diane païenne, à la fois comme patron des chasseurs et comme guérisseur de la rage.

L'apparition miraculeuse d'un cerf crucifère trouve son origine dans des croyances germaniques, bien antérieures au christianisme, concernant la «chasse sauvage». C'était un tourbillon qui passait à l'horizon au-dessus des têtes, avec des bruits étranges. On l'attribuait à un être surnaturel qui chassait dans les nuées avec sa meute. Les nouvelles croyances chrétiennes firent de cette chasse un rite expiatoire. Un grand de ce monde, ayant gravement péché, aurait été maudit et «ce chasseur noir», en punition de ses crimes, devait chasser jusqu'au Jugement dernier.

Toutes ces légendes, tous ces mythes anciens se transformèrent sous l'influence du clergé chrétien et se cristallisèrent autour de la personne de l'obscur successeur de l'évêque de Maëstricht.

Claude Laforêt

Note :

1) A saint-Hubert d’Ardenne

2) La clef et l’étole étaient également les principaux objets dont on se servait pour guérir les victimes de la rage

Sources : Histoire magazine – N° 10, 1980.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites