Résistance Identitaire Européenne

Société

LES VACCINS ENTRE DOGME ET MODERNITE

 Claude Bernard dans son « Introduction à  la Médecine  Expérimentale « rappelait que les théories

même  accréditées   doivent  être regardées  comme  des théories provisoires et non des vérités absolues auxquelles il faille faire plier les faits.

Karl  Popper  à la fin du siècle confirmait  « dans le domaine des sciences, la certitude est le plus sûr allié de l’obscurantisme » …

Le dogme de la Vaccination n’échappe pas à ce constat et de nos jours  il apparait  comme un bienfait  humanitaire apparemment trop évident dans son principe même, pour être seulement évoqué ou  discuté . Et cela pour deux raisons majeures :

C’est d’ abord l’inertie et la pesanteur des idées officielles du mandarinat si attaché dans son confort à ses  certitudes ,  et c’est ensuite  , et on serait tenté de dire surtout  ,  l’ intérêt financier  très important des laboratoires pharmaceutiques théoriquement au  service exclusif de la santé  , mais proportionnel aux sommes investies dans la recherche .

En  fait quelle situation plus  banale et éternelle que de  retrouver dans cette lutte ancestrale les   deux sœurs ennemies qu’étaient   Hygiena ( ou Hygie  ) et Panacée, la première illustrant malheureusement bien après l’ Hygiène comme on pourrait le penser ,   la prévention médicale qu’est la vaccination et la seconde la médication par antibiotiques ou autres pharmacopées…

Comme nous  le verrons  dans ce court résumé de l’ ouvrage magistral de Michel Georget  sur la Vaccination qui y relate quelques vérités  indésirables , la prévention  à juste titre comporte dans l’ ordre d’ importance effective , d’ abord l’  Hygiène , puis secondairement  la vaccination elle-même.

Que l’auteur pardonne à ceux qui ont apprécié  son travail et voulu le faire connaitre, certaines approximations, voire des interprétations difficiles  qui pourraient avoir l’air de trahir sa pensée, ce qui ne serait que le signe d’une maladresse …

Si  Pasteur a eu l’ immense mérite après des années  d’expérimentation de mettre en évidence  l’ insuffisance ou l’ineptie de « la génération spontanée  « , il faut dire que  les recherches se sont  succédées  à l’ère moderne  et  reconnaitre qu’on  arrive de nos jours  à une situation fort complexe ,et  paradoxale :

toute  cellule mise en culture  voit apparaitre en son sein des virus, ce qui conforterait la théorie qu’il  avait combattue  d’une génération spontanée  et   surtout  mettre en échec le dogme pastorien de l’ asepsie cellulaire…

Rien n’est simple on le voit dans les arcanes tortueuses de l’immunité dont on est loin encore de nos jours d’en saisir tous les mécanismes , ce qui pourrait d’ emblée mettre  un frein à la conclusion des bénéfices obligatoires des vaccinations

Une mise au point dès lors s’impose :

Face aux Antigènes naturels  , comme à ceux produits dans l’ organisme par les vaccins, nos capacités de réponse sont très variables , faciles pour les uns ,parfois  inéxistantes  pour les autres.  Ceci parce que la répartition des marqueurs HLA est très variable d’un sujet à un autre, et même d’une race à  l’autre .

On  connait tous des familles où la tuberculose a fait des ravages ou des familles à cancer et d’ autres jamais touchées ...

L’Histoire nous révèle aussi  que la peste sans traitement ni vaccin, a disparu d’Europe après avoir ravagé certaines régions où ont été mystérieusement épargnées certaines familles jouissant donc d’immunité naturelle.

On sait aussi d’après les observations de Sydenham que  chaque germe  suivant son génie épidémique voit   l’importance et la gravité des épidémies  varier d’une année à l’autre et même d’un siècle à l’autre, d’un continent à un autre .

Pour approfondir la question et obligatoirement aborder des sujets de haute technicité, il faut dire que certains types de HLA semblent entrainer des prédispositions à certaines maladies auto-immunes telles que le  lupus érythomateux , la myasthénie acquise , le syndrome de Sjögren , la Sclérose en plaques (SEP ). Ces dispositions variant en fonction des pays et des races.

Il y a des explications : soit il y a des trous du répertoire HLA dans l’organisme agressé, empêchant  la réponse à certains antigènes, soit il existe des perturbations du  fonctionnement des réponses du système immunitaire lui-même. Des études ont montré que les déficits immunitaires primitifs  sont évalués à environ un enfant sur 500 et touchent chaque  année, 1500 enfants en France.

On voit tout de suite les  risques énormes en cas d’ immuno-déficience congénitale , encourus par ces sujets , soit d’ inefficacité vaccinale , soit de complications graves ,voire  parfois mortelles ,  si l’on introduit artificiellement des Antigènes dont on ne pourra opposer aucune barriere ou protection dans cet organisme.

La production des Anticorps d’un enfant n’ étant maximale qu’ à l’ âge de 4 ans ,il n’y a que l’  allaitement maternel  qui puisse suppléer à ce déficit immunitaire au premier âge .

En conclusion  il faut bien reconnaitre qu’on agit un peu en aveugle en prétendant protéger  des organismes complexes dont on ignore les réactions spécifiques.

Les Bataves en prévoyant les affections nosocomiales dont peut être victime le nouveau-né à l’hôpital, recommandent l’accouchement à domicile avec l’allaitement maternel  que d’ ailleurs recommande aussi l’OMS jusqu’à 2 ans.

On sait aussi qu’un vaccin à l’âge de 2 mois, comme le recommande le calendrier vaccinal, provoque avec ses antigènes une interférence avec les anticorps maternels, empêchant ou perturbant la production naturelle de défenses par sécrétion anarchique des anticorps de l’organisme.

Le phénomène  est encore rendu plus imprévisible du fait que chaque nouveau-né a un stade de développement immunitaire différent dans le temps : les enfants marchent-ils et mettent-ils tous leurs dents en même temps ?

Sans compter que  chaque organisme est  univoque et global et que le système immunitaire interagit avec le système nerveux , hormonal  et glandulaire , ce dernier jouant le rôle de chef d’ orchestre de l’ ensemble , sans compter avec les effets de l’ environnement et du stress  .

 

Il est loin d’être certain qu’on arrive  à convaincre les parents d’un enfant décédé, voire la famille d’un ado devenu impotent   , du  bienfait de la balance bénéfice/risque, surtout s’ils ont connaissance de la prévalence de l’affection  qu’on veut éradiquer !

Si les essais de Pasteur ne justifient pas à eux-seuls une remise en cause fondamentale de la vaccination, on peut affirmer et ce n’est pas une surprise à cette époque leur  manque de rigueur.

En effet, alors  qu’on ignorait tout du système immunitaire, il n’est pas étonnant qu’au départ des impuretés des souches antigéniques vaccinales aient pu provoquer des accidents graves et  Il en a été de même bien sûr avec d’autres vaccins :

que ce soit par atténuation insuffisante des antigènes introduits

que ce soit par l’effet d’un activateur classé cancérigène comme la formaldéhyde

des conservateurs comme le Borax, le mercure,  amenant des troubles psychiques ou tératogènes

des stabilisateurs touchant la fonction reproductrice chez la femme.

D’autres risques parallèles ont pu être notés :

dans les organismes immatures ou sans gammaglobulines à la naissance, entrainant des réactions immunitaires, ou une multiplication des virus HIV

des Virus S40 provoquant des cancers de la vessie

des vaccins de l’Hépatite B   et de la Fièvre Jaune en 1942 ont provoqué 5000 hospitalisations et 84 morts chez les militaires américains

En outre l’innocuité des prions est à ce jour une question restée sans réponse

La diversité des accidents observés est très importante , d’  autant plus qu’un vaccin vivant peut avoir sa toxicité propre  et même porter atteinte à l’ entourage  ou provoquer une réponse immédiate anarchique  avec les maladies auto-immunes (  S.E.P. ,  cancer , Guillain-Barré ) ou même des leucémies  par multiplication incontrôlée des globules blanc.

On a noté en effet des encéphalites , des mélanomes , des leucémies , des eczémas géants avec le vaccin antivariolique , des morts subites du nouveau-né , des accidents neurologiques , des encéphalites avec le Tetracoq , le BCG obligatoire a été spendu en 2009 et de toute manière ne protège pas contre la bacillose pulmonaire ou la méningite .

Outre certains accidents sus-notés , le vaccin Polio inactivé perturbe l’ équilibre  avec le virus coxsakie avec lequel il vit en synergie dans l’ organisme. Les accidents sont plus nombreux  chez les sujets amygdalectomisés ou, qui subissent des séries d’IM en cours .

Quand au vaccin de l’ Hépatite B , les affections neurologiques ont obligé à le stopper chez les scolaires. Il demeure par contre autorisé chez le nourrisson où parodoxalement  la myéline n’est pas encore constituée !   Malgré tous ces accidents, on a conclu à une parfaite innocuité !

La  liste de  ces accidents, allant de l’ inopportun à l’ accident grave ou mortel  s’ allonge avec tous les autres vaccins , même non obligatoires , oreillons ( ROR ) , la Fièvre Typhoïde ,la Fièvre Jaune , la Varicelle , les papillovirus (col de l’ utérus ) , la grippe , les Pneumocoques,etc…

LA BALANCE RISQUES / AVANTAGES

«  PRIMUM NON NOCERE « 

L’ Histoire montre cependant que sans aucun vaccin les Européen s ont pu voir disparaitre la peste au prix de 48 Millions de morts entre le 13e et le18e siècle ! L’ Europe de Bruxelles si elle avait à choisir n’ hésiterait pas un seul instant avec le vaccin , à condition qu’ il éxiste  et ce  malgré les effets secondaires…

Mais tout ce qui touche à l’ homme est perfectible , la science surtout. On se doit d’envisager :

Les risques réels encourus par l’ affection considérée , sur le plan individuel , mais aussi épidémique

Les risques  encourus avec le vaccin ,  immédiats , à moyen terme , à long terme

Les effets réels du vaccin sur l’ affection en cause ,qui peut être aussi bien résolutive sans aucun traitement , par les seuls moyens immunitaires des organismes , la peste l’ a montré

Signalons que ces moyens de défense immunitaires ou autres ont considérablement augmenté avec les progrès de l’ Hygiène et  de l’ alimentation

Cependant ne négligeons pas les difficultés énormes de l’ abord scientifique liés à l’ expérimentation , sur les périodes d’ étude très longues , biaisées par des effets intercurrents extérieurs ou intérieurs dans l’ organisme

Il faut malheureusement souligner  l’ intérêt financier énorme des labos qui investissent des sommes colossales dans la recherche .

Le génie évolutif des germes en cause ainsi que la résistance au milieu

Dans la vaccination de masse , difficulté d’ apprécier l’ importance utile du quota de vaccinés qui pourra stopper une épidémie ,ce que l’on a appelé «  l’immunité de troupeau «  (estimée de  70 à 95% )    .

  L’ENJEU ECONOMIQUE   ET SOCIAL

 Il existe un problème éthique majeur lié à la nécessité d’ une information qui ne peut être que scientifique et qui par ses données techniques élevées   peut difficilement  être saisie par le public favorisant ainsi une source d’ information univoque et une pensée unique trop favorable au dogme et à l’ engrangement des bénéfices.

Or le marché mondial du vaccin est passé de 6 Milliards en 2006  à 20 en 2012 ! Il n’est pas surprenant alors de voir l’Information théoriquement garante de l’ Education sanitaire , devenir une véritable publicité de propagande à visée financière.

On a pu voir d’ ailleurs un Président de labo être nommé Président du Syndicat National de la Pharmacie…..

Récemment les vaccins contre l’ Hépatite B et les papillovirus du col  ont démontré la soumission de la politique de santé aux laboratoires alors que partout  les dépenses d’ Hygiène , surtout dans les pays pauvres devraient primer sur celles de la vaccination de masse qui  paradoxalement  n’ évite pas toujours les épidémies .

          

Et que penser de l’ obligation vaccinale alors que  l’ Ethique veut que l’ individu soit maître de son corps ?

«  la surveillance après communication affirme-t-on très justement au Canada doit comprendre la collecte coordonnée , structurée , systématique et  permanente  des données sur l’impact  des vaccins homologués , l’ analyse épidémique et la diffusion de ces données pour conseiller les fabricants, les législateurs , la profession médicale et la population.

Il est important de ne pas laisser la responsabilité de la pharmacovigilance entre les mains des fabricants , solution de facilité dans certains pays. « 

L’ insuffisance de la pharmacovigilance a abouti à la constitution par les victimes de  trop nombreux accidents vaccinaux d’ une  «  Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccination s « alors qu’une jurisprudence s’est établie  et que la responsabilité de  l’Etat s’est inscrite dans le Code de la Santé publique.

Aux USA des procès ont abouti  à  suspendre la production de vaccins dans certains labo !

La contrainte vaccinale s’ exerce malheureusement sous des formes les plus variées , légales ,administratives ,psychologiques  etc…alors que la Loi dit que «  le corps humain est inviolable et qu’il ne peut être porté à son intégrité qu’en cas d’ absolue nécessité thérapeutique pour la personne « 

                                      Primum non nocere !               

                                                                                                                 GM

NB :

*anaphylaxie : réaction allergique , pouvant être mortelle

*anticorps : molécules proteïques produites par les lymphocytes B adaptées spécifiquement  aux Antigènes qui ont provoqué leur production

*auto-immunité :  réaction du système immunitaire qui se retourne contre l’ organisme qu’il est chargé de défendre.

*Guillain-Barré : maladie démyélinisante du système nerveux .

* HLA : abréviation de Human Leucocyte  .

* infection nosocomiale : toute infection contractée  dans un établissement de soins

* myéline : substance isolante entourant les fibres nerveuses

*prévalence :  nombre de personnes affectées par la maladie , à un moment déterminé , dans une population donnée ,que les cas soient anciens ou nouveaux .

*rétrovirus :virus à ARN dont le génome peut être inscrit en ADN par une transcriptase inverse et s’intégrer dans le génome de la cellule où il a pénétré.

*Sarcome : cancer développé à partir d’un tissu conjonctif

*SEP (sclérose en plaques  ) : maladie démyélinisante  du système nerveux central

*SLA  ( sclérose latérale  amyotrophique  )

* Symbiose : association d’ êtres vivants à bénéfice réciproque

 ,

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites