Résistance Identitaire Européenne

Guerre Culturelle

Le capitalisme woke: un Moloch !

capw1

 

L'union fait la force. La démocratie se nourrit de cette idée. C'est pourquoi nous devons nous sentir seuls, isolés dans la forêt. C'est la méthode des élites fonctionnelles qui nous gouvernent. Leur secteur médiatique crée à tout moment l'illusion que nous sommes seuls chez nous : mais la rue, les écoles et les universités, les gouvernements, tout cela leur appartient.

La spirale du silence, décrite scientifiquement par Elisabeth Noelle-Neumann, vise à rendre muet le centre de la société. Celui qui estime que ses opinions ne sont pas majoritaires les garde souvent pour lui. Il a peur de se faire remarquer ou d'être désavantagé.

Cela peut arriver à tout le monde : La police frappe à la porte pour des e-mails jugés inappropriés, pour des messages ou des commentaires du même acabit; on bloque des comptes bancaires, on résilie des assurances, on éloigne des personnes de la sphère politique, on leur retire en fait toute participation à la société. Or, le contrôle de nos peurs est perméable. Lorsque nous regardons à l'extérieur à travers les failles, nous ne sommes pas du tout seuls, surtout au niveau international. Il suffit de charger un petit outil dans le navigateur pour se retrouver en bonne compagnie.

 

capw2

 

Le mariage d'amour entre la gauche culturelle et le capital financier

Le romancier et essayiste anglais Paul Kingsnorth (photo) est né en 1971 et a été « de gauche ». Cela peut facilement arriver à des adolescents avant que la pensée autonome ne commence à s'émanciper. Aujourd'hui, il ne pense plus dans ces schémas droite-gauche poussiéreux dans lesquels notre système de domination politico-médiatique nous maintient prisonniers. Comme de plus en plus d'analystes, il considère que l'opposition entre les mondialistes et les penseurs nationaux est cruciale :

    La vision du monde que l'universitaire Eric Kaufmann appelle le modernisme de gauche est aujourd'hui celle des classes managériales professionnelles, des 10% supérieurs de la société et - ce n'est pas un hasard - de la classe bénéficiaire de la mondialisation. Par le biais de sociétés transnationales, du secteur universitaire et culturel, d'ONG, d'entités mondiales et régionales et d'autres collectifs au pouvoir généralement occulte, cette classe diffuse la triple idéologie du mondialisme au sein de ses propres nations et au-delà. Pendant ce temps, un mouvement populiste national se forme, largement construit autour d'une réaction des travailleurs et de la classe moyenne inférieure rétive à cette idéologie, autour de demandes d'autodétermination nationale, d'un certain degré de conservatisme culturel, de protection économique et de responsabilité démocratique.

    Paul Kingsnorth, Comment la gauche s'est fait avoir par le capitalisme, Les progressistes ont toujours fait partie de l'élite des entreprises, UnHerd 5.7.2022

 

Kingsnorth s'inscrit parfaitement dans la lignée des critiques non gauchistes du capitalisme financier mondialiste. « Les gauchistes et les capitalistes sont considérés comme des ennemis jurés. Autrefois, c'était vraiment le cas pour les anciens gauchistes et les capitalistes de la vieille école. Aujourd'hui, les nouveaux gauchistes font des mamours au capital financier multinational », avais-je écrit ici le 16 mai 2021, en citant Renovatio (de David Engels et allii) :

« L'idéologie mondialiste représente une synthèse d'éléments idéologiques néolibéraux, postmodernes et néomarxistes. Cette idéologie encore en gestation vise à organiser tous les domaines de la vie selon des principes économiques. En même temps, elle exige la dissolution des frontières et des liens qui sont considérés comme des restrictions à une liberté comprise principalement en termes économiques et qui sont donc rejetés ».

 

Des plantes toxiques issues de la même racine

Kingsnorth continue de dérouler le fil de sa pensée :

    Et si l'idéologie du monde des entreprises et l'idéologie de la gauche « progressiste » n'avaient pas forgé un mariage de raison inexplicable, mais avaient jailli tout le temps de la même racine ? Et si la gauche et le capitalisme mondial étaient fondamentalement la même chose : des moteurs pour détruire les modes de vie habituels et les remplacer par la matrice technologique universaliste mondialisée qui se développe actuellement autour de nous ?

    Paul Kingsnorth, Comment la gauche s'est fait avoir par le capitalisme, Les progressistes ont toujours fait partie de l'élite des entreprises, UnHerd 5.7.2022.

 

capw3

 

Cette matrice n'a plus rien à voir avec la promesse globale de liberté individuelle avec laquelle le libéralisme a commencé son cheminement il y a plus de 200 ans. Une fois que deux trains de pensée sont sur les rails de l'aliénation et de la destruction du lien social et de l'environnement naturel, ils arrivent nécessairement à la même gare de destination.

    Les Anglo-Américains ont inventé le terme « woke capitalism » (capitalisme éveillé) pour décrire le nouvel amalgame entre le programme alternatif de gauche et les exigences du capitalisme. Il a culminé dans le mouvement d'émancipation des minorités sexuelles et raciales et a démoli tous les bastions de la normalité traditionnelle. Pour ce faire, il s'appuie sur la méthode de la déconstruction.

    Klaus Kunze, Staatsfeind Liberalismus, 2021, ISBN 978-3-949780-03-5, chapitre "Der Kapitalismus erwacht", p.201.

 

capw4

 

L'ancienne opposition entre l'idéologie de gauche et le capitalisme s'est dissipée. Aujourd'hui, ils marchent main dans la main vers le Meilleur des mondes.

    La gauche progressiste et le capitalisme mondial, loin d'être antagonistes comme certains d'entre nous le pensaient autrefois, se sont révélés être des adéquations utiles. Tous deux sont des projets utopiques totalisants. Tous deux se méfient du passé, s'impatientent des frontières et des démarcations et sont hostiles à la religion, aux « superstitions » et aux limites que la nature ou la culture imposent à l'individu humain. Tous deux aspirent à une utopie globale dans laquelle le monde vivra comme un seul homme, selon les rêves de Lénine et de Lennon. Si les 40 dernières années nous ont appris une chose, c'est que les rêves d'égalité universelle peuvent très facilement se transformer en rêves d'accès universel au marché. Ce n'est pas pour rien que les progressistes et The Economist sont tous deux en faveur de l'ouverture des frontières. Il y a une raison pour laquelle tant de hippies sont devenus des milliardaires de la technologie. Si vous vous êtes déjà demandé quel type de « révolution » est sponsorisé par Nike, encouragé par BP, propagé par Hollywood et Netflix et surveillé par Facebook et YouTube, vous trouverez la réponse ici.

    Paul Kingsnorth, Comment la gauche s'est fait avoir par le capitalisme, Les progressistes ont toujours fait partie de l'élite des entreprises, UnHerd 5.7.2022

 

Les entreprises mondiales sont les nouveaux maîtres de ce beau monde, et les masses amorphes constituent les briques qui construiront leurs besoins financiers. Oswald Spengler avait déjà disséqué la modernité et y avait vu

    « Des masses humaines qui, comme des dunes, sont emportées de l'une à l'autre, se répandent comme du sable meuble entre les pierres. C'est là que l'esprit et l'argent célèbrent leurs plus grandes et dernières victoires ». [1]

Dans la nouvelle idéologie, le déconstructivisme moderne, l'égalitarisme social, la politique identitaire antiraciste et l'humanitarisme mondialiste fusionnent avec les intérêts vitaux du capital financier. Il s'est emparé des motifs, idéologèmes et symboles émancipateurs et les a incorporés. Ils lui conviennent parfaitement. Un idéologème caractéristique est le mot anglais woke. Il signifie idéologiquement vigilant, c'est-à-dire méticuleux dans l'application rigide de la nouvelle idéologie.

    Klaus Kunze, Staatsfeind Liberalismus, 2021, ISBN 978-3-949780-03-5, chapitre "Der Kapitalismus erwacht", p.202.

 

De l'homme au consommateur sans cervelle

Ils avaient tous voulu libérer l'homme de ses dépendances : le libéralisme de la réglementation étatique et le marxisme de l'exploitation par les entreprises. L'étatisation de « l'exploitation » n'a toutefois pas permis d'obtenir une plus grande liberté.

 

capw5

 

La protection à l'intérieur et à l'extérieur et la garantie des pratiques démocratiques sont, selon notre lecture, les principales missions de l'État. Après avoir largement supprimé ces fonctions originales de l'État, les gauchistes d'inspiration socialiste ont réduit ce qui reste de l'État à un organisme de redistribution financière. Il échoue dans toutes les autres tâches. D'un point de vue libéral, cet échec est bien sûr hautement souhaitable, car moins il y a d'État, plus le mondialisme financier a les coudées franches. Et les anciens gauchistes jouent avec jubilation le rôle d'idiots utiles :

    Dans l'effondrement tumultueux des années 2020, la gauche progressiste et le capitalisme d'entreprise n'ont pas tant fusionné qu'ils se sont révélés pour ce qu'ils ont toujours été : des variantes du même idéal moderne, construites autour de la quête d'une auto-création sans limites dans un monde post-naturel. Le philosophe canadien, étiqueté « Red Tory », George Grant, a déclaré un jour : « Les directeurs de General Motors et les partisans du professeur Marcuse descendent la même rivière dans des bateaux différents ». De nos jours, ils ont quitté leurs bateaux séparés et descendent le fleuve ensemble sur un superyacht, tandis que le reste d'entre nous glose ou jette des pierres depuis les rives.

    Paul Kingsnorth, Comment la gauche s'est fait avoir par le capitalisme, Les progressistes ont toujours fait partie de l'élite des entreprises, UnHerd 5.7.2022

 

capw6

George Grant

 

C'est ainsi que les gauchistes d'aujourd'hui déconstruisent allègrement l'État, le peuple, les institutions, la culture, l'histoire, la morale et, pour finir, peut-être eux-mêmes. Si le « peuple » et la « femme » ne sont que des constructions, qu'est-ce que « l'être humain » de mieux qu'un consommateur sans cervelle ?

    Si la culture est si vide, si inutile, si déracinée qu'elle a oublié de faire autre chose que de se déconstruire elle-même ? Plus précisément, que se passe-t-il lorsque l'égalitarisme n'est pas l'instinct des pauvres, mais celui du pouvoir ? Que se passe-t-il si la destruction des frontières, des limites et des barrières profite à la grande technologie, au grand argent et à ceux qui boivent à leur robinet, et non aux petites voix qui ont soif dans les champs ? Et que se passe-t-il lorsque le gros argent utilise le langage des petites voix - le langage du nivellement - pour lier son travail dans de jolies boucles ? Nous y sommes. La gauche postmoderne, qui a conquis tant de hauteurs de la culture occidentale, n'est pas une menace radicale pour l'establishment : elle est l'establishment. La gauche progressiste, c'est le libéralisme de marché par d'autres moyens. La gauche et le capitalisme d'entreprise fonctionnent désormais comme une tenaille : l'un s'attaque à la culture et déconstruit tout, de l'histoire à « l'hétéronormativité » en passant par les identités nationales ; l'autre s'installe pour monétiser les fragments qui en résultent.

    Paul Kingsnorth, Comment la gauche s'est fait avoir par le capitalisme, Les progressistes ont toujours fait partie de l'élite des entreprises, UnHerd 5.7.2022

 

« Verortung » ou « ancrage local »

D'un autre côté, les libéraux, qui ont fusionné avec la gauche culturelle, aiment utiliser les « restes pourris » du pouvoir d'État [Heinrich Böll] pour nous diriger et nous réorienter :

    Mais c'est précisément dans le succès du libéralisme que se trouvaient les graines de son échec. Le projet de libérer l'individu de ses réseaux d'allégeance, de lieu, de famille et de culture, et de libérer la formidable machine déstabilisatrice du capitalisme, a créé une instabilité sociale qui ne pouvait être contrôlée ou dirigée que par la dernière institution encore existante : l'État. Une idéologie basée sur la protection et la promotion des libertés individuelles a conduit à l'ère d'un pouvoir étatique sans précédent dans laquelle nous vivons aujourd'hui. Les gouvernements revendiquent désormais le droit de contrôler nos modèles de langage, de réglementer nos vies et nos affaires de manière de plus en plus radicale, de paralyser des sociétés entières au nom de la « santé publique » et même de légiférer sur les attitudes et les opinions acceptables et inacceptables.

    Paul Kingsnorth, L'ordre libéral est déjà mort, UnHerd 17.2.2022

 

La critique de la modernité industrielle et démocratique de masse était traditionnellement conservatrice. Comme on ne trouve aujourd'hui au buffet que de la bouillie de gauche, elle devrait être considérée aujourd'hui comme de droite, si une telle classification avait encore une quelconque importance.

 

Se cacher dans les bois, est-ce le plaisir du « promeneur des bois » ?

Nos réflexions ont cependant montré que les gauchistes d'aujourd'hui ne sont plus de gauche au sens où on l'entendait autrefois. Et la droite n'a rien de commun avec l'image de l'ennemi de « droite » contre laquelle notre Etat gaspille des milliards en moyens de propagande.

Paul Kingsworth insiste sur l'idée de retour, d'attention portée à ce qui a fait ses preuves :

    C'est une tradition que nous pourrions appeler le radicalisme réactionnaire : résistance à la puissance totalisante de la machine dans une perspective enracinée dans les trois P : [orig. : people, place and prayer) personnes, lieu et prière. Ni de gauche, ni de droite, ni d'ailleurs, c'est une tradition qui transcende tous les clivages modernes parce qu'elle est plus ancienne que toutes les autres. Elle va littéralement au fond des choses. C'est le rêve d'une opposition localisée et populiste à la modernité gigantesque et destructrice sous toutes ses formes.

    Paul Kingsnorth, Comment la gauche s'est fait avoir par le capitalisme, Les progressistes ont toujours fait partie de l'élite des entreprises, UnHerd 5.7.2022

 

Dans cette opposition, cette résistance, nous sommes tous des combattants. Sortez de vos forêts, vous qui vous taisez !

 

Klaus Kunze

Note:

[1] Oswald Spengler, Le Déclin de l'Occident, p.1322.

Source: http://klauskunze.com/blog/2022/07/30/der-moloch-des-woke-capitalism/

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites