Résistance Identitaire Européenne

Terre et Peuple Magazine

couv_n49_1600x1200

Sommaire - TP Mag n°49

N°49, équinoxe d’automne 2011, L’Histoire une arme métapolitique.

 

p.3. Pierre VIAL, éditorial, Fraternité.

p.4, Ikéa, Chasse aux sorcières (suite).

p.4, Mazel Tov, Diamands connection.

p.4, Mesures, Les Hollandais ont du bon sens.

p.5, Faut craindre…Casser du Blanc.

p.5, Pas le shoah, Passez la monnaie.

p.5, Immigration, Sondage terrible.

p.5, Shalom, Obama porte la kippa.

p.6, Bouffeurs de porc, Les derniers Allemands.

p.6, AK-47, Kalach.

p.6, Parasites, En Bulgarie aussi le peuple se réveille.

p.7, Joseph Macé-Scaron, C’est pas beau le plagiat.

p.8, SYLVIE, Les fourneaux d’Epona (Pommes au Saint Marcellin en croquant de lard).

p.8, SYLVIE, Autour de la pomme.

pp.8-9, Robert BLANC, Généalogie et Identité, Réflexions sur le sens des recherches généalogiques.

pp.11 à 18, Alain CAGNAT, Regard iconoclaste sur la décennie 2001-2011.

pp.19 à 26, Jean-Patrick ARTEAULT, Racines du mondialisme occidental, entretien avec Pierre Vial.

p.27, Pierre VIAL, L’Histoire: une arme métapolitique ?

pp.28 à 32, Pierre VIAL, Chemins d’Histoire.

pp.33 à 35, Témoignage d’un professeur d’Histoire.

p.36, Pierre VIAL, Le choc de l’Histoire (Dominique Venner)

pp.37-38, Roberto FIORINI, L’esclavage par la dette.

pp.39 à 41, Lionel FRANC, Economie : les Etats-Unis sur la sellette.

pp.42-43, Solidarité-Identités : la cause des peuples.

pp.44-45, Jules SCIPIO, Complot mondial contre la santé.

p.46, Les Editions de la Forêt, Calude Perrin, Le retour des gueux, le réveil des loups.

p.47, Nos ancêtres les Gaulois (Science et avenir n°776 : Gaulois, l’art de la guerre).

p.47, Céline parmi nous (Le Figaro ; Lire ; Henri Godard, Céline ; Le Bulletin célinien).

p.48, Aventures en plein ciel (Hanna Reitsch).

p.48, Les Portugais et la première guerre mondiale (Patrick Rouveirol).

p.48, Loin des forêts rouges (Claude Duneton).

p.49, Fantasmes à vendre (Eric Giacometti, Jacques Ravenne, le Septième Templier).

p.49, Que lire ? Tome VIII (Jean Mabire).

p.49, Georges Rémi dit Hergé (Francis Bergeron, Qui suis-je ?).

p.50, Jean HAUDRY, Hergé et l’énigme du pôle (Paul-Georges Sansonetti).

p.50, La com’ au pouvoir (Guy Achard).

p.51, Sparte (C.Simon, PWeber).

p.51, Ys, la légende (J-L Istin, D. Nenadov).

p.51, Le Royaume de Borée (J.Raspail, J. Terpant).

p.52, XVIe Table Ronde reportée.

ImprimerE-mail

Editorial - TP Mag n°49

 

Fraternité

Quand les Maghrébins ou les Blacks parlent de gens de même origine qu’eux, ils disent « nos frères » (ou « nos sœurs »). Cette affirmation d’appartenance et de solidarité liée à celle-ci est tout à fait normale puisqu’elle est l’affirmation d’une identité ethnique dont nous proclamons la nécessité pour tous les peuples. Car la fraternité ethnique est tout simplement l’application des lois de la nature, donc de la vie. Faire montre de réalisme biologique, c’est faire preuve de sagesse, une sagesse que les sociétés traditionnelles ont toujours respectée et pratiquée mais qui a été oubliée, méprisée, pourchassée par la modernité triomphante, tueuse de mythes et de dieux.

Reconnaître, donc, à tous les peuples un « droit à la fraternité » est dans la logique de notre conception du monde. Il reste que nous avons bien besoin, nous, les Européens, les Blancs, de rattraper le retard que nous avons pris en matière de conscience ethnique, car la plupart des nôtres sont paralysés par l’entreprise de conditionnement mental conduite par ceux qui veulent nous transformer en zombies dociles, soumis à l’idéologie officielle omniprésente dans les media, à l’école, dans les églises (ce qu’il en reste…), dans le discours des politiciens de tous bords (y compris ceux qui, se disant « nationaux », sont censés être nos défenseurs et qui, par intérêt carriériste bien compris, se rallient aux dogmes du politiquement correct – car il faut, n’est-ce pas, être « dédiabolisés » si on veut être acceptés à la table des maîtres du pouvoir…). Nous, être diabolisés nous indiffère. Car nous sommes frères des loups.

Fraternité. Le mot est beau. Il a inspiré de nobles esprits, même s’il a été détourné, dévoyé et même sali au nom d’utopies mortifères débouchant sur la sanctification de la Terreur et le règne de la guillotine, comme en 1793, ou le bain de sang de l’ « Epuration » de 1944-1945. Pourquoi raviver de tels souvenirs, vont me dire de bons apôtres. Parce que nous n’oublions rien. Nous ne pardonnons rien. Jamais. Et la liste est longue, depuis Hypatie, notre sœur Hypatie. Et les Saxons, nos frères Saxons. Et tant d’autres, au fil des siècles, dont la présence vibre en notre âme et dont nous donne l’énergie vitale nécessaire pour suivre notre longue route.

Ils sont aveugles et sourds, ceux qui n’ont pas compris que notre combat relève d’une spiritualité à laquelle ils ne peuvent rien comprendre. Tout simplement parce qu’ils n’appartiennent pas à la Fraternité immémoriale qui est la nôtre. Et à laquelle nous relie une Fidélité qui est notre seule loi.

 

Pierre VIAL

ImprimerE-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites