Résistance Identitaire Européenne

Lignes de Front

Russie / Ukraine : Tour d’horizon des réactions nationalistes en Europe

 

Pour construire l’Europe des Nations, nous bâtissons d’abord l’Europe des Nationalistes. Nous travaillons donc à faire connaître et à faire converger les positions des mouvements amis sur notre continent, dans l’Amitié nationaliste. On retrouvera ici la position sans ambiguïté des Nationalistes, exprimée par Yvan Benedetti (« Ukraine : l’Europe des Nations ne se fera pas hors des réalités historiques »). Et Jeune Nation livre en outre ci-dessous la traduction des communiqués et réactions des mouvements frères attachés à la défense des Nations en Europe, dans le respect des réalités et des héritages historiques, territoriaux et culturels des peuples qui les composent.

Les décennies d’occupation par l’Union soviétique qu’ont subies nos amis roumains, bulgares, hongrois polonais, allemands, tchèques, slovaques, baltes… ont évidemment des conséquences sur leur perception de l’impérialisme russe. Chacun d’eux analyse ce conflit selon son histoire, sa situation géographique et ses alliances passées.

Mais l’Europe des peuples libres et des Nations fières n’est pas morte ! Elle vit en chacun des Européens qui luttent unis contre l’asservissement ou les guerres que tentent d’imposer aux peuples les oligarchies, les coteries mondialistes et les impérialismes d’où qu’ils viennent !

 

NPD (Allemagne) :

Pas de guerre civile en Europe !

jn1

Une fois de plus, des patriotes tirent sur des patriotes et meurent pour les intérêts du capital et de l’industrie de la défense.

Le bellicisme de l’OTAN a maintenant fait en sorte que les nations sœurs, les Russes et les Ukrainiens, se tirent dessus et que les mères pleurent à nouveau leurs fils décédés.

Le NPD exige le retrait immédiat des soldats américains d’Europe et l’arrêt de toutes les opérations de combat.

La crise ukrainienne montre que l’Europe a besoin d’une alliance de défense indépendante qui inclut la Russie au lieu de l’OTAN, dans laquelle à la fois l’intérêt légitime de l’État ukrainien à maintenir sa souveraineté nationale et le droit des peuples à l’autodétermination et les intérêts légitimes de sécurité de la Russie Fédération sont pris en compte – sans l’implication des États-Unis d’Amérique en tant que puissance étrangère.

Les États-Unis réagiraient de la même manière que Poutine le fait actuellement si les Russes stationnaient des missiles à Cuba ou au Venezuela.

Ami rentre chez toi – pour que l’Europe connaisse la paix et redevienne plus sûre !

https://npd.de/

 

LOTTA STUDENTESCA (Italie) :

Sortons l’Italie de l’OTAN !

jn2

L’une de nos batailles a toujours été celle de la liberté et de l’autodétermination des peuples contre des puissances fortes et les appétits militaires au service de l’UE et des USA.

Dans ce contexte, l’OTAN, qui pendant des années s’est caché derrière la façade de la « paix dans le monde », révèle son véritable objectif de créer un seul ordre planétaire, violant la souveraineté et l’indépendance des nations et continuant de semer la mort et les destructions dans le monde entier.

Nous n’aurons jamais de doutes, nous savons où nous en sommes !

Sortons de l’UE et de l’OTAN !

https://www.lottastudentesca.org/

 

NORDFRONT (Suède) :

Un commentaire sur la guerre en Ukraine (par Robert EKLUND)

jn3

Mercredi soir, nous avons appris que la Russie avait lancé une attaque militaire à grande échelle contre son voisin l’Ukraine. Le président russe a déclaré dans la nuit que la Russie menait des opérations militaires dans le Donbass dans le but de « prévenir l’agression ukrainienne » et de « démilitariser et dénazifier » l’Ukraine. L’affirmation selon laquelle l’offensive concerne une petite opération militaire limitée au Donbass est contredite par un grand nombre de sources, avec des informations faisant état de frappes aériennes contre des villes ukrainiennes aussi loin à l’ouest que Lviv. Des informations font également état de troupes terrestres russes traversant la frontière entre l’Ukraine et la Biélorussie et de combats se déroulant à la périphérie de la deuxième plus grande ville d’Ukraine, Kharkiv. D’autres rapports mentionnent des troupes russes avançant vers l’ouest depuis la Crimée, ainsi que des parachutistes russes s’emparant d’un aérodrome à la périphérie de Kiev.

Le conflit en Ukraine se déroule à faible intensité depuis plusieurs années, depuis qu’il a éclaté peu de temps après la fin du coup d’État de Maïdan en 2014. Les républiques séparatistes du Donbass – Donetsk et Lougansk – ont été de facto autonomes au cours de ces années, bien que sous forte influence du Kremlin.

L’Ukraine, en revanche, s’est rapprochée de plus en plus des États-Unis et de l’OTAN, tant sur le plan économique que militaire. Le pays a reçu d’importantes subventions des États-Unis et de l’UE, souvent accompagnées de revendications politiques. Il a également reçu de généreuses livraisons de moyens militaires, principalement de type défensif, sous la forme de défenses antichars et antiaériennes. Depuis le début du conflit, des instructeurs militaires occidentaux sont également présents pour former les forces armées ukrainiennes.

La perspective ukrainienne est assez facile à comprendre, car leur peuple a dû souffrir pendant de nombreuses années sous le régime communiste. La plupart des pays qui ont lutté sous la botte communiste après 1945 nourrissent maintenant une forte aversion à tomber à nouveau sous l’influence russe.

Avant que ce conflit militaire particulier n’éclate, un certain nombre de demandes ont été émises par la Russie à l’Ouest, en particulier aux États-Unis. Celles-ci comprenaient la demande de mettre fin à l’expansion de l’OTAN vers l’est, ce qui, du point de vue russe, est assez raisonnable et simple à comprendre. Cependant, les demandes de la Russie, authentiques ou non, ont été accueillies froidement par un monde occidental effectivement uni.

La réponse de la Russie à ces réponses négatives est intervenue lundi, lorsque Poutine a officiellement reconnu les républiques séparatistes ukrainiennes, une décision condamnée par un Occident uni. Cependant, cette condamnation sonne plutôt creux, car la Russie ne fait que suivre l’exemple de l’Occident lorsqu’il s’agit de diviser « légalement » les pays. Je fais ici référence au Kosovo qui, selon toutes les procédures normales, devrait appartenir à la Serbie, mais qui a été déclaré indépendant après les attaques militaires des États-Unis et de l’OTAN.

La guerre ne concerne pas vraiment la Russie contre l’Ukraine. Elle fait plutôt partie d’un conflit plus large dans lequel une OTAN de plus en plus expansive s’oppose à une Russie qui est, dans une certaine mesure, poussée dans ses retranchements, mais qui nourrit également des rêves revanchards de se réinstaller en tant que superpuissance mondiale capable d’imposer son influence sur les autres pays, de la même manière que le font les impérialistes américains.

Nous, le peuple européen, nous tenons désormais entre deux blocs impérialistes mondialistes, l’un plus puissant que l’autre. Nos nations sont utilisées comme pièces d’échecs dans un jeu géopolitique de plus en plus agressif. Des Européens blancs meurent aujourd’hui, tant du côté ukrainien que russe. C’est toujours tragique quand nos camarades blancs sont sacrifiés sur l’autel mondialiste. Nous ne pouvons pas permettre aux puissances impérialistes, qu’elles s’appellent l’Amérique ou la Russie, de dicter les conditions dans lesquelles nous, en Europe, choisissons de vivre et de poursuivre notre politique.

Je ne crois pas que les soldats ukrainiens veuillent sacrifier leur vie pour permettre aux homosexuels de défiler dans les rues de Kiev. Je croirais plutôt que ces soldats, qui se battent actuellement pour leur pays, se battent pour la possibilité de construire une meilleure Ukraine, libérée du régime corrompu qui a été mis au pouvoir par des intérêts étrangers. La démocratie libérale occidentale n’est pas la solution à une Europe menacée. Ce n’est pas non plus la solution pour préserver une Ukraine indépendante. Tout comme la solution pour une Ukraine libre et une Europe libre n’est pas Vladimir Poutine et la République russe.

Au contraire, la solution aux forces impérialistes hostiles est connue sous le nom de nationalisme, ou, plus précisément, de « national-socialisme ». En tout cas, ma position est claire. Je défends à 100 % le droit de l’Ukraine à l’autodétermination. Une autodétermination sans influence impérialiste russe ou américaine. Une Ukraine nationaliste, une Ukraine saine qui peut servir d’inspiration à d’autres.

https://t.me/nordicresistancemovement

 

FONDATION OGORANU (Roumanie) :

Les Avatars de l’Union Soviétique. Une position sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie (par Florin DOBRESCU)

jn4

L’invasion de l’Ukraine est un fait accompli. Il y a plus de 24 heures, la Russie a lancé la plus grande opération militaire sur le continent européen depuis 1945. Au mépris de tous les principes du droit international, pour la énième fois dans l’histoire, la Russie ne renie pas ses intentions et démontre une fois de plus son incompatibilité avec tout ce qui s’appelle civilisation, humanité et évolution. Une réminiscence de l’esprit barbare au XXIe siècle.

L’humanité entière assiste, impuissante, au déclenchement d’une offensive générale par un dictateur, qui ne diffère pas, en termes de force destructrice, de celle utilisée contre les structures terroristes en Syrie, mais cette fois contre un État qui n’a même pas fait allusion à une agression contre la Russie. Avant le déclenchement des hostilités proprement dites, nous avons assisté à la mise en scène de tout l’arsenal des techniques de diversion et de désinformation grâce auxquelles le NKVD/KGB a porté le vieux Maskirovka russe aux sommets de la perfection diabolique. Nous avons passé en revue, sur une échelle de temps de quelques jours, toute la capacité de tromperie et de mensonge employée par la défunte URSS de sa naissance à sa disparition en 1991.

Comme dans une dystopie cinématographique absurde, dans le courant de la journée d’hier, alors que les villes ukrainiennes étaient bombardées de roquettes, d’avions et d’artillerie lourde, avec des images de blocs détruits et de personnes découpées remplissant d’horreur les agences de presse, à la télévision russe, le ministre russe de la défense et le chef de la Douma d’État ont annoncé, sereinement, qu’aucun civil n’avait souffert de l’intervention.

Et dans la soirée, les citoyens russes qui manifestaient pacifiquement à Moscou et à Saint-Pétersbourg contre l’agression ont été écrasés par les troupes spéciales, arrêtés et chargés dans les fourgons du régime du Kremlin. Un communiqué du gouvernement russe a annoncé que les manifestants avaient été arrêtés parce qu’ils n’avaient pas respecté les règles contre la pandémie de Covid… Et parce que, bien sûr, la manifestation n’avait pas été autorisée (pour les non-initiés, seules les manifestations pro-dictateur sont autorisées en Russie).

L’offensive démentielle ne s’est pas limitée aux enclaves de Lougansk et de Donetsk. Ce soir, les Ukrainiens défendaient à peine Kiev et Kharkov, Odessa était bombardée et Tchernobyl était occupée depuis le jour. Les membres de la petite garnison de l’île des Serpents, après avoir repoussé une première sortie de troupes russes, ont été massacrés jusqu’à un seul homme lors du bombardement qui a secoué le petit rocher situé à seulement 45 km de la frontière roumaine, désormais occupé par les troupes russes.

Dans la nuit, des informations provenant de sources fiables nous ont appris que dans les villes déjà occupées, les Russes menaient de vastes opérations d’identification et d’arrestation des étudiants nationalistes, invoquant intensément le terme de « dénazification ». Cela vous semble familier ? Pour ceux d’entre nous qui ont eu des grands-parents ou des parents anticommunistes, oui, car cela nous rappelle les sinistres années d’après 1945…

Il est utile de connaître cet aspect, étant donné que, malheureusement, j’ai remarqué qu’il existe, dans la zone nationaliste de Roumanie, de nombreuses opinions favorables au régime de Vladimir Poutine et même à l’agression condamnable de ces deux derniers jours.

Les erreurs ukrainiennes

Je voudrais répondre par avance à ceux qui m’accuseront de soutenir l’Ukraine, un État dans lequel les Roumains du nord de la Bucovine et du Bugeac sont opprimés. Ce n’est pas le cas. Je ne soutiens pas l’Ukraine et je n’ai pas moins d’antipathie pour les Ukrainiens que pour les Russes. De mon point de vue, pour la Roumanie, l’Ukraine n’est qu’une petite Russie.

Je veux rendre public, pour la première fois, un épisode que je trouve révélateur. Il y a quelques années, alors que les frères roumains du nord de la Bucovine étaient déjà terrorisés par des bandes nationalistes ukrainiennes, j’ai demandé à mon camarade français Yvan Benedetti, à mon avis le nationaliste le plus représentatif et le plus courageux d’Europe, d’utiliser son autorité morale pour servir de médiateur dans un contact avec le chef des radicaux ukrainiens.

Au nom d’idéaux partagés par les nationalistes de toute l’Europe, j’espérais pouvoir mener des discussions qui conduiraient à un changement d’attitude envers les Roumains. De toute ma vie, je n’ai jamais rencontré une telle démonstration de primitivisme et de manque de civilisation que celle du dirigeant ukrainien, qui a rejeté toute discussion avec les Roumains.

J’ai réalisé une fois de plus qu’il n’y a aucune différence entre eux et les Russes. Et j’ai pensé alors qu’ils méritaient peut-être le sort qui leur était réservé.

Mais malheureusement, des milliers d’innocents souffrent durement, payant le prix de l’obstination et de la rigidité dont l’establishment ukrainien a également fait preuve ces dernières années, refusant absolument la base offerte par certaines négociations favorables supervisées par les puissances occidentales après 2014.

C’est quoi le visage russe ?

Également anti-russe (et pas seulement antisoviétique) par vocation, Păstorel Teodoreanu a dédié à l’opportuniste Mihail Sadoveanu, après 1945, une épigramme dans son style établi : « Sadoveanu pro-russe / Se tient le cul à l’Ouest, / Pour montrer à l’Ouest / Quel est le visage du Russe… »

Rien n’a changé dans la mentalité et le tempérament de cet État impérialiste depuis des centaines d’années. Qu’il ait été tsariste, soviétique, ou qu’il prétende aujourd’hui être un amalgame grotesque des deux systèmes, l’Empire russe a montré le même visage dans l’histoire. La malédiction de la Russie trouve son origine dans le testament de Pierre le Grand. C’est le cancer qui se métastase des centaines d’années plus tard, jusqu’à aujourd’hui, nous faisant périodiquement vivre le genre de terreurs que nous avons connues en 1968, en 1992 ou ces dernières 48 heures.

Le panslavisme et l’idéal creux de la Troisième Rome, l’obsession d’un messianisme russe, l’angoisse d’un peuple destiné à christianiser une Europe déjà chrétienne depuis près de mille ans, tels sont les motifs de l’anxiété qui parasite l’âme russe depuis des centaines d’années, l’incitant parfois à sortir de ses steppes et à se répandre, s’emparant de territoires qui ne lui appartiennent pas et faisant passer les gens par le feu et l’épée, puis empoisonnant leurs âmes et leurs sentiments.

Le mouvement d’expansion russe, deux pas en avant et un pas en arrière, rêve d’atteindre le détroit de la mer Noire. Et, invariablement, leur route vers Constantinople passe par nous. D’où l’obsession de voler nos territoires comme la Bessarabie, de contrecarrer l’existence entre les Carpates, les bouches du Danube et du Pont, d’un grand État roumain fort et développé. 

Incapables de gérer efficacement l’immense territoire réparti sur deux continents et les ressources naturelles colossales, depuis les tsars, et jusqu’à aujourd’hui, les dirigeants de l’empire n’ont pu offrir au peuple russe que sous-développement, misère et humiliation. Tout en un avec une tyrannie éternelle. En compensation, les Russes reçoivent la drogue du nationalisme et l’exaltation de la mission planétaire de la Mère Russie. Et c’est suffisant pour un peuple qui a été entraîné à idolâtrer ses tyrans. Posséder le pays le plus grand et le plus riche du monde, et laisser son peuple vivre dans une misère d’âge moyen, mais allouer des ressources exorbitantes à l’invasion d’un État voisin, me semble impensable.

Enfin, dans le raisonnement de Poutine pour l’invasion, des arguments historiques ont été utilisés. D’un point de vue strictement historique, Poutine a raison : ces régions ont appartenu à la Russie. Ce qu’il ne comprend pas, c’est que nous vivons au XXIe siècle et qu’il existe des traités internationaux, tout un système de droit international, et que les frontières ne sont pas déplacées par des méthodes issues d’autres époques de l’histoire. Nous, Roumains, devons également revendiquer des territoires qui nous appartenaient, tout comme d’autres États. Mais si chaque pays devait utiliser la force armée pour annexer des provinces qui lui appartenaient autrefois, la terre deviendrait le théâtre d’une guerre mondiale.

Issu de l’école de diversion du KGB d’Andropov, Poutine, comme les autres robots qui composent la direction du Kremlin, est devenu expert en spéculation sur la faiblesse d’un Occident rendu vulnérable par ses propres péchés.

Son intelligence de fouine a rapidement compris que les nations européennes ne digèrent pas l’idéologie néo-marxiste et le terrorisme intellectuel promus par les élites dégénérées de Bruxelles et de Washington. C’est ainsi que Poutine a mis en scène le plus grand ballet de diversion du KGB de ces dernières décennies : celui d’une Russie panslave, sauveur de l’identité chrétienne de l’Europe, par ailleurs menacée. Bien sûr, tout cela n’est qu’un cirque, mais il est incroyable de voir comment il a réussi à séduire les mouvements nationalistes européens et de nombreux conservateurs chrétiens, en particulier ceux des pays à prédominance orthodoxe.

Soit dit en passant, réactiver l’Église orthodoxe russe sous le contrôle du NKVD et l’utiliser comme vecteur d’expansion des intérêts russes n’est pas une idée nouvelle. Elle a été mise en œuvre par Staline pendant les années de guerre et est utilisée avec succès aujourd’hui par le tsar crypto-soviétique du Kremlin. C’est une bonne raison pour considérer avec la plus grande réserve toute approche de l’orthodoxie russe en ces temps de diversion générale.

Dans ses dernières interventions publiques, Poutine a montré qu’il était perturbé par la présence de la Roumanie et de la Bulgarie au sein de l’OTAN. Ces pays ont rejoint l’alliance de l’Atlantique Nord à la demande de leurs peuples. Il est incompréhensible que cet homme puisse se permettre d’interférer dans les décisions internes d’États indépendants, simplement parce qu’il y a 33 ans encore, ils se trouvaient dans sa sphère d’influence.

Oui, nous sommes dans l’OTAN et il doit être clair que pour nous, il n’y avait pas d’autre solution à ce moment-là. Après 45 ans d’étreinte étouffante de la Russie, qui s’est terminée dans un bain de sang avec la visite de 30 000 touristes en décembre 1989 et une guerre dévastatrice sur les rives du Dniestr en 1992, il n’y avait pas d’alternative géostratégique à l’OTAN pour un pays comme la Roumanie, la Pologne ou les États baltes dans les années qui ont suivi 1990, tout comme il n’y a pas d’alternative géostratégique à l’OTAN aujourd’hui. Et ce qui s’est passé en 2008 en Géorgie, en 2014 en Crimée, et maintenant dans le reste de l’Ukraine, montre pourquoi il était nécessaire pour nous d’adhérer à l’OTAN et d’entrer dans un partenariat stratégique à long terme avec les Américains. Sinon, la Roumanie est aujourd’hui aussi un trou noir, un lieu de terrorisme, de trafic d’armes et d’êtres humains, comme la République du Dniestr, l’Abkhazie et les autres enclaves russes sur le territoire de l’ex-URSS.

Poutine et les avatars de l’URSS. Je crains les Russes même quand ils me font des cadeaux…

Immédiatement après la déclaration en direct de la reconnaissance des républiques de Lougansk et de Donetsk, j’ai reçu des messages de connaissances soulignant avec enthousiasme l’affirmation de Poutine selon laquelle Staline avait attribué à l’Ukraine des territoires qui appartenaient à la Roumanie. Certains se sont même exclamés qu’il s’agissait d’une déclaration historique de reconnaissance de notre droit à la Bukovine du Nord et au Bugeac. Et nombreux sont ceux qui croient à la poudre aux yeux de Dughin, laissant entendre qu’un changement d’axe géopolitique de la part de la Roumanie pourrait lui apporter la Bessarabie comme une faveur de la Russie.

Faire encore confiance à la parole des Russes, après les expériences des deux siècles et demi passés, que l’Empire russe ait été tsariste ou soviétique, témoigne d’un manque de mémoire aigu. Si quelqu’un vous a trompé une fois, il faut le condamner.

Mais quand, après tant d’expériences, ils continuent à vous tromper, c’est vous seul qui êtes à blâmer. Aucun traité ou alliance avec les Russes n’a jamais été respecté, aucune promesse faite n’a jamais été honorée, le territoire roumain a été, l’un après l’autre, un théâtre de guerre, une zone d’occupation, un gouvernorat annexé, un lieu d’expériences démographiques de dépeuplement ou de remplacement par d’autres groupes ethniques, un lieu de russification agressive de l’élément roumain et de pillage systématique.

Mais quelle importance peuvent avoir les mots lancés par un Poutine aux yeux vitreux au milieu de la nuit dans un discours délirant, alors que l’été dernier encore, le même Poutine a affirmé sans vergogne qu’en juin 1941, la Roumanie et l’Allemagne avaient attaqué l’URSS sans raison, sans parler de l’enlèvement de la Bessarabie par la Russie l’année précédente. Lorsque, à plusieurs reprises, le même Poutine a déclaré que l’effondrement de l’URSS était « le plus grand désastre géopolitique du XXe siècle », et, de surcroît, « la désintégration de la Russie historique sous le nom d’Union soviétique » (reconnaissant ainsi l’identité entre les deux concepts étatiques).

Sans oublier qu’année après année, l’ambassade de Russie à Bucarest déclare que l’Armée rouge nous a libérés des nazis, ce dont nous devrions encore leur être reconnaissants aujourd’hui. Être nationaliste, avoir dans son sillage des martyrs de la Résistance contre le communisme soviétique et accepter ces offenses, c’est avoir de grands problèmes de discernement.

Mais que faire des milliers de morts, de blessés et de déracinés de Bessarabie en 1992, lorsque, pour empêcher une union de la Bessarabie avec la Mère Patrie, la 14e armée d’occupation russe sur le Dniestr, qui est toujours là aujourd’hui, a fait en Moldavie exactement ce que Poutine fait aujourd’hui en Ukraine ? Que peut-on dire de l’instabilité que les services secrets russes ont entretenue au cours des trois dernières décennies en République de Moldavie, précisément pour empêcher tout rapprochement décisif avec la Roumanie ?

Peut-on oublier tout cela ? Apparemment pas. Et c’est pourquoi toute parole de Poutine ou de ses fous, comme l’embarrassant Dughin, ne sont que des paroles en l’air.

En fin de compte, la politique de Poutine consistant à réhabiliter tous les symboles de l’ancienne Union soviétique, y compris à réactiver le culte de Staline, à réhabiliter l’URSS, qui nous a occupés, a exterminé nos élites, a violé nos femmes et a pillé nos ressources, volant tout, des forêts, des céréales et de l’uranium à la montre-bracelet de l’homme de la rue, est une déclaration de guerre à la mémoire du peuple roumain et, implicitement, à son identité. Sans parler d’une insulte à la mémoire de ceux qui ont combattu dans la Résistance contre les mêmes cyniques manipulés par derrière par l’Union soviétique.

Que Dieu arrête la folie de cette guerre absurde, dont la justification n’est que la folie d’un système dictatorial et l’obsession de préserver une éphémère suprématie terrestre. Prions pour ceux qui souffrent et meurent en ces moments. Prions pour la paix !

https://t.me/FundatiaOgoranu

 

DIE RECHTE (Allemagne) :

L’Ukraine – une nation héroïque ?

jn5

Depuis l’escalade militaire du conflit russo-ukrainien, une partie de la droite nationale affiche un discours pro-ukrainien sans critique, comme l’a fait récemment le « Frontmagazin ». Les uns et les autres rivalisent de formules toutes faites sur la « fierté », « l’honneur », « le courage », « l’héroïsme », etc… du peuple ukrainien.

Ce peuple « héroïque » a :

– élu en 2019 le comique juif pro-occidental Volodymyr Selenskyj à la présidence, en remplacement de l’oligarque et « roi du chocolat » Petro Porochenko, lui aussi pro-occidental,

– a élu un gouvernement qui, en février 2019, a inscrit dans la constitution ukrainienne l’objectif d’une adhésion à l’OTAN ainsi qu’à l’UE,

– s’est laissé systématiquement inciter et équiper militairement par l’Occident afin de créer un contexte de menace contre la Russie, après quoi il est désormais abandonné en tant que pion de l’OTAN.

Bien sûr, il y a aussi en Ukraine de nombreux nationalistes idéalistes qui ne suivent pas une ligne pro-occidentale et qui doivent actuellement payer le prix de ce que le gouvernement ukrainien a fait en s’alignant sur l’OTAN pendant des années. Mais glorifier en bloc comme « héros » tout un peuple qui s’est fait pendant des années le pied à l’étrier de l’impérialisme occidental témoigne d’une certaine naïveté et d’un manque de capacité à penser politiquement de manière indépendante et réfléchie.

https://t.me/dierechteinfo

 

UNION NATIONALE BULGARE (Bulgarie) :

jn6

En premier lieu, nous ne pouvons que sympathiser avec le peuple ukrainien, dont le territoire a été le théâtre d’un affrontement géopolitique brutal qui s’est transformé en agression militaire ouverte. Notre patrie a plus d’une fois souffert de conflits entre les grandes puissances, dans lesquels nous avons été impliqués en raison des circonstances. C’est pourquoi nous savons très bien ce que signifie être victime de la géopolitique d’autres pays et d’alliances militaires. En outre, l’Ukraine abrite l’une des plus grandes communautés bulgares en dehors de la Bulgarie.

Le régime néo-soviétique de Moscou a clairement manifesté son intention de reconstruire l’URSS et ses zones d’influence, y compris par la force militaire. Apparemment, rien d’ancien n’a été oublié et rien de nouveau n’a été appris. L’aspiration à la liberté et à l’indépendance des Ukrainiens, que jusqu’à présent les mondialistes occidentaux tentaient de manipuler et d’utiliser, est maintenant en passe d’être écrasé par les impérialistes néo-soviétiques. Entre le marteau et l’enclume se trouvent les nationalistes ukrainiens, les meilleurs fils de leur peuple, qui mènent une véritable lutte pour l’indépendance de chacun de ces deux systèmes anti-nationaux. Regardez-les et pensez à l’Europe.

L’une des choses dont il faut se rendre compte dans notre pays, c’est que ce conflit nous touche assez directement. Principalement pour deux raisons :

La première a déjà été évoquée – les Bulgares de Bessarabie, qui sont en danger direct. La première préoccupation de notre État devrait être leur vie et fournir tout le nécessaire pour leur évacuation et leur hébergement en Bulgarie. C’est pourquoi tous les nationalistes de notre pays doivent coopérer activement et de manière organisée.

La deuxième raison est que l’un des prochains objectifs proches de l’URSS version 2.0 est notre pays. Cela ressort clairement du fait que peu de temps après le début de l’agression militaire de Moscou contre l’Ukraine, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a trouvé le temps de condamner fermement la Lukovmarsh « nazi » à Sofia. C’est-à-dire que nous sommes l’un des prochains pays que la Russie doit « libérer » et « dénazifier », en envoyant peut-être cette fois des islamistes tchétchènes contre des nationalistes bulgares. Vous trouvez cela impossible ? Voilà à quoi ressemblait une invasion à grande échelle de l’Ukraine il y a quelques jours à peine.

Toutes sortes d’illusions doivent être laissées ici, une fois pour toutes, par tous les naïfs de notre pays et d’Europe, sur le régime de Poutine. Une Union soviétique rétablie avec une sphère d’influence à l’échelle européenne ne peut pas être une alternative au projet mondialiste actuel dont nous faisons partie. Comme par le passé, l’impérialisme américain n’était pas une alternative à l’URSS et au bloc de l’Est, bien que de nombreuses personnes naïves l’aient cru à l’époque. Les deux systèmes sont antinationaux. Les deux systèmes refuseront tout autre chose que l’asservissement absolu et l’abaissement de soi. C’est juste que certains le font plus subtilement, tandis que d’autres le font grossièrement, avec ostentation et avec force. Mais ce sont les deux faces d’une même médaille marxiste.

Il est grand temps que certains croyants se débarrassent de l’idée que la Russie non soviétique de Poutine est une sorte de défenseur de l’orthodoxie. Un homme qui est un agent du KGB anti-chrétien, qui a liquidé le nationalisme russe et envoie maintenant littéralement des djihadistes tchétchènes pour exterminer les Ukrainiens orthodoxes, n’est clairement pas celui que vous voulez qu’il soit. Au fait, cela vous rappelle-t-il l’envoi d’un bashibozuk islamiste contre une milice populaire dans notre histoire ? Poutine n’est pas un libérateur de l’Europe, et si les chars russes entrent dans votre pays, ce n’est pas pour vous libérer de l’insupportable oppression de la tyrannie libérale et de la perversion des sexes, mais pour vous apporter une nouvelle forme d’oppression.

L’agression de la Russie contre l’Ukraine a montré très clairement à quel point l’Union européenne est ridicule et quels incompétents et impuissants la gouvernent. Cela a montré à quel point ce « management d’élite » est en rupture avec la réalité. C’est à cause de l’extrémisme libéral imposé par l’UE dans toute l’Europe qu’aujourd’hui tout le continent est si affaibli et au bord de l’effondrement. Politiques systémiques délibérées contre l’identité nationale des peuples européens, répression contre le nationalisme, inondant le continent d’énormes populations non européennes, promouvant toutes sortes de perversions sexuelles, désintégration de la famille traditionnelle, mode de vie hédoniste et rejet de toutes les valeurs morales traditionnelles ont conduit à cette crise choquante. Exportant des industries entières hors du continent, alimentant d’énormes communautés de parasites sociaux non européens et de pure folie, comme le « Great Reset »,

La faiblesse démontrée suite à ce qui s’est passé en Afghanistan, du principal moteur du projet mondialiste, les États-Unis (dont les véritables appendices sont l’UE et l’OTAN), n’a fait que signaler aux concurrents de l’autre internationale d’agir. Et ces actions deviendront de plus en plus agressives si nous, en Europe, continuons à tolérer ces grosses sangsues libérales qui sapent la vitalité de nos peuples.

Pour en revenir à la situation autochtone, une autre chose dont beaucoup de gens doivent clairement se rendre compte, c’est que nous avons en fait deux réseaux d’agences étrangères qui sont très préjudiciables à notre intérêt national. D’une part, il s’agit du réseau d’activistes libéraux extrémistes, d’ONG et de partis politiques associés au mondialisme occidental. D’un autre côté, ce sont tous ces russophiles malades qui sont toujours prêts à faire passer l’intérêt de ce pays étranger au-dessus du nôtre. Qu’ils soient motivés financièrement ou qu’ils le fassent par pure stupidité, les deux sont nuisibles et leur influence sur les processus sociaux doit être éliminée.

La seule voie vers la liberté et l’indépendance est la voie du nationalisme. La seule alternative pour les peuples d’Europe est de s’élever comme une union de nations libres, comme l’antithèse de l’EURSS libérale. Un empire d’un nouveau type, dirigé par des nationalistes, dans les pas de la culture et des traditions qui ont élevé notre civilisation aux sommets connus de notre histoire. Une forteresse garante de la préservation de notre sang, de nos traditions, de notre culture et de notre foi. Un chemin vers la prospérité spirituelle. Et cette coopération et ce renouveau commenceront à partir de l’Europe de l’Est. Des projets comme « l’Intermarium » seront le bon pas dans cette direction, mais bien sûr l’objectif est de reconstruire l’ensemble du continent.

https://t.me/BNSIYI

 

MOUVEMENT NATION (Belgique) :

Ukraine : à qui la faute ?

jn7

Le gâchis qui est en train de se passer en Ukraine est avant tout le fruit du poker menteur joué par les Occidentaux depuis 2015. Cela fait en effet 7 ans qu’ils ont laissé les accords de Minsk (intervenus après la guerre du Donbass) ne pas être appliqués par les Ukrainiens. Cela fait 7 ans qu’ils laissent les Ukrainiens bombarder régulièrement les populations russophones du Donbass. Et cela fait 7 ans qu’ils laissent miroiter aux Ukrainiens qu’ils pourront rentrer dans l’OTAN.

C’est d’ailleurs dans l’espoir d’accélérer cette adhésion que les Ukrainiens n’ont pas cessé de mettre de l’huile sur le feu en bombardant sans relâche depuis une semaine, les territoires séparatistes du Donbass.

Tout cela ne pouvait donc que mal finir !

NATION estime donc que ce sont avant tout les USA et l’OTAN qui sont responsables de la situation actuelle.

NATION espère que l’intervention militaire russe sera limitée et ne touchera pas la population civile ukrainienne.

NATION espère que les nationalistes ukrainiens cesseront de se tromper d’ennemis et se retourneront enfin contre la clique affairiste et cosmopolite qui gouverne à Kiev et en libéreront l’Ukraine.

Plus de guerre en Europe ! Plus de guerre entre Européens !

https://t.me/mouvementnation

L'Europe des Nations n'est pas morte !

Source : Jeune Nation 28 février 2022

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites