ACCUEIL * Chroniques, par Pierre Vial Le double jeu permanent de Sarkozy

Derniers articles

Le double jeu permanent de Sarkozy

ACTUALITE - Chroniques, par Pierre Vial

Le double jeu permanent de Sarkozy

Pour flatter dans le sens du poil l’ex-électorat du Front National qu’il a récupéré lors de la présidentielle (et dont il aura grand besoin à la prochaine présidentielle… quitte à faire les yeux doux à une Marine Le Pen, comme il l’a fait avec Mitterrand le Petit – comme aurait dit Victor Hugo), Sarkozy joue les bravaches en se déclarant hostile à la burka… et dans le même temps assure être d’accord avec Obama lorsque celui-ci estime licite le port du voile par les femmes musulmanes.


De même, Sarkozy affirme que la Turquie n’a pas sa place dans l’Union européenne… et nomme secrétaire d’Etat AUX AFFAIRES EUROPEENNES un Pierre Lellouche, atlantiste acharné, qui a toujours préconisé l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, relayant ainsi avec constance, à Paris, la propagande de Washington.

 

Quant à la racaille des banlieues que Sarkozy se vantait, en bombant son maigre torse, de « karchériser », on sait ce qu’il en est : la préfecture de police de Paris estime à 77 le nombre de bandes de délinquants agissant dans la capitale (en « oubliant » de préciser qu’il s’agit de bandes ethniques). Dans la nuit du 27 au 28 juin ont eu lieu ce que les autorités appellent pudiquement des « incidents ». A Tremblay-en-France ( !), département de Seine-Saint-Denis, « la violence et l’intensité des affrontements » (aveu du Monde du 2 juillet) déclenchés par des émeutiers ont visé des policiers, victimes de tirs de « mortiers » (feu d’artifice de gros calibre, dangereux quand il est utilisé à tir tendu : le 14 juillet 2008 un commissaire de police a ainsi perdu un œil à Gennevilliers). Les « individus hostiles » étaient, de source policière, « de jeunes hommes, âgés de 16 à 20 ans, de type africain ». « Cela fait partie des choses que l’on banalise » déplore Michel Marrec, délégué départemental d’Unité police, premier syndicat des gardiens de la paix.

 

Banalisation au plus haut niveau puisque le préfet de Seine-Saint-Denis estime que c’est « l’ordinaire des patrouilles ». Ceci après avoir été caillassé vers une heure du matin, dans le quartier des Bosquets à Montfermeil, par une quarantaine de « jeunes » alors qu’il se trouvait dans une voiture banalisée de la Brigade anticriminalité (BAC) en compagnie d’Henri Guaino, conseiller spécial de l’Elysée. Les deux éminences avaient voulu se rendre compte de l’ambiance… Un détail qui a son importance : le préfet, installé par Sarkozy, s’appelle Nacer Meddah. Cherchez l’erreur.

 

Pierre Vial,  Président de Terre et Peuple