ACCUEIL

Derniers articles

Terre et Peuple - Résistance Identitaire Européenne

The liberty killer obsessions of monotheists

Monotheists (Jews, Christians, and Muslims) are always agreeing on the essentials when it is a question of human fate; they behave as the worthy son of Abraham. It is their right. Ours is to live in a different mental universe than their own.

Latest illustration. Through the voice of their senior figures (Philippe Barbarin, Cardinal Archbishop of Lyon, François Clavairoly, president of the Protestant Federation of France, Bishop Emmanuel, Metropolitan of France, Korsia Chaim, Rabbi of France, Mohammed Moussaoui, president of the Union of mosques in France), the Monotheists stand as one man against the draft bill in regards to the end of life debated in the Assembly (it is a question of abbreviating the suffering of terminally ill patients with a drugging "deep and continue").

How to explain their position? In a very simple way. Monotheists maintain obeying to the only will of their eternal God, omnipotent and omniscient. As a Creator, he supremely decides on the fate of his creatures. Therefore, a man is not free of choosing its own destiny in terms of life, because, as the text of Genesis about the original sin is explaining in the Bible, it is consists of an arrogant human rebellion, claiming his freedom and thus the choice to live his life as he wants, while avoiding the dictates of the God of Abraham.

Therefore, any act asserting the freedom of man when life is at stake - birth control, abortion, suicide, euthanasia - is formally prohibited by monotheisms. For them, consideration of suffering cannot intervene against the will of a God who decides everything, from the beginning to the end of a human life. That is, him, and only him, has the power to intervene.

This is where paganism, which proclaims total freedom of man, is incompatible with the submission of creatures in respect of a creator, submission which is the foundation of monotheism.

Pierre Vial

(translated by Rory)

 

Editorial (English Version) - TP Mag n°62

Did you mean populism?

 

Populism. This word is annoying the zealots of the System, which are scared of losing their sinecures, and the few people who hope to be accepted into their ranks. Moreover, it is also annoying the ones who think of themselves as "intellectuals". They hold their noses when it comes to the people because, as it was said to me one day by a small marquis named Patrice de Plunkett (he wanted to be a member of New Right-Wing... before becoming the towel rack of hierarchical Catholic Church): "The people feel the sweat...” Ugh, my dear, keep away this pestilence from me!

We, at ‘Terre et Peuple’ (yes, the people), we fight for our European peoples. Because fighting the System, is fighting against the machine that is killing people. That is, the people who do not want to die and say it louder and louder. What stupid people call populism (a word, of course, we claim), it is the awareness of identity of the people who want to remain what they are, hereditarily. Largely because they understand a deadly threat to them: immigration, tool of big business for who believes in his innocence, protects its profits. An invasion, whose clear purpose, no offense to the hypocrites, is the great replacement. To deny this reality will not make it disappear.

Immigration-invasion is and will always be a mortal threat to the peoples of Europe. However, on this issue, the lie became the only weapon of the System and of its dogsbody. Therefore, we must carefully record the names of those people who, one day, will have to answer for the crime of high treason against the people of the community.

Give honour where honour is due: Holland, inaugurating, the 15th of December, the Museum of the History of Immigration, is hearing "say what is France in its diversity and richness, and its appreciation against the immigrants from everywhere for saving, developing and enriching it”. It is difficult to put oneself more face down.... But already, a few days earlier in Dakar, by singing the virtues and values of Africa, he declared: "Africa is also a part of our future”.

Second knifes come to the rescue. Thus, Claire Rodier, a lawyer at the GISTI (‘Groupe d’information et de soutien des immigrés’), do not hesitate to make a big, very big lie, saying: "Historically, we don’t live in a period of a heavy immigration." When Jean-Pierre and Claire Stoobants Gâtinois say coldly, from Brussels, in the newspaper ‘Le Monde’ (December 17, 2014) that "in an aging Europe, immigration is necessary, if not salvation." It is true, they would have deserved their check ... But whatever these people and many others will say or do, the European people will not listen to their lies. And they will make them speak.

In recent weeks, a new important fact upsets Europe's political landscape: the Germans go wild; finally releasing themselves with speech and acts. Since 1945, affirming its German identity was denounced as a criminal resurgence of years that the winners of the Second World War had decided to banish the memory of an entire population, declared guilty ‘ad vitam acternam’. This imposed amnesia is no longer working. This is the message that punctuates the tens of thousands of demonstrators in Dresden (the martyr city), Cologne, Berlin, Düsseldorf, Wurtzbourg, Cassel, Bonn, shouting, "We are the people." And also "The press lies"...

This is due to Pigida, the movement of "European patriots against the Islamization of the West." At its ninth weekly protest in the streets of Dresden on December 15, about 15,000 people were reunited. There were 10,000 last week ... and barely 200 in the first meeting, on October 20. "Extreme right-wing protest" (and so non-conformist), say the Media of the System, for reassurance. But some, more worried (more lucid?) than others, establish: "New fact, ‘ordinary’ citizens are more likely to be present" (Le Monde, December 17). And "it is a success that caught the politicians off-guard (...) The leaders of the traditional parties are worried and divide themselves" in front of "a cocktail which could be explosive", socioeconomic shipwrecks and influx of immigrants, being perceived as the poisoned fruit of the same system.

On the other side of the Rhine, in Alsace, it is, identically, "a rejection of the system, of its politicians and its elites" that is taking place on the occasion of a popular rejection following boundary changes, which have been decided in Paris. For them, it is a direct threat against the Alsatian identity. Latest News from Alsace (December 16) state: "The movement has freed themselves of a political class that is not able to understand them. Its speech has also released it in front of the obvious failure of elected representatives of the UMP, PS and ‘Europe Ecologie Les Verts’. It can now fight a region Alsace-Lorraine Champagne-Ardenne that an overwhelming majority of Alsatians refuse ", the FN is" non-existent in the territorial reform case file. "

New forms of political and social action, based upon solidarities to save the identity, in terms of socio-economic, political and cultural (the refusal of Islamization is a defensive reflex of a European idea on life, man ... and woman!) they are now emerging? It is our greatest wish and we will do whatever it takes to help.

Pierre Vial

(translated by Rory)

 

Les obsessions liberticides des monothéistes

Les monothéistes (juifs, chrétiens, musulmans) sont toujours d’accord sur l’essentiel quand il s’agit du destin des hommes et se conduisent ainsi en dignes fils d’Abraham. C’est leur droit. Le nôtre est de vivre dans un autre univers mental que le leur.

Dernière illustration en date. Par la voix de leurs hiérarques (Philippe Barbarin, cardinal archevêque de Lyon, François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, Monseigneur Emmanuel, métropolite de France, Haïm Korsia, grand rabbin de France, Mohammed Moussaoui, président de l’Union des mosquées de France), les monothéistes se dressent comme un seul homme contre le projet de loi sur la fin de vie débattu à l’Assemblée (il s’agit d’abréger le calvaire de malades en phase terminale par une sédation « profonde et continue »).

Comment s’explique leur position ? D’une façon très simple. Les monothéistes affirment obéir à la seule volonté de leur Dieu, éternel, tout-puissant et omniscient qui, en tant que Créateur, décide souverainement du sort réservé à ses créatures. Donc l’homme n’est pas libre de choisir son destin en ce qui concerne la maîtrise de la vie car, comme l’explique fort bien, dans la Bible, le texte de la Genèse au sujet du péché originel, celui-ci est constitué d’une orgueilleuse révolte de l’homme, affirmant sa liberté et donc le choix de conduire sa vie comme il le veut, en s’affranchissant des diktats du Dieu d’Abraham.

C’est pourquoi tout acte affirmant la liberté de l’homme quand la vie est en jeu – contrôle des naissances, avortement, suicide, euthanasie – est formellement prohibé par les monothéismes. Pour lesquels la prise en compte de la souffrance ne peut intervenir contre la volonté d’un Dieu qui décide de tout, du début à la fin d’une existence humaine sur laquelle il a, seul, le pouvoir d’intervention.

C’est en cela que le paganisme, qui proclame la totale liberté de l’homme, est incompatible avec la soumission des créatures à l’égard d’un créateur, soumission qui est le fondement des monothéismes.

                                                                                         Pierre VIAL

 

Le marché transatlantique en résumé

Depuis des temps immémoriaux, des conventions, traités, chartes et autres textes juridiques, ont été conclus entre des royaumes, empires, républiques et autres principautés pour régler les relations entre puissances, tant au plan politique, que juridique et aussi et surtout commercial. Certains traités comme le traité de Troyes, du 21 mai 1420, lors de la guerre de 100 ans, ont laissé de très mauvais souvenirs dans la mémoire des Français. Ce traité instituait Henri V d’Angleterre comme régent et héritier du royaume de France, au détriment du Dauphin. Ce n’est donc pas la première fois que le monde anglo-saxon veut étendre son hégémonie au détriment des peuples libres. Le fameux TTIP (partenariat transatlantique de commerce et d'investissement en Français) ou TAFTA (traité de libre-échange transatlantique) de son autre nom n’est qu’une énième tentative pour aboutir à cette domination. C’est un enjeu fondamental qui est en train de se jouer dans le dos de 500 millions d’européens vendus par une oligarchie kleptocratique. Ce traité transatlantique, vise à créer un grand marché réunissant l’Europe et les Etats-Unis Il est préparé depuis 1995 par les entreprises transnationales de part et d’autres de l’Atlantique. Le 13 février 2013, Obama signait avec José Manuel Barroso et Herman Van Rompuy une déclaration adoptant le principe d’un accord de partenariat transatlantique. L’ objectif étant de parvenir à un accord pour cette année 2015. Les négociations commerciales pour créer un grand marché transatlantique sont longtemps restées à l’écart du débat démocratique. Le mandat de négociation délégué au seul commissaire européen est effarant. il dit tout et son contraire (unification des marchés, mais préservation des spécificités, même si au final, on devine dans quel sens il penche). Les négociations se déroulent, entre opacité pour les citoyens et partage choquant des informations avec les multinationales. Les eurodéputés sont totalement privés d’accès aux documents, car les Américains opposent leur veto, en revanche les lobbyistes y ont accès ! La consultation publique lancée par la Commission Européenne fin janvier 2014 fut essentiellement un outil de relation presse qui n’aura aucune influence sur le contenu des négociations. A l’issue de chaque cycle de négociation avec les américains, nous ignorons totalement ce qui a été discuté, alors même que ce sont nos vies qui en seront affectées. Les négociateurs ne sont comptables de rien, tout est secret, et une fois le traité signé, il sera irréversible. Leurs objectifs : uniformiser les règles, les normes en les alignant si possibles sur le niveau le moins contraignant. Notamment dans la santé, l’agriculture, les industries dites culturelles. Faire en sorte que les Etats ne puissent pas remettre en cause ces normes. Ces traités délèguent en fait une part des souverainetés populaires aux multinationales. Cette uniformisation des normes profitera aux multinationales américaines. Elles sont directement à la manœuvre et participent aux négociations. - Si rien n’est fait, le TAFTA verra le jour dans un futur proche, quelles en seront les conséquences ? Tout d’abord une destruction d’emploi relativement importante dans certains secteurs (textiles et agriculture). A moyen et long terme, la qualité des produits consommés sera gravement altérée. Le premier argument contre ce traité c’est que créer un marché transatlantique revient à perdre le contrôle de notre marché européen. Les droits de douane se montent seulement à 4% . Ce n’est donc pas le vrai sujet. En vérité le TAFTA est une « guerre des normes » que les USA veulent gagner. Il est aberrant de vouloir unifier des marchés si différents, y compris sur les valeurs culturelles, pas si communes que les négociateurs le disent. De plus Il est effarant d’ignorer les questions monétaires, qui donnent un avantage aux USA. Ce traité consacre une Europe sous influence étasunienne et menace nos services publics. Qu’espérer de François Hollande, qui a dit en février, aux Etats-Unis : « dès lors que les principes sont fixés, que les mandats sont donnés, que les intérêts sont connus, aller vite n’est pas un problème c’est la solution . Le second argument majeur est que ce traité va promouvoir une course au moins-disant dans tous les domaines, notamment sanitaires : « OGM, maïs MON810 et autres produits Monsanto, Pioneer, Bayer, lait et bœuf aux hormones, poulet chloré, porc à la ractopamine ». Concernant le gaz de schiste, la fracturation hydraulique deviendrait un droit intangible. Comme le souligne A de Benoist : « en matière sociale, ce sont toutes les protections liées au droit du travail qui pourraient être remise en cause, de même que le statut des services publics et des marchés publics ». En fait, dans les grandes lignes ce projet de Traité constitue un assaut frontal contre les pouvoirs législatif et judiciaires de tous les pays d’Europe. Un gouvernement qui voudra légiférer sur l’alimentation, la médecine, l’environnement, le social, pourra être attaqué devant des tribunaux privés par une entreprise estimant que ses profits actuels ou même futurs, sont ou seront entamés par ces mesures. Pour mémoire, le même type de traité a été signé entre le Canada et les USA. Le gouvernement canadien a porté plainte devant les tribunaux arbitraux pour trente litiges qui l’opposait aux multinationales US. Dans les trente procès, le gouvernement canadien a perdu trente fois. On a pu voir à l’œuvre, l’esprit du TAFTA dans le jugement prononcé par un « tribunal » américain dans l’affaire Yukos-Russie. Le kleptocrate Khodokorsky, tout juste libéré de prison, s’est rendu aux USA . Il a porté plainte devant un tribunal américain contre l’Etat Russe. L’objet du procès : demander des dommages et intérêts suite à la reprise en main par la Russie de ses intérêts pétroliers. La Russie a été condamnée par cette cour de justice américaine à payer 50 milliards de dollars de dommage et intérêts. Ce jugement donne un avant-goût extrêmement prononcé de l’“esprit TAFTA”, ou de ce que deviendrait la situation des pays européens en cas de réalisation du monstrueux accord de libre-échange transatlantique TAFTA (TTIP en anglais). L’essentiel de cet accord ne porte pas uniquement sur le libre-échange, sur le commerce, etc., mais surtout sur la destruction assurée des principes de souveraineté et de légitimité, avec la soumission totale des gouvernements censés protéger les peuples qu’ils gouvernent. Ces gouvernements seraient à la merci de l’attaque permanente des grands groupes industriels transnationaux, souvent avec des organismes de “justice” absolument acquis à leur cause. Cette affaire Yukos-Russie apparaît comme exemplaire des conditions nouvelles, postmodernes, de l’affrontement en cours. Le Système (les USA) utilise tous les artifices des structures financières et juridiques étendues au niveau international d’une part, d’autre part Il utilise ses alliés, les élites-Systèmes internationales corrompues, le crime organisé du monde ex-communiste, les oligarques profiteurs, les maffias internationales, pour parvenir à la domination mondiale. Les Américains ont une vision messianique de leur rôle, celle d’apporter leur idée de la démocratie au monde, notamment à travers les principes du libre-échange et du marché tout puissant. Les principaux bénéficiaires de ce traité seront les multinationales américaines et l’industrie allemande, notamment automobile. L’Amérique se veut plus que jamais un empire, qui règne à la fois par le commerce, la technologie, la monnaie, la violence mais aussi par l’idéologie. D’où les traités transpacifiques et transatlantiques initiés par Hillary Clinton. Celle-ci vise la présidence en 2016. Elle est à la manœuvre depuis 2010 dans une stratégie de containment vis-à-vis de la Chine, mais aussi de la Russie. L’idée est de fédérer les voisins de la Chine et de la Russie dans une zone de libre-échange et de faire en sorte que les multinationales américaines y trouvent leur compte, afin que progressivement le modèle américain s’impose et que les Etats-Unis redeviennent le centre du monde. Pour cela l’Europe devra payer et devenir un vassal consentant des USA. Le TTIP, scellera la fin du modèle européen, social, économique, industriel, culturel et environnemental, et celle des droits des citoyens et des libertés des consommateurs. Ce traité se veut un OTAN de l’économie afin de vassaliser l’Europe de l’ouest au suzerain américain. Le libéralisme débridé ne supporte aucune contrainte, légale ou autre, l’économie supplante le politique. Les différents gouvernements nationaux se verront relégués au rôle de chien de garde du grand capital cosmopolite. Sans s’étendre davantage quant aux aspects maléfiques du traité, une conclusion s’impose, les états européens vont devenir les vassaux de l’empire américain et semblent consentir sans aucune protestation à la perte des libertés et droits si chèrement acquis par les citoyens européens. Ce qui caractérise pourtant les européens et les européennes, c’est leur amour de la liberté. Depuis les guerres médiques, depuis la naissance de la démocratie athéniennes et donc depuis toujours, la lutte pour la liberté, le droit d’être soi même et entre soi, rythme l’histoire de la grande Europe. Aujourd’hui ce ne sont plus les Perses, les Carthaginois ou les Huns qui menacent notre continent, mais un conglomérat de multinationales et d’institutions financières, en bref l’usurier et le marchand unis dans un même ressentiment contre l’Europe. Le TTIP relève de la mystique libérale, il entend instaurer le règne du veau d’or. Et chaque identitaire sait que le sang vaut plus que l’or, il n’y a de véritable communauté que du sang et du sol. C’est la lutte suprême du Système contre les peuples, une lutte à mort. Tout tourne alors autour d’une seule question, d’un seul enjeu dont tout dépend pour les peuples européens et ceux du monde entier, la destruction du Système et rien de moins. Travailleurs et combattants identitaires de tous les pays d’Europe unissez-vous.

 

Gabi et Fred

 

Bloquons le partenariat transatlantique

bloquons LE traité transatlatique tafta

 

Le traité transatlantique (TAFTA) expliqué en 4 minutes

 

Traité de libre‐échange Transatlantique : La prochaine étape de la dictature économique

dictature économique traité transatlatique tafta

 

Privatiser les gouvernements: l'objectif du TAFTA


Privatiser même les politiques par Resistance_Identitaire
 

Traité Transatlantique : ce que l’on vous cache !

Traite Transatlantique ce que l'on vous cache

 

Le jour où les multinationales feront les lois

Le jour où les multinationales feront les lois

La doctrine libérale n’aime pas les lois, règlements et autres textes ou organisations qui l’empêchent de mener à bien son œuvre de prédation. Rien ne doit entraver le libre fonctionnement du marché, leur refrain est bien connu. Avec le marché transatlantique qui se construit une nouvelle étape de la dictature économique va se mettre en place. (Voir plus en détail dans le numéro 57 de la revue de Terre et Peuple l’article sur ce sujet, intitulé « Le marché transatlantique qui va soumettre l’Union Européenne aux USA »)

Une phrase anodine donne pourtant le vertige dans cet accord transatlantique, car elle rappelle les mesures similaires que les marchands ont déjà tenté de faire passer avec l’AMI (Accord Multilatéral sur l'Investissement) fin des années 90 pour régler les litiges entre les Etats et les multinationales : « l’accord devrait viser à inclure un mécanisme de règlement des différends investisseur-État efficace et à la pointe, assurant la transparence, l’indépendance des arbitres ». (1)

Vous lisez bien, avec cet accord, les multinationales pourraient remettre en cause les lois du pays qui les accueillent ! Potentiellement de nombreux champs d’intervention de l’état et de sa législation seraient touchés.

Un tribunal arbitral, indépendant de toute souveraineté populaire

Ce nouveau tribunal arbitral « indépendant », qui devra naître, permettrait, par exemple, à une multinationale de traîner un Etat en justice dès lors que des réglementations de cet état créent des différences de traitement entre les investisseurs nationaux et étrangers, ou encore si ils créent des conditions de concurrence déloyale.

Pour citer un exemple, les lois en matière de protection des salariés pourraient être annulées si elles sont plus sévères que dans d'autres pays où l'investisseur est établi. Là bas il n’y a pas de SMIC, alors je ne vois pas pourquoi je devrais payer des salaires plus élevés ici que là bas.

Aux USA on peut licencier sans préavis, alors pourquoi tolérer qu’en France on ne puisse pas en faire autant. Aux USA on peut mettre sur le marché des produits tels les OGM, dont les européennes ne veulent pas, et demain qu’est ce qui empêcherait Monsanto, de porter l’affaire devant les tribunaux, et en plus d’avoir gain de cause, d’empocher des millions d’indemnités, payées par les contribuables, pour avoir fait entrave au sacro saint commerce !

Ainsi les "investisseurs" pourraient exiger l'annulation des lois nationales, et obtenir des Etats une indemnisation financière du préjudice subi. C’est déjà le cas entre le Canada, le Mexique et les USA, où ce genre de tribunal arbitral existe.

Concrètement, ce tribunal indépendant signifie l'abdication des Etats en faveur des multinationales, et la fin de tout pouvoir réel des gouvernements élus. Le pouvoir économique des états sera démantelé petit à petit et l'ensemble des réglementations sociales et environnementales auront vocation à être remises en cause par les entreprises. La loi pourra changer en fonction des intérêts des entreprises et de leurs actionnaires. Exit le bien être des peuples : retour au début de l’ère industrielle !

Le pouvoir ne sera plus du tout politique mais exclusivement économique

La dictature de l’économique sur le politique sera alors totale. Cela veut dire très concrètement que le bien être sera sacrifié à tous les facteurs économiques, et que ceux-ci prévaudront dans l’avenir pour structurer notre monde. Et l’individualisme régnera en maître absolu face aux solidarités nécessaires pour combattre cette « machine à tuer les peuples ».

L’Etat serait alors réduit à un gardien de la propriété privée ; une structure qui défendra les richesses des nantis. Mais n’est-ce pas déjà le cas ?

Cela vous semble incroyable, mais cela se joue en ce moment, et on pourrait se demander comment nous sommes en arrivés là ?

Le traité de Lisbonne permet à l’UE de ne plus consulter les peuples

En Europe cela a été rendu possible par le traité de Lisbonne, qui a donné à l’UE la possibilité de signer des accords commerciaux au nom des Etats membres.

Et on doit alors se souvenir que c’est Sarkozy qui a permis de valider le traité constitutionnel Européen, traité que le peuple sondé par référendum en 2005 avait refusé. A peine élu en 2007, il réunissait le congrès dès février 2008 (parlement et sénat, autant de traitres), faisait modifier la constitution et ratifiait le traité. Il fallait que le traité constitutionnel soit validé par chaque Etat pour que le traité de Lisbonne puisse entrer en vigueur.

Michel Sapin a précisé qu’il n’y aurait donc pas de référendum populaire sur le marché transatlantique ; désormais les peuples n’ont plus à être consultés, et la dictature démocratique se poursuit. L’accord sera simplement validé au niveau européen par les ministres collabos des 28 pays de l’UE.

Aux USA où le traité n’est pas très populaire non plus, Obama envisage lui aussi de passer en force : face à la grogne des parlementaires hostiles au tribunal arbitral et aux répercutions locales de cet accord, Barak Obama tente d’utiliser une procédure accélérée, pour éviter tout débat. « Le Président Obama voudrait en effet que le Congrès lui abandonne l’autorité de négocier des accords internationaux de commerce et celui-ci ne pourrait plus ensuite qu’approuver ou désapprouver, sans aucun pouvoir de les modifier. » (2)

Le socle du gouvernement mondial, organisé autour de l’OTAN

Voilà ce que précise le mandat des eurocrates au point 1, intitulé Nature et la portée de l’Accord :

« 1. L’accord contiendra exclusivement des dispositions sur les zones commerciales et liées au commerce applicables entre les Parties. L’accord devrait confirmer que le traité transatlantique de Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement est basé sur des valeurs communes, notamment la protection et la promotion des droits de l’homme et de la sécurité internationale. »

Que vient faire la sécurité internationale dans un traité de commerce ???

Le point 7, lié aux objectifs du traité va même jusqu’à évoquer la définition de normes mondiales : « 7. L’objectif de l’accord est de réaliser le potentiel inexploité d’un véritable marché transatlantique, générant de nouvelles opportunités économiques pour la création d’emplois et la croissance grâce à un accès accru aux marchés, une plus grande compatibilité de la réglementation et la définition de normes mondiales. » (1)

Rien ne prouve que le libre-échange généralisé soit un facteur de croissance ; on est ici dans l’invocation quasi mystique et religieuse. Or, le libre-échange n’est pas neutre : c'est une doctrine économique, parmi d'autres possibles, dont les avantages et désavantages doivent faire l'objet de débats et ne peuvent être imposés sans autre forme de procès, au moins en démocratie, puisqu’on nous dit que nous y sommes. En tout cas on nous dit que ce qui sortira d’ici servira de normes mondiales, et pourrait avoir vocation à s’imposer à tous… la gouvernance mondiale est toute proche !

Le projet initial voté par le parlement européen en mai 2008 dit aussi que le projet est aussi politique qu’économique : « souligne qu'un partenariat transatlantique étroit est l'instrument clé pour façonner la mondialisation dans l'intérêt de nos valeurs communes et dans la perspective d'un ordre mondial équitable en matière politique et économique » (3)

Bref c’est un projet économique qui induit un projet politique, et aboutira à la perte d’indépendance de l’Europe vis-à-vis du monde de l’argent.

Il est important d’informer autour de vous en citant vos sources.

Roberto Fiorini

  1. Mandat de négociation des commissaires européens

http://www.contrelacour.fr/marche-transatlantique-le-mandat-definitif-de-negociation-de-la-commission-europeenne-traduit-en-francais/

  1. http://www.sudouest.fr/2014/05/06/le-tafta-ce-traite-qui-fait-polemique-est-il-un-deni-de-democratie-total-1545708-705.php

http://www.reporterre.net/spip.php?article5446

  1. Résolution RC B6-0209/2008