Collabos et Renégats

Un pape à la dérive : les migrants sont « une richesse »

Publié le . Publié dans COLLABOS ET RENEGATS

photo fournie par les services de presse du vatican montrant le pape francois accomplissant le rituel du lavement des pieds au centre d accueil pour migrants a castelnuovo di porto pres de rome le 24 mars 2016 55706

 

Le 4 octobre, François, le pape jésuite, a publié une encyclique qui confirme la détérioration de son état mental mais renvoie aux tout premiers temps de l’Eglise, quand celle-ci sapait par sa propagande les bases de l’empire romain. Il y indique en effet qu’il a puisé son inspiration, axée sur le déracinement, dans les déclarations du grand imam du Caire Ahmad Al-Tayyeb, cité à cinq reprises.

Le texte s’attaque à la notion traditionnelle de frontières, trop perturbatrice, paraît-il, pour les malheureux migrants qui envahissent l’Europe : « Les limites et les frontières des Etats ne peuvent pas s’opposer » à l’arrivée d’un migrant car il n’est pas un « usurpateur ». Donc, « personne ne peut être exclu, peu importe où il soit né » car « chaque pays est également celui de l’étranger ». En conséquence il est « important d’appliquer aux migrants arrivés depuis quelque temps et intégrés à la société le concept de « citoyenneté » et « renoncer à l’usage discriminatoire du terme « minorités ». Car « les migrants, si on les aide à s’intégrer, sont une bénédiction, une richesse, un don qui invitent une société à grandir ». Il se confirme ainsi que le Bergoglio est un des pires ennemis de notre identité, un nuisible.

On sait par ailleurs que certaines « œuvres » des Jésuites sont financées en partie par l’Open Society de Soros, bien connu de nos services. Tout se tient.

 

Pierre Vial

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites