Résistance Identitaire Européenne

Mondialisme

L'Occident post-libéral et la nouvelle anormalité

op1

 

Des termes comme « ordre international fondé sur des règles » ou « ordre mondial libéral » font référence au consensus formé après la Seconde Guerre mondiale, dans lequel les dirigeants mondiaux - propriétaires de banques centrales et de sociétés avec leurs laquais politiques - ont créé toute une série d'institutions et d'accords internationaux pour promouvoir la « coopération mondiale ».

Les États-Unis sont apparus comme le principal défenseur de ce système, et les droits de l'homme, l'économie de marché « libre » et de nombreux autres concepts, qui ont depuis été diffusés aux masses par le biais de diverses institutions, des médias, de l'industrie du divertissement et de l'éducation, sont devenus le centre du jargon sociopolitique occidental. Comme le dit la-le youtubeur qui anime la chaîne Morgoth's Review, « si vous vivez en Occident, vous avez vécu toute votre vie dans un ordre mondial libéral ».

Grâce à cette magie des mots des valeurs humanistes, l'establishment anglo-juif qui dirige le monde, malgré toutes ses atrocités, a osé prétendre être du côté de « l'humanité » et s'opposer à la « tyrannie ». L'histoire ne revient jamais qu'à l'époque d'Hitler et de Staline, auxquels elle trouve des contreparties condamnables dans le présent.

Le philosophe du droit et théoricien politique allemand Carl Schmitt observe que le concept « d'humanité » a été un outil utile pour l'expansion impérialiste. Elle a été utilisée pour déshumaniser les ennemis du pouvoir monétaire occidental, qui pouvaient alors être attaqués sous le couvert de la supériorité morale.

Les libéraux occidentaux ont toujours prétendu défendre la cause de l'humanité. Même en Finlande – « qui appartient à l'Occident », tonne le président de l'OTAN Niinistö - les politiciens ont appris la rhétorique de la « dignité humaine indivisible » et du « socle de valeurs occidentales », qui seul garantit la civilisation et la correction. Les opposants ne sont pas du côté de l'humanité : ils sont une « exception » à la règle établie par l'Occident, des inadaptés purs et simples qui peuvent être traités en conséquence.

Si le consensus d'après-guerre reposait sur l'idée qu'il existe « une seule humanité », l'idéal actualisé de l'Occident post-libéral est qu'il existe « une seule planète », souligne l'animateur de Morgoth's Review. Le concept d'une seule humanité a permis à l'Occident de devenir démographiquement multiculturel (avec l'objectif ultime d'abandonner toutes les particularités culturelles en faveur de « citoyens du monde ») et les critiques ont été réduites au silence en tant que « racistes ».

 

op2

op3

 

Dans la nouvelle phase, un programme mondial appelé Agenda 2030 se profile à l'horizon : inquiétude quant au « changement climatique » et appel au développement durable, y compris au rationnement de tout, à la surveillance de l'empreinte carbone, à la production d'énergie sans fossile, à la nourriture synthétique et à d'autres idées qui, si elles sont mises en œuvre, permettront aux familles milliardaires et à leurs sociétés d'investissement de réaliser d'énormes profits supplémentaires après avoir déjà exploité et foré des gisements de pétrole.

La nouvelle « transition verte » signifie également le remplacement des droits fondamentaux et humains du passé par des « droits » pour le climat, la nature et la planète dans son ensemble. Qui sera alors autorisé à défendre ce qui est ou n'est pas dans l'intérêt de la planète ? Des scientifiques et des experts, bien sûr, qui sont à la solde de la classe milliardaire et dont les « recherches » et les recommandations servent les objectifs des classes possédantes.

L'intrigue sinistre de ce « développement » commence à s'effilocher lorsque l'on entend l'argument selon lequel il y a trop de gens sur la planète. On nous assure que si les émissions de carbone ne sont pas réduites à un niveau proche de zéro, la vie sur la planète sera en danger. En cette période difficile, les droits de l'homme doivent être restreints pour le « bien du monde entier », mais au lieu d'être réellement soumis à la « nature », nous sommes assujettis par une planification technocratique selon les caprices des cercles financiers.

« On ne demande à personne s'il veut un développement conforme à l'Agenda 2030 », déclare Morgoth's Review. Bien sûr, si le nom du jeu est « sauver la planète », les gens ne seront pas autorisés à voter contre la sauvegarde de la planète. La vie dans les « démocraties libérales » touche à sa fin lorsqu'un autre isme prend le dessus. Pour le moment, cependant, nous n'avons pas de nom exact pour le nouvel ordre, de sorte que l'élite dirigeante en Occident continuera à prétendre défendre la « démocratie » et la « liberté ».

En un sens, l'affaire du coronatralalavirus était un test pour la nouvelle (a)normalité. La biopolitique de l'exceptionnalisme imposait à la population de se soumettre à des ordres bizarres au nom de « l'intérêt public ». Ceux qui critiquaient les vaccins et les restrictions étaient stigmatisés et blâmés pour leur insubordination. La bataille contre l'ennemi invisible a fourni un cadre pour préparer le peuple masqué et effrayé à l'avenir. Comme l'indiquait déjà le rapport sur les limites de la croissance commandé par le Club de Rome, le forum du pouvoir en place dans les années 1970, l'humanité elle-même est l'ennemi (le virus ?) dont il faut protéger la planète.

Bien que l'efficacité de l'éthique occidentale de la liberté ait commencé à s'éroder ces dernières années, les valeurs libérales sont toujours menacées par des ennemis qu'il faut déshumaniser. Il s'agit notamment de puissances qui rivalisent avec l'Occident, comme la Russie et la Chine. Avec la campagne infosota, les gens ont déjà été incités contre un groupe de personnes, les Russes - bientôt, sans doute, les Chinois aussi - qui sont stigmatisées comme étant contre les dogmes du libéralisme. Cette fois, l'intolérance est excusée et les Occidentaux sont même incités à la haine.

 

op4

 

Cependant, ce n'est pas Poutine ou le politburo communiste chinois qui effraie les jeunes d'ici avec la catastrophe climatique et la destruction du monde, mais les (faux) médias occidentaux et un groupe restreint d'experts et de scientifiques. Ce n'est pas la Russie qui écrase les agriculteurs des pays de l'euro et met délibérément en danger la production alimentaire, mais cela aussi est utilisé pour servir les intérêts égoïstes de l'élite économique. Le même programme est promu par la politique de zéro émission imposée à l'Occident.

Toutes les institutions, les entreprises et les gouvernements occidentaux soutiennent fièrement les notations ESG de « l'investissement responsable » inventées par les puissances financières, qui anéantissent les petites entreprises dans tout l'Occident. Ce même réseau, piloté par des géants de l'investissement tels que le Vanguard Group et BlackRock, proclame fièrement la nécessité d'une « gouvernance mondiale » ; dans un état d'urgence « climatique », il n'y a plus la moindre place pour les normes démocratiques et l'opinion publique.

Ironiquement, rien ne menace plus le consensus d'après-guerre que les personnes mêmes qui prônent les valeurs libérales contre « l'autoritarisme ». La classe milliardaire et ses sous-fifres défendent publiquement un monde de valeurs qu'ils sont en même temps en train d'éradiquer rapidement. Les gens peuvent-ils voir à travers cet obscurcissement et cette hypocrisie ? Peut-être lorsque nous passerons de la démocratie des neiges actuelle de l'oligopole à la tyrannie ouverte de l'écofascisme et de la technocratie.

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/07/29/jalkiliberaali-lansi-ja-uusi-epanormaali/

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites