Résistance Identitaire Européenne

Histoire

Une date, un événement : 6 avril 1490 Un humaniste contre les turcs

 

d09ebd44c2e52b3128f7237111597bfa

La chute de Constantinople par les Turcs, en 1453, a doulou­reusement réveillé l'Europe : « Ce n'est plus dans le désert syrien ou sur les bords du détroit de Gibraltar qu'il faut aller chercher « l’ennemi de la foi ; il est là, tout proche, et menaçant, aux portes de la plaine danubienne », note Bernard Chevalier (L'Occident de 1280 à 1492, A. Colin, 1969). Qui ajoute : « Pour les Allemands menaces, pour Venise qui pied à pied défend son empire (1463-1479), pour Gênes qui perd le sien (chute de Caffa, 1475), pour les Italiens de la Fouille ou de l’Istrie, il ne s'agit plus de pérégrina­tion lointaine, mais d'une défense pressante et angoissante. »

Un Hongrois fait face. Mathias Hunyadi, second fils de Jean, régent de Hongrie, est né en 1440 à Kolozsvar. Il est surnommé Corvin (du latin corvinus, « qui ressemble à un cor­beau »). Officiellement il doit ce sur­nom à sa noire chevelure. Mais dans l'inconscient col­lectif, en cette fin du Moyen Age, sur­vit peut-être le lointain prestige d'un animal fortement symbolique car directement associé au dieu Odin-Wotan chez les Germains, au dieu Lug chez les Celtes. En tout cas, le jeune Mathias fait honneur à un tel parrainage en com­battant vaillam­ment aux côtés de son père, ce qui lui vaut d'être armé chevalier à qua­torze ans sur le champ de bataille, selon la vénérable tradition de cette fraternité guerrière qu'est la cheva­lerie.

Ce « corbeau » est élu roi de Hongrie en 1458 — il a donc dix-huit ans. Il lui faut s'imposer très vite à des magnats qui font régner, par leurs incessantes rivalités, une anarchie endémique dans le pays. Pour ce faire, il consolide sa position en épou­sant la fille du roi de Bohême, en s'appuyant sur la petite noblesse et en créant une solide armée de merce­naires, soldée grâce aux impôts que lèvent désormais pour lui des fonc­tionnaires efficaces et dévoués. Il a maintenant l'outil nécessaire pour mener à bien son grand projet : contrer efficacement les Turcs.

En 1458, il oblige le grand vizir Mahmud Pacha, qui ravageait la Ser­bie, à battre en retraite. Les Turcs reviennent à l'assaut l'année sui­vante. En 1463, ils sont maîtres de la Bosnie. Après avoir fait alliance avec les Vénitiens, qui ne supportent plus les agressions ottomanes, Mathias Corvin chasse les Turcs du nord de la Bosnie, les obligeant à lever le siège de la capitale, Jajce. Mais les Turcs continuent à multiplier les razzias en Albanie, Herzégovine, Dalmatie, Croatie, Carniole, Carinthie et au Frioul.

En 1476, Corvin, pour verrouiller ses frontières violées par des bandes turques, s'em­pare de la forteresse otto­mane de Sabac, le 15 février, après un siège de trente-deux jours. Surtout, il écrase une importante armée turque, en octobre 1479, à la bataille de Kenyermezo. A sa mort, le 6 avril 1490, Mathias se préparait à être le pivot de la croisade organisée par le pape Innocent VIII pour éliminer le danger turc.

On peut cependant regret­ter que Mathias n'ait pas concentré tous ses efforts contre le seul ennemi turc. En effet, pour devenir le plus puissant prince de l'Europe centrale — et il y parvint —, il consa­cra beaucoup d'efforts à s'imposer à ses voisins européens, en s'emparant de la Moravie, de la Silésie, de la Lusace au détriment du roi de Bohême, tandis qu'il dépouillait l'empereur Frédéric III de la Styrie, de la Carinthie, de la Carniole, avant d'entrer en 1485 à Vienne dont il fît sa capitale.

Grand capitaine, Mathias Corvin fut aussi un prince de la Renaissance, surtout après son second mariage avec Béatrice d'Aragon. Fondateur de la bibliothèque Corvina et de l'université de Pozsony (aujourd'hui Bratislava), ami de Laurent le Magni­fique, qui lui envoyait des bronzes du Verrochio, il achetait des tableaux à Filippino Lippi, dont il décorait son palais de Buda. Il mettait sa riche col­lection de manuscrits antiques à la disposition des érudits de son temps. En somme, ce guerrier émérite avait bien conscience des enjeux du combat culturel.

Pierre VIAL

Sources : Rivarol 28/04/2006

 

corbeau

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites