Résistance Identitaire Européenne

Terre et Peuple Magazine

terre et peuple magazine 12

Editorial - TP Mag n°12

Victoire ! Toute défaite de nos ennemis est pour nous une victoire.

Les zélotes du cosmopolitisme exultaient, il y a quatre ans : en remportant la coupe mondiale de foot, la France affirmait, par la composition pluriethnique de son équipe, la supériorité de la "société métisse" célébrée par l'idéologie officielle, tant à droite qu'à gauche. C'était – hosannah ! - le triomphe de la "France Blacks-Blancs-Beurs".

 

Le caractère hautement exemplaire d'un tel événement fut célébré comme il se doit. II devait en effet contribuer efficacement à faire régresser, voire éliminer le spectre identitaire, les "idées noires". Toutes les voix officielles, au sein du Système, tant des milieux politiques, culturels, économiques, sociaux, médiatiques se mirent à l'unisson pour faire de "Zizou" et de ses coéquipiers les hérauts, les héros de la démocratie. Toute éventuelle voix discordante était, à l'avance, dénoncée comme relevant de l'infamie hérétique, pour tout dire "fasciste". Les foules en délire, chauffées à blanc par les médias, étaient d'ailleurs mûres pour traîner sur les bûchers purificateurs les mécréants - ceux qui oseraient douter de la sainteté exemplaire d'un ballon rond promu symbole incontournable des Droits de l'Homme.

 

Les retombées commerciales de cette touchante aventure furent juteuses, tant pour les annonceurs avisés - misant désormais sur l'image des footeux plus que sur celle des stars du cinéma ou du show-biz - que pour les vaillants tapeurs de ballon. Ceux-ci purent offrir à l'admiration des smicards et des Rmistes les chiffres faramineux de leurs salaires. Salaires en tous genres : "Zizou", le brave petit gars si sympathique et si méritant, double ses rentrées d'argent grâce à la pub. Et se retrouve ainsi avec un revenu mensuel de 8 millions de francs. Pas d'inquiétude : ses compères ne sont pas, eux non plus, guettés par la misère… MacDo, le symbole le plus marquant du mondialisme commerçant, a investi un million d'euros pour sponsoriser l'équipe "de France", qui incarne si bien cette clientèle planétaire que les apôtres de la malbouffe veulent contrôler et emboquer. Le total des investissements réalisés par les firmes sponsorisant "Zizou" et ses potes est impressionnant : 38 millions d'euros. De quoi faire rêver beaucoup de petits Africains, renforcés ainsi dans la conviction que la terre des Européens est le pays de Cocagne, où l'on peut dénicher la poule aux oeufs d'or. II suffit de savoir taper dans un ballon.

 

Ce conte de fées devait, logiquement, se prolonger cette année, avec la victoire annoncée de l'équipe de France au mondial de Corée et du Japon. C'était une évidence sportive. C'était, plus encore, un impératif moral. On allait voir ce qu'on allait voir.

 

Patatras. Adieu veau, vache, cochon, couvée… II n'y a décidément pas de justice en ce bas monde. Un sort maléfique a frappé la vaillante équipe Blacks-Blancs-Beurs. Si on ne craignait pas d'être accusé de racisme, on dirait que c'est un coup des marabouts sénégalais… Encore que les trolls danois ont participé au complot et sans doute jeté, eux aussi, le mauvais oeil sur les pauvres "Français". Qui ont eu bien des malheurs, les pauvres. Avec un "Zizou" bancal. Et des adversaires qui ont osé - les salauds - marquer des buts contre les héros de Dupont la Joie. Des héros, donc fatigués. Pire : ils n'incarnent plus le Bien, la Morale, les Droits de l'Homme…

 

Redevenons sérieux. Nous n'allons pas mesurer notre plaisir. Car la défaite de l'équipe Blacks-Blancs-Beurs est une victoire pour les combattants identitaires. Qui ont aimé ces équipes de pays d'Afrique composées d'Africains. Fiers de ce qu'ils sont. Et qui ont bien raison de l'être. Des combattants identitaires qui ont aimé, aussi, ces équipes de pays d'Asie composées d'Asiatiques. Fiers de ce qu'ils sont. Et qui ont bien raison de l'être. Et puis des combattants identitaires qui ont aimé ces équipes de pays d'Europe composées d'Européens. Le 11 juin notre cœur était danois, car il était européen.

 

En écrivant cela, nous choquons, bien sûr. Nous choquons les moutons de Panurge. Nous choquons les zombies baptisés citoyens, lobotomisés par les faiseurs d'opinion, les agents du Système. Nous choquons les "patriotes" qui badigeonnent de tricolore et décrètent "Français" des gens venus de tous horizons, qui sont en fait des déracinés et - parlons clair - des apatrides. Nous choquons les gogos "de droite" qui ont voté Chirac-Raffarin (ce Raffarin qui, dès qu'il a été Premier ministre, n'a rien eu de plus pressé que d'affirmer : "La France est métisse et elle Ie restera"). Nous choquons et c'est tant mieux. Nous sommes là pour cela. Puisque, en choquant, nous pouvons peut-être réveiller les gens de chez nous.

P. VIAL

Imprimer E-mail

Sommaire - TP Mag n°12

N°12

 

p.5, Pierre VIAL, Victoire !

p.6, Assemblée communautaire de Terre et Peuple.

p.6, Jean-Claude ROLINAT, Courrier des lecteurs.

p.7, Païens toujours.

p.7, Les profs collabos.

p.7, Réfléchir et Agir.

p.7, Montségur.

p.8, Le combat culturel rassemble, entretien avec Fabrice Robert.

pp. 9 à 11, Georges HUPIN, Assassinat de Pim Fortuyn, le mal du pays virtuel.

pp. 12 à 14 : Guillaume FAYE, L’impérialisme américain : menace majeure ou tigre de papier ?

p.15, Olivier CHALMEL, De Guillaume Faye à Oriana Fallaci : quelques questions en suspens.

pp.16 à 18, O.C, Oriana Fallaci, une femme contre les barbus…

p.18, Vigilance.

pp. 19-20, Didier PATTE, Quelle France demain, la réponse de Didier Patte.

pp.21-22, Bernard MARILLIER, Bibliothèque des symboles, le coq.

p.22, Pierre VIAL, Chevaux et guerriers gaulois.

p.24, Le casse-tête corse.

pp.24-25, Pierre VIAL, Un avenir politique pour la Corse : nos propositions.

pp.26 à 28, Pierre VIAL, La Corse, Histoire d’une terre et d’un peuple.

p.28, Pascal Paoli, Ombres et lumières.

pp.29 à 31, Filipu D’AUCCIA, Le mouvement identitaire corse.

pp.32-33, Paroles de clandestin.

p.33, Jean-Guy TALAMONI, entretien.

p.34, Arnaud MENU, Bertrand Burgalat, le dandysme electro-pop.

p.35, Pierre VIAL, Saint-Loup en liberté (Jérôme MOREAU, Sous le signe de la roue solaire, Itinéraire politique de Saint-Loup).

p.36, Pierre VIAL, Vu de Droite, un monument d’intelligence.

p.37, A la redécouverte de Nietzsche, entretien avec Bruno FAVRIT.

p.37, Pol Vandromme, Rebatet, Pardès.

pp. 38-39, Patrick CANAVAN, Démocratie et Despotisme (V.Volkoff, Pourquoi je suis moyennement démocrate).

p.39, O.C, Laure du Rhin, un grand roman.

p.39, Drieu parmi nous enfin réédité.

pp.40-41, Entretien avec Bernard LUGAN La palette de mes ennemis englobe la totalité du « spectre politique ».

p.41, Roger Parisot, B-A, BA Hérésies, Pardès.

p.41, Alain Gesbert, B-A, BA Oghams divinatoires, Pardès.

p.41, Bernard Marillier, Le Loup, Pardès.

p.41, Pierre VIAL, Sous le ciel de Toulouse et de Sparte (Pierre Gillieth, Les Dioscures).

pp.42-43, Jean MABIRE, Frédéric Mistral, l’identité par la langue populaire.

p.44, Balades au cœur de l’Europe païenne, éditions de la Forêt.

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites