Résistance Identitaire Européenne

Lignes de Front

L’establishment et Antifa comme cul et chemise.

Par Scott Greer – Le 27 août 2017 – Source dailycaller

Dimanche, un petit nombre de partisans du président Trump a décidé de se rassembler dans le campus de l’université de gauche, à Berkeley, en Californie, après l’annulation de deux manifestations similaires dans la région la veille. La raison des annulations était due au grand nombre de menaces violentes que recevaient les organisateurs pro-Trump.

Le jour où les partisans de Trump sont apparus dans la région de la baie de San Fransisco, les gauchistes ont eu opportunité de concrétiser leurs menaces.

 

Les scènes sur le terrain à Berkeley ont montré des bandits porteurs de masques noir et de drapeaux rouges submergeant la ville et agressant quiconque était considéré comme un nazi. Il y avait un contraste flagrant avec l’image héroïque que les Antifa ont gagné auprès des journalistes et des politiciens dans les semaines qui ont suivi les violences à Charlottesville –

Il n’y avait pas de nazis présent à Berkeley, juste des partisans lambda de Trump. Pourtant, cela ne les a pas sauvés d’une raclée des mains des Antifa.

Curieusement, les Antifa avaient fait l’éloge des sources les plus improbables au sein de l’administration Trump quelques jours seulement avant qu’ils n’assaillent une assemblée libre à Berkeley.

Dans une interview accordée au Financial Times, Gary Cohn, ancien dirigeant de Goldman Sachs et conseiller économique actuel de la Maison Blanche, a réprimandé publiquement le tweet de son chef Donald Trump qui disait que les deux parties étaient fautives de la violence à Charlottesville. Il a également loué les Antifa comme une force du bien.

« Les citoyens qui défendent l’égalité et la liberté ne peuvent jamais être assimilés aux suprématistes blancs, aux néo-nazis et au KKK », a déclaré le principal conseiller de Trump.

Il y a beaucoup de choses étranges au sujet d’une tête de gondole de Goldman Sachs, alignée sur Trump, qui loue les émeutiers anticapitalistes. Il est assez inhabituel de louer les gauchistes, qui consacrent leur vie à l’élimination de la liberté d’expression et combattent le droit à manifester librement, pour leur volonté de défendre la liberté.

Les Antifa prouvent assez ouvertement qu’ils n’aiment pas ces libertés, comme en témoignent leurs actions à Berkeley. Il est donc difficile de dire [comme le fait Gary Cohn]  qu’ils se battent pour la liberté – en particulier lorsqu’ils attaquent continuellement les Américains moyens qui soutiennent le président pour lequel vous travaillez.

Ce qui est encore plus bizarre, c’est que les acteurs de Wall Street fricotent avec des gars qui rêvent d’assassiner les banquiers. Cohn défend efficacement des gens qui le voient comme un monstre maléfique qui mérite leur violence autant que les nazis.

Les gauchistes souhaitent détruire tout le système financier pour lequel Cohn a travaillé toute sa vie, alors pourquoi ce dernier les encense-t-il ?

La réponse est qu’il ne voit pas du tout les Antifa comme une menace. Les gens de Wall Street ne doivent pas s’inquiéter de voir cette bande aux masques noirs les attaquer ou brûler leurs bureaux. S’ils étaient vraiment inquiets, le gouvernement fédéral les poursuivrait impitoyablement comme des terroristes domestiques.

Mais Cohn ne voit les Antifa que comme des gens qui agressent et blessent des groupes marginaux qui n’ont guère de capital culturel. Peu importe si ces personnes sont blessées en exprimant leurs droits constitutionnels, surtout si ceux qui étaient attaqués risquaient de perturber leurs affaires.

En outre, comment pouvez-vous être membre de la société policée et penser que les nazis, même détestables, méritent une protection contre la violence ?

Mais les Antifa n’attaquent pas seulement les extrémistes de droite. Ils poursuivent également les conservateurs et les partisans ordinaires de Trump.

Cependant, tout cela pourrait ne pas être un problème pour Cohn, ni pour d’autres élites de son espèce.

Le conseiller économique de la Maison Blanche s’est attiré beaucoup de critiques durant son passage dans l’administration en se présentant comme opposé au trumpisme. Cohn aime le libre-échange sans restriction. Il soutient le globalisme. Il est fan de l’immigration de masse. Il n’a pas de temps à perdre dans la guerre culturelle.

Et, comme on l’a vu faire à son poste de dirigeant chez Goldman Sachs, il est évidemment très pro-élite. L’influence de Cohn est souvent perçue par les partisans de Trump, sur sa droite, comme un obstacle majeur à l’agenda qu’ils ont soutenu pendant la campagne.

Ce qui nous ramène aux Antifa. Pour un groupe anti-establishment, ils ne vont que rarement, si ce n’est jamais, agir contre l’establishment. Au lieu de cela, ils se bornent à attaquer, au hasard, les partisans de Trump et les nationalistes blancs − qui sont rarement des gens proches des allées du pouvoir.

Si ces gauchistes anticapitalistes se concentrent uniquement sur les personnes qui s’opposent aux politiques que Cohn soutient, alors pourquoi celui-ci devrait-il avoir un problème avec eux ?

La classe médiatique babillarde a désigné Alt-Right, Breitbart, les électeurs Trump, ICE et les émissions de radio comme des menaces beaucoup plus importantes pour la société américaine que les gauchistes violents. Cohn, selon toute vraisemblance, est d’accord avec ce sentiment.

La seule menace avec laquelle il peut être en désaccord est celle représentée par le président Trump, qui est perçu, par les élites américaines, comme la plus grande menace pour notre pays. Étant donné que les Antifa s’opposent également à Trump, cela fait du groupe un allié naturel de l’establishment, en dépit de leur violence et de leur rhétorique anticapitaliste.

Ces scrupules peuvent être ignorés si l’énergie des anarchistes est dirigée uniquement contre des ennemis qu’ils ont en commun avec les élites.

Il est peu probable que les violences à Berkeley convainquent les partisans des Antifa dans les médias et la politique de reconsidérer leurs louanges. Tant qu’ils ne perturbent pas les événements du Parti Démocratique ou les réunions de Goldman Sachs, ils seront encore des héros qui luttent pour l’égalité et la liberté aux yeux de l’élite.

Cette habilitation mènera à plus de violence et encouragera les voyous bardés de noir à se battre contre toute personne qu’ils considèrent comme nazie. Il est douteux qu’ils repenseront leurs actions à la lumière de l’éloge des géants de Wall Street et de Mitt Romney.

Ils veulent juste rejouer la Guerre civile espagnole [1936-39], et non pas attaquer l’establishment actuel.

La légende crédite Vladimir Lénine d’avoir affirmé : « Nous allons pendre les capitalistes avec la corde qu’ils nous auront vendue. »

Les aspirants bolcheviks d’aujourd’hui voient probablement leurs alliés nouveaux et puissants dans la même optique.

Les capitalistes de notre époque ne pensent certainement pas que les Antifa sont une menace pour l’establishment, mais cela pourrait changer si les gauchistes continuent à être encouragés.

Lorsqu’ils reçoivent un chèque en blanc pour attaquer tous les nazis, les choses peuvent changer radicalement lorsque les banques seront considérées comme des paradis du fascisme.

Scott Greer

Traduit pour le Saker

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites