Résistance Identitaire Européenne

Ecologie

L'écologie comme arme du mondialisme

1

 

Les membres du G7 tentent régulièrement d'imposer leurs règles et normes aux autres pays, règles et normes qui limitent la souveraineté et empiètent sur les intérêts nationaux. Les sociétés transnationales sont également impliquées dans ce jeu géopolitique. Les milliardaires, de Bill Gates à George Soros, utilisent l'environnement à leur profit, en développant des stratégies à long terme aux niveaux national, régional et mondial.

Un certain nombre d'organisations internationales qui prétendent avoir de hautes aspirations morales sont en réalité mêlées à des scandales sordides liés aux milieux politiques et économiques occidentaux.

Le 19 septembre 2013, par exemple, Greenpeace a mis en scène un incident contre la Russie lorsque des militants ont tenté d'attaquer délibérément la plateforme pétrolière russe Prirazlomnaya, propriété de Gazprom, à l'aide du navire Arctic Sunrise. Plusieurs personnes ont tenté de grimper sur la plate-forme, dont deux sont tombées à l'eau et ont été secourues par un bateau de patrouille frontalière avant d'être arrêtées par les gardes-frontières russes.

 

2

 

Il est évident que cette action avait un objectif géopolitique clair lié aux intérêts de la Russie dans l'Arctique et à la création d'une image négative de la Russie dans la société occidentale.

L'Arctic Sunrise battait pavillon néerlandais et la BBC, citant Greenpeace, a indiqué que des ressortissants de 18 pays se trouvaient à bord : Argentine, Australie, Brésil, Canada, Danemark, États-Unis, Royaume-Uni, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Ukraine, Russie, France, Italie, Turquie, Finlande, Suisse, Pologne et Suède. L'intention des organisateurs de créer un scandale international est donc évidente.

L'incident lui-même a eu lieu à l'approche du sommet de l'Arctique à Salekhard, si bien que le président russe Vladimir Poutine a dû s'exprimer à ce sujet.

 

3

Le Rainbow Warrior III, le plus récent navire de l'organisation de protection de l'environnement Greenpeace, est accompagné par des militants de Greenpeave dans des canots pneumatiques lors de son arrivée au port le 20 octobre 2011 à Hambourg, en Allemagne. Le Rainbow Warrior III, long de 53 mètres, conçu par Greenpeace et construit en Pologne et en Allemagne, est un projet de 23 millions d'euros achevé la semaine dernière.

 

Il est bien connu que certaines sociétés transnationales utilisent Greenpeace comme un outil pour atteindre certains objectifs politiques. Il a été noté plus d'une fois que de nombreuses actions de l'organisation ont, pour une raison ou une autre, été dirigées contre certaines entreprises, tandis que leurs concurrents ont tranquillement récolté les bénéfices. Cela est dû aux dons généreux des parties intéressées: elles paient pour que leurs concurrents soient éliminés sous un prétexte « environnemental ». Dans le même temps, de nombreuses catastrophes humanitaires, comme l'utilisation par l'OTAN de munitions à l'uranium appauvri lors du bombardement de la Serbie en 1999, ont tout simplement été ignorées par Greenpeace. Pourtant, Greenpeace tente traditionnellement de s'attaquer aux problèmes mondiaux. L'air pur de la planète, les sources d'eau et d'autres problèmes sont toujours à l'ordre du jour des écologistes politiques, car ils justifient l'ingérence dans les affaires intérieures d'autres États.

Dans cette optique, il ne peut être question d'une quelconque morale ou valeur prétendument défendue par l'organisation. L'éthique de travail de Greenpeace se caractérise par un principe de base: la fin justifie les moyens. Greenpeace a souvent été prise et poursuivie pour avoir fabriqué des preuves alléguant des dommages environnementaux. Les épisodes suivants en sont de bons exemples :

- torturer délibérément des phoques devant une caméra en 1979 ;

- payer des pêcheurs d'Afrique de l'Ouest pour qu'ils attrapent du poisson contaminé ;

- l'embauche d'adolescents pour arracher le fœtus d'un kangourou en gestation pour le film Goodbye, Joy de 1986 de Greenpeace ;

- la représentation d'un sable propre contaminé par la radioactivité en 1996 ; et

- payer 5 dollars chacun à des adolescents de Seattle pour qu'ils protestent devant les caméras contre la vente de poisson islandais en 1999.

 

4

 

Le cofondateur de Greenpeace, David McTaggart, a également été impliqué dans une fraude immobilière. Il a participé à la création de l'organisation elle-même, qui est née d'un petit groupe de militants dévoués. Greenpeace prend soin de cacher des faits comme ceux-là, bien sûr. Mais de nombreux politiciens et militants libéraux du monde entier les aident à prêcher leurs nobles idéaux.

Le financement par George Soros de la militante écologiste Greta Thunberg est une preuve supplémentaire que des intérêts idéologiques et politiques se cachent derrière des « héros » artificiellement cultivés et adaptés aux goûts d'une époque.

 

5

 

Début 2020, George Soros a annoncé qu'il allait faire don d'un milliard de dollars pour la création d'une université mondiale destinée à lutter contre les gouvernements autoritaires et le changement climatique. Il n'a pas eu à attendre longtemps. La même année, une organisation internationale appelée Open Society University Network a été lancée. Ce réseau mondial comprend environ 40 établissements d'enseignement et universités du monde entier, non seulement des États-Unis et d'Europe occidentale, mais aussi du Kirghizstan, de la Serbie, du Kenya, de Taïwan, du Myanmar, du Bangladesh, de la Colombie et du Liban. On peut probablement supposer que Soros tentera d'étendre ce réseau et, dans le même temps, d'exercer une influence sur divers gouvernements par le biais de ses affiliés existants. L'Open Society University Network forme des jeunes, mène des projets de recherche (huit au total) et s'engage dans des programmes de recherche. Il existe également des diplômes de doctorat spécialisés et des places par le biais de la Chatham House Academy du Royaume-Uni.

 

6

 

L'un des domaines d'intervention de l'Open Society University Network est « l'engagement civique », qui se subdivise à son tour en trois composantes : l'engagement des étudiants, l'apprentissage engagé et l'engagement institutionnel, qui implique l'approfondissement des connexions internationales. Cette initiative stratégique vise clairement la création d'un « État » fantôme mondial - un réseau international d'activistes mondialistes disposant de sa propre armée de jeunes manifestants de rue et de couches d'universitaires et de praticiens de la politique.

Autre fait à noter : Mikhaïl Gorbatchev, le fossoyeur de l'URSS, est le fondateur et le président de Green Cross International, créée en 1993 et qui, comme son nom l'indique, s'occupe de questions environnementales. Son siège est situé à Genève. Depuis 2019, Diane Meyer Simon, une Américaine qui était auparavant à la tête de Global Green USA, assure la présidence de l'organisation. Outre l'accès à l'eau et d'autres questions purement environnementales, l'organisation s'occupe du désarmement, de la non-prolifération des armes et du contrôle des matières nucléaires et chimiques. Le département d'État américain n'y est pas étranger et, sous diverses formes, il tente d'établir des monopoles dans les technologies à double usage et la production d'armes.

 

7

 

Les activités coordonnées d'organisations comme celles-ci et de l'élite mondialiste pourraient conduire à un nouveau modèle de révolutions de couleur. Alors que la couleur des coups d'État organisés était autrefois choisie en fonction du symbolisme politique des partis qui prenaient le pouvoir en travaillant pour les États-Unis, la zombification « environnementale » par le biais de programmes d'éducation, de subventions et de manipulation des médias pourrait bientôt créer un certain narratif « vert ».

Leonid Savin

Source : https://katehon.com/en/article/ecology-weapon-globalism

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites