Résistance Identitaire Européenne

Géopolitique

Du conflit limité au conflit mondial

uk1

 

Lors d'une réunion de la Force expéditionnaire conjointe (une initiative interne de l'OTAN dirigée par le Royaume-Uni qui réunit les États scandinaves et baltes), le président ukrainien Volodymyr Zelens'kyi, après avoir insisté sur un soutien accru de l'Europe (ses déclarations sont toujours parfaitement conformes aux souhaits de Washington), a candidement admis que son pays ne pourra pas rejoindre l'Alliance atlantique [1].

Ces déclarations, et le contexte dans lequel elles ont été faites, peuvent être interprétées de plusieurs façons. Tout d'abord, on peut être assez perplexe d'entendre que les dirigeants politiques ukrainiens aient réalisé, trois semaines après le début du conflit, que leur entrée dans l'OTAN est hors de question. Deuxièmement, on ne sait pas exactement ce que le président ukrainien veut dire lorsqu'il demande à l'Europe d'en faire plus. En fait, l'Union européenne a déjà garanti une fourniture d'armes à l'Ukraine à hauteur de 450 millions d'euros. Les Etats-Unis ont garanti 350 millions de dollars, en plus des 650 millions fournis en 2021 ainsi que 90 tonnes de matériel de guerre. Plus précisément, les États-Unis et l'OTAN ont fourni à l'Ukraine 17.000 missiles antichars Javelin (fabriqués par Lockheed Martin Corp) et 2000 Stingers (fabriqués par Raytheon). Le directeur exécutif de Raytheon, Gregory J. Hayes, a déclaré le 25 janvier de cette année : « Il suffit de regarder les dernières semaines: les attaques de drones aux Émirats arabes unis, les tensions en Europe de l'Est et en mer de Chine méridionale. Toutes ces choses exercent une pression sur les dépenses militaires dans ces régions. Je m'attends donc à voir d'énormes avantages pour nous » [2].

 

uk2

 

En fait, à l'heure actuelle, le seul véritable gagnant dans ce conflit semble être l'industrie occidentale de l'armement. Elle a déjà gagné plus de mille milliards de dollars grâce à la guerre. Cela nous amène à nous interroger, et à soulever de nouvelles questions, sur un autre aspect de la déclaration de Zelensk'yi : a-t-on fait quelque chose pour éviter ce conflit ? La réponse est non. Pourquoi rien n'a été fait ? La réponse, dans ce cas, ne peut ignorer le fait géopolitique.

Le journaliste italien Manlio Dinucci a démissionné du « quotidien communiste » Il Manifesto après que ce dernier a rapidement retiré de son site web un article dans lequel il révélait le plan de la Rand Corporation (une organisation soi-disant sans but lucratif financée par le Pentagone) pour faire plier la Russie. L'organisation se vante, entre autres, d'avoir conçu la stratégie qui a fait plier l'URSS à la fin du 20e siècle. Selon l'analyste Peter Schweizer, cela reposait sur cinq étapes fondamentales: 

a) attirer Moscou dans la course aux armements en engageant d'énormes dépenses pour la « guerre des étoiles » ;

b) maintenir les prix du pétrole à un bas niveau ;

c) encourager le blocus occidental des investissements en URSS ;

d) soutenir la lutte de Solidarnosc en Pologne ;

e) soutenir la rébellion en Afghanistan [3].

Le nouveau plan de la Rand Corp, publié en 2019, reprend (avec les différences qui s'imposent) celui des années 1980. Il envisage d'attaquer la Russie sur son côté le plus vulnérable, l'exportation d'hydrocarbures, pour amener l'Europe à réduire ses importations de gaz russe au profit du GNL nord-américain. Sur le plan intérieur, il envisage de continuer à attiser les protestations antigouvernementales en exploitant une importante cinquième colonne. Tandis que, sur le plan militaire, il envisage la poursuite de la croissance du rôle de l'OTAN en Europe. Grâce à cette stratégie, les États-Unis ont une forte probabilité de succès avec un risque minimal. En outre, « fournir une aide létale à l'Ukraine permettrait d'exploiter la plus grande vulnérabilité externe de la Russie, mais toute augmentation des armes américaines et de la fourniture militaire à l'Ukraine devrait être soigneusement calibrée pour augmenter le coût pour la Russie sans provoquer un conflit beaucoup plus important dans lequel la Russie, en raison de sa proximité, obtiendrait des avantages significatifs » [4].

Quels seraient ces « avantages significatifs » ? Le célèbre stratège Zbigniew Brzezinski, dans son ouvrage le plus célèbre, The Grand Chessboard, craignait que la Russie ne reprenne possession du littoral de la mer Noire. Ceci, selon le théoricien de « l'arc de crise » et de la balkanisation de l'Asie centrale, permettrait à la Russie de trouver un moyen d'être et d'exister en tant « qu'État impérial » s'étendant sur l'Europe et l'Asie [5].

 

uk3

 

Maintenant, si nous jetons un coup d'œil rapide à la carte de l'Ukraine à la lumière de l'opération spéciale des forces militaires russes, il est clair que l'objectif est précisément de prendre le contrôle de la bande côtière d'Odessa à Marioupol (il n'est pas surprenant que les combats aient été les plus intenses dans cette région), tandis que l'encerclement de Kiev est réservé au simple rôle de pression dans les négociations. De plus, à ce jour, l'armée ukrainienne (qui est difficile à encadrer en tant que structure unitaire) ne semble avoir aucune possibilité de contre-offensive, indépendamment du flux continu d'aide militaire de l'Occident. Il va sans dire que cela porterait un préjudice considérable à la stratégie de l'OTAN consistant à utiliser l'Ukraine comme un pont vers la région de la Transcaucasie [6].  Et cela laisse planer quelques doutes quant à la volonté réelle des États-Unis de pousser la crise jusqu'à provoquer ce « conflit » dont la Russie tirerait les « avantages significatifs » susmentionnés.

Ainsi, s'il est vrai qu'à court terme, la crise géopolitique profite à la stratégie nord-américaine d'affaiblissement de la reprise économique européenne post-pandémique afin de canaliser les flux de capitaux vers les États-Unis, il est tout aussi vrai qu'à long terme, les effets de l'opération militaire russe pourraient être bien plus complexes qu'on ne l'imagine actuellement.

En fait, du point de vue occidental, il reste l'espoir que la prolongation du conflit jusqu'au bout et le lourd régime de sanctions imposé à Moscou puissent conduire à une intensification des divisions internes, à un « changement de régime » et à un gouvernement russe plus ouvert au dialogue avec Washington et, par conséquent, à la construction d'un éventuel front commun contre la véritable menace à l'hégémonie mondiale nord-américaine : la Chine. Cependant, il semble également que le conflit actuel impose une puissante accélération à certaines dynamiques historiques qui s'étaient déjà manifestées au cours des années précédentes, mises en évidence par la crise pandémique, et pas toutes conformément aux souhaits des États-Unis.

En fait, à « l'Ouest », ces dernières années ont été marquées par une réduction continue de la marge de manœuvre des dirigeants politiques, avec un transfert du pouvoir de décision vers ce que l'on appelle les « états-majors de l'information » : l'imbrication des services secrets d'État et de ceux liés aux grandes sociétés industrielles et financières. Cela a conduit à un renforcement de ce « capitalisme de surveillance », déjà manifesté pendant les deux années de la pandémie et précédé au début des années 2000 par le Patriot Act de l'administration Bush, qui transforme rapidement l'espace hégémonique des États-Unis en une sorte de « cage d'acier » wébérienne de la pensée unique libérale.

En ce sens, la géopolitique de la vaccination et la mise en service de l'État au profit des multinationales n'ont été qu'un avant-goût de ce que sera l'avenir de l'Occident. Par exemple, « l'état d'urgence » permanent dissimule la volonté de l'actuel gouvernement italien de vendre le peu qui reste du patrimoine national au profit de sociétés et de fonds d'investissement étrangers : la vente de 49% d'Enipower à Sixth Street, une société créée par d'anciens cadres de la banque d'investissement Goldman Sachs [7], n'est pas la moindre.

Cependant, le conflit ukrainien pose également des problèmes en termes de durabilité du système mondial hégémonisé par les États-Unis. A l'heure où nous écrivons ces lignes, au-delà des pays traditionnellement inclus dans le contexte « occidental », la vulgate des sanctions contre la Russie ne semble pas avoir fait de percée dans le reste du monde.

La Turquie, deuxième armée de l'OTAN, ne semble pas du tout disposée à suivre le régime des sanctions, préférant un rôle de médiation entre l'Ukraine et la Russie. Il en va de même pour la Chine, peu encline à ruiner sa coopération commerciale avantageuse avec la Russie, et l'Inde, qui étudie avec Moscou des formes alternatives à l'utilisation du dollar dans les transactions commerciales réciproques. En outre, la République populaire de Chine et l'Arabie saoudite étudient la possibilité d'utiliser le yuan comme monnaie de référence dans le commerce du pétrole (la Chine importe 25 % de ses besoins en pétrole brut d'Arabie saoudite) [8]. Cela ébranlerait sérieusement le fondement de la mondialisation américaine, c'est-à-dire la mondialisation du dollar qui a vu le jour lorsque, en accord avec l'OPEP, les États-Unis ont arrimé leur monnaie au commerce international du pétrole. Cet acte leur a permis d'imposer au monde le principe selon lequel pour acheter du pétrole, il faut des dollars et pour obtenir des dollars, il faut se soumettre aux souhaits du producteur de dollars.

C'est également la raison des attaques constantes des États-Unis contre la seule monnaie qui a jusqu'à présent timidement défié l'hégémonie du dollar: l'euro. Et c'est la principale raison de l'obsession nord-américaine pour le contrôle hégémonique de l'Europe et pour contenir son renforcement politique potentiel par une expansion constante vers l'Est (la pression pour l'élargissement de l'Union à la Moldavie, à la Géorgie et à l'Ukraine elle-même n'est pas surprenante).

 

uk4

 

Pour en revenir au cas saoudien, il est utile de comprendre ce qui a déterminé la décision de Riyad de refuser une augmentation de la production de pétrole pour compenser la baisse des exportations russes. Outre les facteurs purement économiques (le prix élevé du pétrole est une panacée pour les coffres saoudiens mis à mal par les dépenses militaires dues à sept années d'agression infructueuse contre le Yémen), d'autres facteurs entrent en jeu. Après les administrations plus que condescendantes d'Obama et de Trump, Biden s'est surtout attaché à réduire le soutien logistique américain à la guerre susmentionnée contre le Yémen. L'objectif était ici de rouvrir la porte à l'Iran (un soutien d'Ansarullah) et à la négociation de l'accord nucléaire. Ceci, dans les plans de Washington, aurait dû limiter le développement excessif de la coopération entre Téhéran, Pékin et Moscou (sans oublier que Brzezinski lui-même a soutenu la thèse selon laquelle la communion d'intentions entre ces trois forces aurait mis en grande difficulté la stratégie hégémonique globale des Etats-Unis). Une négociation qui, à vrai dire, ne semble pas promise à un brillant avenir. Les États-Unis ne peuvent pas garantir (ou, plus probablement, ne veulent pas garantir) qu'un éventuel changement d'administration en 2022 pourrait entraîner un nouveau retrait unilatéral.

Dans le même temps, la partie iranienne semble rechercher une stratégie étrangère déconnectée du succès ou non de l'accord (une stratégie qui inclut la réponse sévère aux attaques sionistes en Syrie par le récent bombardement des installations du Mossad au Kurdistan irakien). Par conséquent, la réaction saoudienne ne peut être attribuée uniquement à la tentative américaine d'établir de nouveaux canaux de négociation avec l'Iran ou au regain d'intérêt des médias occidentaux pour l'affaire Khashoggi. Cela semble plus facilement lié au fait que les Etats-Unis, ces dernières années, ont réduit drastiquement l'importation de pétrole en provenance d'Arabie Saoudite, se transformant en un concurrent important du Royaume et au fait que Riyad a commencé à nourrir pas mal de doutes sur le rôle effectif de Washington dans la région. Cette dernière, en effet, paraphrasant la célèbre motion d'Henry Kissinger, semble beaucoup plus intéressée par la protection de ses propres intérêts que par celle de ses alliés (réels ou supposés).

La réaction des Émirats arabes unis et du Venezuela n'est pas très différente de la réaction saoudienne. Caracas, après des décennies de sanctions et de tentatives répétées de déstabilisation interne, a fait de la levée du régime de sanctions et de la reconnaissance de la légitimité du gouvernement Maduro une condition pour exporter son pétrole brut vers l'Europe : une « perte de face » donc, qu'un Occident engagé dans une énième « croisade démocratique » hypocrite contre ce que Carl Schmitt définissait comme le retour du « machiavélisme politique » ne peut se permettre. (Sans surprise, Nicolas Maduro lui-même a parlé d'un conflit mondial déjà en cours, bien que limité au domaine économico-financier).

Les plus enclins à satisfaire les exigences de l'Occident semblent être le Qatar (où se trouve la plus grande base américaine d'Asie occidentale) et le Bahreïn (monarchie sunnite dans un petit pays à majorité chiite à la légitimité douteuse et déjà protagoniste des « accords d'Abraham »).

Aujourd'hui, en observant le tableau général de l'évolution des relations internationales (et face au constat que l'Occident ne produit pas de matières premières et que son secteur manufacturier a été drastiquement réduit au cours des décennies précédentes au nom de l'économie virtuelle et d'une mondialisation présumée immuable), il apparaît évident que souffrir de l'isolement, à moyen-long terme, ce ne sera pas le fait de la Russie, mais de la partie du monde insérée dans la « cage d'acier » du totalitarisme libéral.

Et aujourd'hui, le seul moyen de resserrer encore les mailles de cette cage est de prolonger le plus longtemps possible le conflit en Ukraine, ce qui permet également au complexe militaro-industriel de respirer. Cette voie est possible grâce au flux constant d'armes et de mercenaires sur le sol du pays d'Europe de l'Est.

Le rôle de la tristement célèbre société contractante Blackwater (Xe Services depuis 2009, Academi depuis 2011) et de son fondateur Erik Prince mérite une brève mention.

 

uk5

Connu dans les médias pour avoir tenté de saper les entreprises russes dans leur soutien à Khalifa Haftar en Libye, M. Prince a obtenu 2 milliards de dollars de contrats gouvernementaux de Washington entre 1997 et 2010 pour soutenir l'effort de guerre en Irak et en Afghanistan, plus 600 millions de dollars supplémentaires de la CIA pour des contrats classés secrets [9]. Ses hommes ont été interdits d'Irak après le massacre de la place Nisour à Bagdad (septembre 2007), au cours duquel 17 civils irakiens sont morts et 20 autres ont été gravement blessés. Et lui-même a été impliqué de diverses manières dans des affaires de trafic d'armes, de pétrole et de minéraux précieux. Cela en dit long sur le rôle que jouent les groupes privés dans les territoires où ils opèrent.

Son lien avec l'Ukraine est tout aussi problématique. Dès février 2020, Prince aurait exprimé au conseiller de Volodymyr Zelensk'yi, Igor Novikov, son intérêt pour la création d'une société militaire privée composée d'anciens vétérans de la guerre dans le Donbass. En outre, il aurait soutenu l'idée de créer une entreprise pour produire des munitions et de réunir les principales compagnies d'aviation du pays sous une seule marque. L'objectif, en fait, aurait été de créer un « consortium de défense aérienne verticalement intégré » [10] capable de concurrencer des géants comme Boeing et Airbus grâce à l'acquisition d'Antonov et de la société Motor Sich (la principale entreprise ukrainienne produisant des moteurs d'avion). L'opération aurait dû être soutenue par une pression nord-américaine afin de s'assurer que Motor Sich elle-même n'était pas rachetée par des sociétés chinoises (une pratique également largement utilisée en Italie).

 

uk6

 

Au début de l'été 2020, l'Ukraine a pris les premières mesures pour faire du projet de « l'entrepreneur » nord-américain une réalité. En juin de la même année, Prince est entré en contact direct avec le bureau présidentiel ukrainien par l'intermédiaire de l'ancien producteur de télévision et ami personnel de Zelensk'yi Andriy Yermak (également connu pour son rôle d'interlocuteur direct de Kurt Volker et Rudy Giuliani dans la création de dossiers anti-Biden en échange du déblocage de l'aide militaire américaine à l'Ukraine sous l'administration Trump).

Le plan d'affaires prévoyait, entre autres, le développement d'une coopération étroite avec les services de renseignement ukrainiens pour la planification stratégique et logistique et pour la formation des forces de sécurité ukrainiennes.

Ces faits ne s'opposent guère aux déclarations du porte-parole de la milice populaire de la République de Donetsk, Eduard Basurin, qui a dénoncé la présence de formateurs militaires américains dans la région de Sumy, dont l'origine remonte à Academi. Plus précisément, ils auraient préparé les milices du bataillon Azov à une attaque imminente de grande envergure dans le Donbass.

En outre, en novembre 2021, le ministère russe de la Défense a tiré la sonnette d'alarme sur la présence dans l'est de l'Ukraine de 120 mercenaires occidentaux dont la tâche, outre la formation des milices ukrainiennes, serait de stocker des composants chimiques le long de la ligne frontalière avec les républiques séparatistes afin de servir de justification à d'éventuelles attaques [12].

À ce stade, également en raison du fait que la propagande occidentale tente de présenter ces personnages comme des combattants de la liberté, il est nécessaire de distinguer les différents niveaux de sociétés agissant sur le sol ukrainien. Tout d'abord, il y a les sociétés militaires privées directement impliquées dans les activités (beaucoup des membres de la soi-disant « légion étrangère » de Zelens'kyi sont d'anciens soldats recrutés par le biais de ces agences et envoyés en Ukraine avec l'approbation des pays européens). Deuxièmement, il y a les sociétés de sécurité privées qui ont formé les milices ukrainiennes avec les hommes de l'OTAN. Troisièmement, il y a les entreprises qui fournissent un soutien logistique et sont impliquées dans le transfert de matériel de guerre également déguisé en aide humanitaire (comme cela s'est produit à l'aéroport de Pise) [13].

Du côté russe, des sources occidentales ont affirmé la présence du célèbre groupe Wagner sur le front de Kiev. La tâche qui lui est attribuée est l'élimination directe des dirigeants politiques ukrainiens lorsque les forces russes entrent dans la capitale.

Le groupe Wagner (rebaptisé Liga) aurait également eu pour mission d'infiltrer des volontaires syriens et des mercenaires centrafricains sur le sol ukrainien. Pour l'instant, cependant, les chaînes occidentales d'Open Source Intelligence, toujours prêtes à montrer sous différents angles des images de véhicules blindés russes détruits, abandonnés ou capturés, n'ont pas encore identifié de soldats tombés au combat ayant une pigmentation de peau différente de celle de la région.

Daniele Perra

Source: https://www.eurasia-rivista.com/dal-conflitto-limitato-al-conflitto-globale/

Notes:

[1] Ukraine’s leader asks Europe to do more but admits NATO membership is not in the cardswww.washingtonpost.com.

[2] Ukraine: the world’s defense giants are quitly making billions from the warwww.theconversation.com.

[3] Cf. P. Schweizer, Victory: the Reagan Administration’s secret strategy that hastened the collapse of the Soviet Union, Atlantic Montly Press, New York 1994.

[4] Manlio Dinucci – Ucraina, era tutto scritto nel piano della Rand Corpwww.lantidiplomatico.it.

[5] Z. Brzezinski, The Grand Chessboard. American Primacy and Its Geostrategic Imperatives, Basic Books, New York 1997, p. 46.

[6] Voir  C. Mutti, Il limite della pazienza russawww.eurasia-rivista.com.

[7] ENI sells 49% of Enipower to Sixth Streetwww.eni.com.

[8] Saudi Arabia considers accepting yuan instead of dollars for Chinese oil saleswww.wsj.com.

[9] I contractors dell’intramontabile Erik Prince tra Libia, Afghanista e Ucrainawww.analisidifesa.it.

[10] Ibidem.

[11] Blackwater mercenaries training far-right militia in Ukraine. Dontesk military commander claimswww.morningstaronline.co.uk.

[12] Russia claims US military contractors amassing toxic chemicals, training Ukraine troopswww.newswek.com.

[13] Voir Contractors e compagnie militari e di sicurezza nella guerra in Ucrainawww.analisidifesa.it.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites