Catégorie : PHILOSOPHIE
Affichages : 425

fa1

 

Guillaume Faye (1949-2019), l'écrivain et polémiste français décédé il y a trois ans, est surtout connu du public identitaire italien pour avoir créé le terme d'archéo-futurisme : une expression au charme incontestable, entrée de force dans le langage courant de tout un espace politique, même si le livre correspondant, paru à la fin des années 90, a certainement été plus cité que lu. Mais ceux qui ont quelques années de plus, ou simplement une plus grande passion pour l'histoire des idées, se souviendront aussi de sa « vie antérieure », lorsqu'il incarnait le courant faustien et prométhéen de la nouvelle droite, même s'il rejetait fermement cette étiquette. À l'époque (nous parlons d'une période allant du milieu des années 1970 au milieu des années 1980), plusieurs des écrits de Faye ont été publiés dans les journaux de la nouvelle droite italienne, en plus de son œuvre la plus importante de cette époque, Le système à tuer les peuples, qui a connu plusieurs éditions.

fa2

fa3

fa4

 

« Dieux et pouvoir », un recueil d'écrits plein de bonnes pistes

Néanmoins, on peut dire que Faye reste à bien des égards méconnu dans notre pays. La plupart du temps on se réfère - pour le louer ou le blâmer, selon les sensibilités - à ses polémiques contre l'Islam ou à quelque formule irréfléchie. La publication par la maison d'éditions Altaforte de Dei e Potenza, un recueil d'écrits et d'entretiens largement inédits de Faye couvrant la période entre 1979 et 2019, est donc particulièrement bienvenue. Quarante années au cours desquelles le monde a profondément changé, mais où Faye lui-même a connu des évolutions souvent désorientantes, avec peut-être, cependant, plus d'éléments de continuité qu'on ne voudrait le faire croire rétrospectivement.

Précédé d'un vaste essai introductif d'Adriano Scianca, qui est également l'éditeur du volume, Dei e Potenza contient de véritables joyaux. C'est le cas, par exemple, des deux critiques de Faye sur les livres païens d'Alain de Benoist, Come si può essere pagani ? (Comment peut-on être païen ?) et L'eclisse del sacro (L'éclipse du sacré), critiques dans lesquelles notre auteur critique le chef de file de la nouvelle droite, cependant sans jamais cesser de faire son éloge. Il ne cesse de lancer des piques à l'auteur des deux essais, qui était alors son compagnon de combat dans les rangs de la nouvelle droite. Ou pensons aux deux longs et denses articles sur la société multiraciale, datant du début des années 1980, dans lesquels on découvre d'une part la clairvoyance de Faye dans la compréhension du danger de l'immigration de masse et d'autre part l'incohérence de la vulgate qui voudrait que notre auteur français ait été immigrationniste jusqu'à la « révélation » des années 1990.

Nous trouvons également un Faye décidé à se confronter au meilleur de la pensée philosophique du vingtième siècle, également pour réfuter cette réputation qu'on lui fit, celle d'être un penseur « pas très sérieux », réputation qui entoure encore notre polémiste français. On lira, en ce sens, ses articles sur Adorno, Baudrillard, mais surtout la dense étude sur Heidegger, auquel un long essai est consacré dans Dei e Potenza sur le « dépassement du christianisme ». Sont également intéressants des extraits de certains livres de Faye, encore inédits en italien : Nouveau discours à la nation européenne, Les Nouveaux Enjeux idéologiques, Avant-guerre : chronique d'un cataclysme annoncé ou le surprenant et original Les Extraterrestres de A à Z.

Guillaume Faye et quelques interviews éclairantes

Quant aux textes qui se réfèrent à la deuxième phase de la vie de Faye, celle où l'auteur fait ses adieux à la nouvelle droite et découvre le combat contre l'Islam, les entretiens méritent une attention particulière, comme Les Titans et les Dieux, très long et très intéressant, entièrement consacré au paganisme, mais voir aussi celui sur Nietzsche, tout aussi brillant. Illuminantes, enfin, sont ses considérations sur le sacrifice de Dominique Venner, l'homme qui, dans les années 70, avait amené Faye du Cercle Pareto universitaire au G.R.E.C.E., l'organisation qui deviendra plus tard le moteur de la nouvelle droite. En fin de compte, Dei e Potenza est un échantillon d'écrits et de réponses, émanant d'une longue période de la vie de Faye qui a façonné la pensée nationale-révolutionnaire européenne d'une manière souvent inconnue aujourd'hui des représentants mêmes de ce courant. Et c'est aussi une façon de revenir à ce que nous sommes, à une époque où, malheureusement, cela ne va plus de soi.

Giorgio Nigra.

SOURCE : https://www.ilprimatonazionale.it/cultura/ecco-dei-e-potenza-di-guillaume-faye-spirito-e-tecnica-per-la-rinascita-europea-227365/

FaLang translation system by Faboba