Résistance Identitaire Européenne

Géopolitique

L'ennemi de l'Europe

us1

 

Ces derniers jours, on a beaucoup parlé de la diatribe entre Meta (la société de Mark Zuckerberg à laquelle se réfèrent les plateformes sociales Facebook et Instagram) et l'Union européenne. L'objet du litige serait l'incompatibilité avec la réglementation européenne en matière de protection des données personnelles, qui empêcherait Meta de transférer ces données, tirées des utilisateurs européens, aux gestionnaires et archives nord-américains. Cette réglementation représenterait en effet une limitation majeure pour une entreprise géante dont l'activité et les bénéfices dépendent de sa capacité à envoyer aux utilisateurs des messages promotionnels, des publicités, des informations et des invitations ciblées. Plus précisément, le rapport de Meta indique : « Si nous ne sommes pas en mesure de transférer des données entre les pays et les régions dans lesquels nous opérons, ou si nous sommes empêchés de partager des données à travers nos produits et services, cela pourrait affecter notre capacité à fournir nos services, la façon dont nous fournissons ces services ou notre capacité à cibler les annonces » (1).

En outre, le rapport indique que Meta entend obtenir de nouveaux accords avec l'Union européenne d'ici 2022. Dans le cas contraire, elle sera contrainte de suspendre l'utilisation de ses produits en Europe.

Ce qui pourrait sembler être une simple confrontation entre une entreprise privée et des institutions politiques (une confrontation qui se résoudra probablement par une énième capitulation européenne face aux diktats de l'outre-mer), cache en réalité quelque chose de bien plus pertinent sur le plan géopolitique. En fait, il convient de rappeler que les États-Unis ont réussi à faire du monde une « colonie économique américaine » grâce à deux technologies principales : la technologie financière et la technologie de l'information. Les premières, avec l'aide des secondes, comme le disait l'ancien général de l'armée de l'air chinoise Qiao Liang, ont favorisé la mondialisation du dollar américain en construisant un empire financier d'une ampleur sans précédent [2]. Si le premier a permis l'hégémonie du dollar, le second a été crucial en termes de gestion de l'information, de propagande et de « construction de l'ennemi » [3] : par exemple le terrorisme islamique, les « États voyous », l'autoritarisme russe ou chinois, ou plus récemment le virus.

 

us2

 

Aujourd'hui, certaines personnes continuent à hausser les épaules quand on parle de l'empire mondial nord-américain. Plus que toute autre chose, cette attitude repose sur le désir mal dissimulé de nier l'évidence ou avec une intention politique précise de détourner/d'orienter l'attention de l'opinion publique sur des questions qui sont absolument consubstantielles au système et pas du tout nuisibles pour lui. La dichotomie souverainisme/mondialisme, par exemple, évolue à l'intérieur du système, et non à l'extérieur. Il en va de même pour la controverse novax/provax, largement alimentée par le système lui-même afin de dissimuler les résultats les plus néfastes de la crise pandémique : les profits excessifs des multinationales occidentales du médicament, le renforcement des structures du capitalisme de surveillance (exploitation des données et des informations privées des citoyens pour des raisons commerciales et de sécurité), l'atteinte aux biens communs mondiaux dissimulée derrière les mesures de lutte contre la crise elle-même. En effet, les gouvernements collaborationnistes de l'Occident ont ouvert la course des fonds d'investissement aux biens indispensables à la vie : l'eau, la mer, la terre (parcs naturels et archéologiques), l'espace autour de la terre et l'espace dit numérique.

 

us3

us4

 

Ce n'est pas par hasard qu'il a été fait référence ci-dessus au « profit disproportionné » que les multinationales occidentales du médicament ont tiré de la crise de la pandémie (malgré la rhétorique mielleuse du « bienfait mondial du vaccin » colportée par certaines institutions politiques). Ceci, en plus de mettre en évidence le fait que la géopolitique de la vaccination a été utilisée comme un instrument de césure entre l'Occident et l'Orient [4], nécessite une brève réflexion à la lumière du fait que le prix Genesis (le « Nobel juif ») a été attribué au PDG de Pfizer Albert Bourla, et à la lumière du fait que certains pays européens (l'Italie in primis) ont choisi (ou c'est plus probablement ce qui leur a été imposé) de suivre le modèle israélien pour faire face à l'épidémie de Covid-19. Ce prix (l'équivalent d'un million de dollars qui est habituellement attribué à d'autres fondations juives) est décerné chaque année à des personnalités qui se sont distinguées en tant « qu'expressions exceptionnelles des valeurs juives et pour des services rendus à l'État d'Israël ». La motivation du choix de Bourla (un juif séfarade originaire de Thessalonique) semble être le fait que celui-ci, méprisant la bureaucratie, a pris les risques (on ne sait pas exactement lesquels, étant donné la protection garantie par les gouvernements occidentaux contre d'éventuelles demandes de dommages et intérêts) de produire un vaccin le plus rapidement possible. Sans mâcher les mots, le véritable mérite aurait été que Pfizer gagne plus de 30 milliards de dollars en un an.

Cela demande toutefois un autre type de raisonnement, qui s'inscrit parfaitement dans l'idée exprimée par Qiao Liang, selon laquelle le modèle impérialiste américain est basé sur la technologie de la finance et de l'information. Et ce raisonnement peut partir de quelques considérations de Karl Marx tirées de l'écrit Sur la question juive écrit en réponse à certaines thèses du philosophe hégélien Bruno Bauer. Marx écrit : « Quel est le dieu terrestre du Juif ? L'argent. Le Juif s'est émancipé d'une manière juive non seulement dans la mesure où il s'est approprié le pouvoir de l'argent, mais aussi dans la mesure où l'argent, à travers lui et sans lui, est devenu une puissance mondiale, et l'esprit pratique du Juif, l'esprit pratique des peuples chrétiens » [5].

 

us5

 

La réflexion du penseur de Trèves se prête involontairement à la géopolitique. La crise géopolitique (conflit militaire ou crise pandémique), en effet, est souvent et volontairement utilisée pour créer une situation favorable à la monnaie : dans ce cas, au dollar américain. Ainsi, une autre caractéristique du pouvoir mondial nord-américain est le fait que la géopolitique a été subordonnée (est devenue instrumentale) à la politique monétaire. Pour profiter de l'hégémonie financière, les États-Unis doivent contrôler les flux de capitaux, et pour contrôler les flux de capitaux, ils doivent contrôler les centres commerciaux les plus importants de la planète : en termes géopolitiques, « les Méditerranées de l'Eurasie » (l'ancienne Mare Nostrum et la mer de Chine méridionale).

Maintenant, pour être plus précis, les États-Unis ont pu développer leur puissance mondiale à la fois par les formes coloniales classiques et par le système de domination financière, informatique et informationnelle. Les États-Unis ont leurs territoires d'outre-mer : Guam, les îles Vierges américaines, Porto Rico, etc. Leurs bases militaires dans le monde sont régies par le droit américain. Et même les crimes commis par des représentants de l'armée américaine semblent échapper à la juridiction du « pays/colonie hôte » (le massacre de Cermis, par exemple). De plus, depuis leurs bases, ils projettent une influence politique et économique sur l'État vassal. Et la force militaire ouvre la voie aux multinationales qui se consacrent à l'exploitation des ressources locales.

L'interventionnisme militaire au-delà des frontières se fait au nom de la « destinée manifeste », d'un nouveau pacte avec Dieu qui a permis à l'Amérique, incarnation d'une forme typiquement moderne de messianisme, de changer le monde à son image et à sa ressemblance. Cependant, la politique étrangère de cet État impérialiste, érigé depuis les années 1970 en technostructure financière et informatique, est axée sur la sauvegarde exclusive de ses propres intérêts. Les intérêts des alliés/vassaux ne sont pris en compte que s'ils coïncident (très rarement, d'ailleurs) avec ceux du centre impérialiste. Sinon, ils ne sont absolument pas pertinents. Au contraire, le territoire des vassaux eux-mêmes est utilisé comme un théâtre de guerre potentiel contre d'éventuels rivaux (l'arsenal nucléaire américain en Europe a précisément pour rôle d'empêcher le territoire nord-américain de devenir la cible de représailles nucléaires).

Au sujet des intérêts non-contigus entre le centre impérialiste et les vassaux, on peut mentionner le retrait unilatéral des États-Unis de l'accord nucléaire avec l'Iran. Le choix de la présidence Trump, en effet, est intervenu à un moment où Washington s'est rendu compte que la suppression progressive du régime de sanctions contre l'Iran favorisait une « connexion eurasienne dangereuse » mutuellement bénéfique. L'Union européenne, en fait, grâce au choix des États-Unis, a perdu pas mal de commandes commerciales avec Téhéran (l'Italie seule a perdu des commandes commerciales pour environ 30 milliards d'euros) [6].

De plus, la « destinée manifeste » est le seul ciment idéologique d'une construction étatique fondée sur le génocide, les préjugés raciaux et les immenses différences sociales. La « destinée manifeste », en fait, est ce qui permet de décharger la violence cachée en dehors des frontières américaines. La violence elle-même devient une forme « d'agrégation nationaliste » [7], déclare le général Fabio Mini dans la préface du texte précité de Qiao Liang, L'Arc de l'Empire.

 

us6

 

La guerre est une nécessité, et même lorsque l'opération militaire s'avère être un échec, un succès financier et/ou stratégique se cache derrière elle (les guerres de Corée et du Vietnam, destinées à empêcher toute coopération entre l'espace eurasien et les « satellites » qui l'entourent, comme le Japon, ou les agressions contre l'Irak et l'Afghanistan). Cela explique les 452 interventions américaines à l'étranger depuis 1780, dont 184 au cours des vingt dernières années : c'est-à-dire à un moment où les États-Unis ont pleinement assumé le rôle de gendarme du monde et où les aventures militaires ont été justifiées sur la base de l'ingérence humanitaire (du Kosovo à la Libye). Dans ce cas, « le colonialisme est camouflé en hégémonie » [8]. Le colonialisme, en effet, c'est aussi la capacité de faire combattre ses vassaux pour son propre compte (pensez au rôle que les États-Unis réservent à l'Australie et à la Grande-Bretagne sur le théâtre indo-pacifique) tout en faisant semblant de les considérer comme des alliés (aussi l'Italie au Kosovo, en Irak et en Afghanistan).

Le rôle de l'OTAN, en ce sens, est emblématique. L'Alliance atlantique est en fait une alliance non-égale. C'est un instrument coercitif contre l'Europe pour l'empêcher d'être indépendante, véritablement unie, et pour l'empêcher de se tourner vers l'Est. Ce n'est pas un hasard si, selon Brzezinski, l'expansion de l'OTAN vers l'est aurait élargi la zone d'influence des États-Unis en Europe et créé une union européenne aussi vaste qu'unie et, par conséquent, facilement contrôlée par la puissance hégémonique.

 

us7

 

La guerre au Kosovo s'inscrit dans cette perspective. L'un des événements les plus importants de 1999 a été le lancement officiel de l'euro, initialement adopté dans 11 pays. Porter la guerre au cœur de l'Europe sur la base d'accusations contre la Serbie qui se sont avérées sans fondement avait précisément pour but d'affaiblir la monnaie unique européenne par rapport au dollar au moment même de sa naissance. La guerre américaine en Europe avait donc pour but de polluer le climat d'investissement sur le « Vieux Continent ». Et la même chose pourrait facilement être appliquée à la crise de la dette grecque, qui a été conçue pour montrer la faiblesse structurelle de l'euro et pour mettre en évidence le problème de l'excédent commercial allemand (ce n'est pas une coïncidence si le protagoniste de la « boucherie sociale » grecque était le référent le plus important de l'atlantisme dans les institutions européennes, l'actuel Premier ministre italien Mario Draghi).

Le sujet de l'excédent commercial allemand mérite d'être approfondi car la monnaie unique a également été conçue comme un système visant à empêcher un renforcement excessif du mark. Le problème (nord-américain) est que les États-Unis sont le plus grand débiteur du monde. La dette publique américaine a atteint 132,8 % du PIB en 2021 ; la dette extérieure nette est passée à 109 % du PIB. Les pays ayant une position financière internationale nette positive sont le Japon, l'Allemagne, la Chine, Hong Kong (qui fait désormais partie intégrante de la Chine) et Taïwan (considérée par la Chine elle-même comme une « province sécessionniste »). Le « problème fondamental » est que ces pays sont excédentaires principalement au niveau de leur balance commerciale avec les États-Unis. En 2019, le solde pour la Chine était de +345 milliards, pour le Japon +69 milliards, +67 pour l'Allemagne, +26 et +23 respectivement pour Hong Kong et Taïwan.

Or, sans tenir compte du fait qu'une éventuelle réunification de Taïwan avec la Chine non seulement augmenterait de manière exponentielle la capacité industrielle du pays asiatique, mais renforcerait également sa position de crédit vis-à-vis des Etats-Unis (c'est pourquoi cette éventualité doit absolument être évitée par Washington) et sans tenir compte du fait que le Japon a déjà été victime de guerres commerciales dans les années 1980, la position allemande mérite une attention particulière.

Le coup d'État atlantiste en Ukraine en 2014 visait spécifiquement à anéantir toute coopération possible entre l'Allemagne (et au sens large l'Union européenne, dont Berlin, qu'on l'accepte ou non, est le moteur) et la Russie. La recrudescence actuelle des provocations de l'OTAN en Ukraine a exactement le même objectif, auquel s'ajoute la volonté de forcer l'Europe (déguisée en « diversification ») à acheter du GNL (gaz naturel liquéfié) nord-américain. L'Europe et la Russie, dit Qiao Liang, sont des géants, surtout si elles unissent leurs atouts. L'Europe a le pouvoir économique. La Russie, qui fait elle-même partie de l'Europe, dispose de la puissance militaire. Unis, ils seraient un géant de toute grande envergure. Quelque chose que les États-Unis ne pourraient jamais tolérer. C'est pourquoi le véritable ennemi du Vieux Continent ne se trouve pas à l'Est mais à l'Ouest.

Daniele Perra

Source : https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-nemico-dell-europa

NOTES

[1] Mark Zuckerberg et son équipe envisagent de fermer Facebook et Instagram en Europe si Meta ne peut pas traiter les données des Européens dans des serveurs américains, www.cityam.com.

[2] Qiao Liang, L’arco dell’impero con la Cina e gli Stati Uniti alle sue estremità, Editions LEG, Gorizia 2021, p. 59.

[3] Prenons par exemple le cas emblématique de l'Italie et du groupe GEDI en particulier. En 2020, au plus fort de la crise pandémique, M. Molinari (une personne en « excellentes relations » avec le groupe américain Stratfor Enterprise) est devenu le directeur du quotidien Repubblica (le principal journal du groupe éditorial lié au groupe Bilderberg, l'avant-garde politique et financière de l'atlantisme créée par la CIA et le MI6). Stratfor se définit comme une « plateforme d'intelligence géopolitique ». Le groupe a été fondé par le juif hongrois (fils de survivants de l'Holocauste) George Friedman, aujourd'hui à la tête de Geopolitical Futures, et par certaines personnalités directement liées au Pentagone, comme l'ancien officier du US Special Operations Command, Bret Boyd. Stratfor est considéré comme une "CIA de l'ombre" et entretient des liens étroits avec l'industrie de l'armement Lockheed Martin (la même industrie qui, par l'intermédiaire du « think tank » Projet 2049 de Randall Schriver, le protégé de Steve Bannon, fait pression pour la vente constante d'armes à Taïwan), Goldman Sachs (la même banque où travaillait le Premier ministre italien Mario Draghi), Bank of America et Coca Cola. Les Agnelli-Elkann (propriétaires du groupe GEDI) sont également cités par le magazine britannique The Economist qui, sans surprise, a déclaré Mario Draghi « homme de l'année ».

[4] Voir D. Perra, « Geopolitica e diplomazia dei vaccini », Eurasia. Rivista di studi geopolitici, vol. LXV, 1/2022.

[5] K. Marx, Sulla questione ebraica, Bompiani, Milano 2007, p. 99.

[6] Voir « L’uscita degli USA dall’accordo sul nucleare iraniano: conseguenze e implicazione per l’Italia », Osservatorio di Politica Internazionale, n. 139 settembre 2018.

[7] F. Mini, Introduzione a L’arco dell’impero, ivi cit., p. 22.

[8] Ibid, p. 23.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites