Résistance Identitaire Européenne

Histoire

Au moment de l’affaire Dreyfus, on les retrouve dans les rangs de l’antisémitisme militant : Le socialisme national et l’antisémitisme des Communards sont bien attestés.

CLUSER1

Gustave Paul CLUSERET

Député boulangiste du Var. Antisémite militant. En 1887, il entraîne une partie des Blanquistes dans une alliance avec la Ligue des Patriotes de Déroulède. Collaborateur du journal antisémite de Drumont La Libre parole. Antidreyfusard. En 1885, avec d’autres députés d’extrême-gauche, il dépose un projet de loi de limitation du droit des naturalisés. En 1896, il dépose un projet de loi de limitation du droit au travail pour les étrangers. En 1989, il fait partie des 198 députés qui demandent au gouvernement « quelles mesures il comptait prendre pour arrêter la prédominance des juifs dans les diverses branches de l'administration française ».

 

Da Costa Gaston

Gaston DA COSTA

Anti-dreyfusard, membre du Parti Républicain Socialiste Français. Adversaire du suffrage universel : « A quel républicain d'éducation fera-t-on croire que les voix de cent, de mille, de cent mille imbéciles valent celle d'un citoyen éclairé ? » Historien de la Commune.

 

Gustave Flourens 3

Gustave FLOURENS

Professeur au Collège de France en 1863. Il établit une méthode linguistique et anatomique pour classifier les races humaines.

 

GrandierAlbert

Albert GRANDIER

Il demande à la Commune de «  ... prendre des mesures très énergiques contre les étrangers qui méconnaissent à ce point leur devoir de reconnaissance pour la généreuse hospitalité que la France leur accorde. Nous sommes depuis trop longtemps envahis par une nuée de parasites de tous les pays qui profitent de tous les droits, de tous les avantages des Français eux-mêmes et qui ne sont liés par aucun de leurs devoirs » (L'affranchi N° 16).

 

Granger Ernest

Ernest GRANGER

Un des plus proches disciples de Blanqui. Antisémite, partisan du socialisme national. « Nous aussi, après Blanqui et Tridon, nous sommes, philosophiquement, des antisémites. Nous pensons que le sémitisme a été funeste au génie aryen et nous déplorons que le sombre, persécuteur, impitoyable monothéisme juif ait triomphé des libres et naturalistes religions gréco-romaines. A cet égard, nous sommes même beaucoup plus antisémites que Drumont et Morès. »

 

260px Clovis Hugues Nadar

Clovis HUGUES

Antisémite. Collaborateur de La Libre Pensée en 1880. En 1892, il collabore aux journaux antisémites La Libre Parole et La Délivrance du Peuple. Anti-dreyfusard militant. Membre de la Ligue des Patriotes de Déroulède.

 

Paul Lafargue profil

Paul LAFARGUE

Gendre de Marx, auteur de l’ultra-célèbre « Eloge de la paresse » et du beaucoup moins célèbre passage suivant : « A entendre ce document, ce sont les descendants du pouilleux marchand de vieux habits de Francfort qui ont créé le crédit et la prospérité de la France, parce que, eux, si modestes encore en 1816, ont prélevé des centaines de millions sur la fortune sociale de la France, et sont aujourd'hui plus puissants et plus servilement servis que le tsar blanc de toutes les Russies. L'ultimatum est net. Rothschild ne permet la conversion, qui dégrèverait le budget de plus d'une centaine de millions, que s'il peut la tripoter à son profit. » (L’ultimatum de Rothschild, 8 janvier 1882).

« les socialistes entrevoient toute l’importance du mouvement boulangiste, qui est un véritable mouvement populaire, pouvant revêtir une forme socialiste si on le laisse se développer librement » Lafargue (lettre du 27 mai 1888 à Engels).

 

Benoit malon dujardin

Benoît MALON

Chef de file des blanquistes. Malon est partisan d’un socialisme national, opposé au socialisme allemand. Admirateur de Drumont, l’auteur de La France Juive.

 

Massard Emile

Emile MASSARD

Boulangiste et antisémite. Collaborateur à partir de 1889 du journal La sentinelle de Montmartre, des députés Laisant et Laur.

 

E. MILLOT

Gérant du journal antisémite La Libre Parole.

 

place henri cri du peuple 8daea

Henri PLACE, dit VERLET

Antisémite. « Le tort de Sarcey, en cette occurrence, est de ne pas nous avoir expliqué comment il peut être à la fois un "vieux disciple de Voltaire" et aller contre la campagne antisémitique dont le nommé Voltaire fut un des plus brillants coryphées ». (Le réveil du peuple N° 13).

Candidat boulangiste en 1890.

 

260px Neurdein Albert Regnard

Albert REGNARD

Antisémite. Voir en particulier son article Aryens et Sémites, dans La Revue Socialiste, N°30, juin 1887, p 499. Voici quelques citations de cet article, qui sera suivi de plusieurs autres sur le même sujet : « La haine du sémitisme était à l’ordre du jour parmi les jeunes révolutionnaires de la fin de l’empire ». « … La réalité et l’excellence de la race aryenne (…) qui seule est en mesure de préparer et d’accomplir l’achèvement suprême de la rénovation sociale ».

 

AVT Gustave Tridon 2247

Gustave TRIDON 

Auteur du livre Du molochisme juif, œuvre à laquelle, selon Marc Crapez (voir sources) et Maurice Paz (L’idée de race chez Blanqui, 1975), Blanqui lui-même aurait collaboré. "Les Sémites, c’est l’ombre dans le tableau de la civilisation, le mauvais génie de la terre. Tous leurs cadeaux sont des pestes. Combattre l’esprit et les idées sémitiques.

Gustave Tridon est le second de Blanqui. Il meurt à 30 ans, après la Commune.

Gustave Tridon fut étudiant en droit. Cependant, comme il provenait d'une famille fortunée, il n'exerça jamais de métier. En 1864, il publie une étude sur Jacques- René Hébert (1757 - 1794), précurseur du nationalisme français d'extrême-gauche.

Ensuite, Gustave Tridon fonde et publie Candide, journal des blanquistes, ce qui le mène en prison pour quelques temps. En 1866, il représente Blanqui au congrès de l'Association Internationale des Travailleurs.

Il fonde une nouvelle revue, La Critique qui est elle aussi censurée. Il repart en prison pour cinq mois. Poursuivi de nouveau en 1870, il s'enfuit en Belgique.

Il revient à Paris après la proclamation de la république et fonde la revue La patrie en danger.

Lors de la Commune, il est élu par le Vème arrondissement. Il sera membre de la commission militaire. Après la Commune, il s'enfuit en Belgique où, malade des nerfs, il se suicide.

Du molochisme juif appelle au culte de la Raison. En amont, Tridon voit dans le Judaïsme une survivance du culte sanguinaire au Moloch, cette statue chauffée au rouge dans la gueule de laquelle les Phéniciens jetaient des enfants vivants. En aval, il voit dans le christianisme une pauvreté de pensée et un asservissement typiquement sémites, contraire à la tradition aryenne. Tridon professe l'athéisme comme un accomplissement de la civilisation occidentale.

Voici quelques extraits de son ouvrage Du molochisme juif :

« Les Sémites, c'est l'ombre dans le tableau de la civilisation, le mauvais génie de la terre. Tous leurs cadeaux sont des pestes. Combattre l'esprit et les idées sémitiques est la tâche de la race indo-aryenne. »

« Le Sémite présente quelque chose de raide, de dur, de concentré. Un mur semble s'interposer entre lui et les autres nations, au point de vue moral toutefois, car il ne s'est jamais fait faute d'entrer en contact avec les Gentils dans le but de les exploiter. (...) Allah, Moloch ou Jéhovah sont la divinisation de cet orgueil fanatique et peu éclairé des races sémitiques. »

« Pour la première fois s'accouplent l'humilité la plus arrogante et la plus ambitieuse abjection. Le Sémite s'identifie avec son dieu et le comble de tous les dons. (...) Pour le grandir davantage, il se dégrade jusqu'au bas de l'échelle ; mais ce dieu aura l'empire du monde et règnera sur tous les peuples dans la personne de son serviteur, le Sémite. »

« Le Sémite n'a jamais pu s'élever à la compréhension de la nature (...). Le Sémite fermé à l'intuition n'a jamais pris la peine d'étudier, ni compris la science. »

« La morale des Juifs diffère de celle des Aryens. Une résultante forcée des fonctions organiques, faisceau où viennent aboutir les besoins et les passions du citoyen, limités par les besoins et les passions de l'humanité, voilà la morale. Athènes lui soumet les dieux. En Palestine au contraire, en Arabie, à Tyr, à Sidon, à Mabug, à Babylone même, la morale n'est une condition essentielle ni de sainteté, ni de divinité. Jéhovah est un être profondément méchant et satanique. (...) »

« Triste spectacle. Peuples arides, secs, féroces. L'intolérance est le legs sémitique à notre monde.(...) La race sémitique représente le côté négatif du genre humain (...). »

« La tâche de l'esprit moderne est donc de balayer jusqu'à la dernière parcelle l'esprit sémitique et de revenir à la destinée antique de notre race (...). »

AFFICHE COMMUNE

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites