Résistance Identitaire Européenne

Tensions raciales aux USA. S’ils ne veulent pas disparaître, les Blancs doivent se réveiller et vite !

 

blancs

Pendant qu’en Europe de l’Ouest, la presse mainstream, majoritairement blanche, fantasme sur la révolte de Noirs aux USA (un peu comme elle avait fantasmé sur l’élection d’Obama, métis, mais noir aux yeux de la presse), les Blancs des USA, comme les Blancs d’Europe demain, seraient bien avisés de se réveiller, et vite !

Les traîtres à leur civilisation et à leur communauté que sont les Antifas blancs ont beau s’agiter dans tous les sens aux côtés des Noirs, d’une part, ils ne sont pas les bienvenus y compris dans leurs manifestations (on voit circuler des vidéos dans lesquelles ces Blancs éduqués à la sauce Evergreen se font rembarrer par des Noirs qui leur demandent de ne pas casser), d’autre part, ils devront être considérés par les Blancs conscients comme ce qu’ils sont : des collaborateurs, des traîtres.

La peur doit changer de camp. Car nous assistons, sur des terres majoritairement blanches, à un basculement total ces dernières années. On est passé de « la reconnaissance des minorités » à la dictature de celles-ci. Les prétendus oppressés d’hier portent désormais en eux les germes d’oppresseurs, revanchards. Regardez-les ces Noirs militants se pavaner tandis que des Blancs collabos s’agenouillent devant eux pour leur demander pardon (pour qui, pour quoi ?). Des décennies de renoncement, des décennies de lois antiracistes ici ou là, des décennies de poison diffusé au sein de nos écoles, de nos universités… et voici le résultat.

La jeunesse blanche d’Europe de l’Ouest et des USA a honte de ce qu’elle est, alors même que notre civilisation a tant apporté au monde. Le « mâle blanc » est un fils d’esclavagistes, de génocidaire, de brutes sanguinaires, de colonisateurs, tandis que « l’autre » serait la victime permanente, l’exotisme réconfortant et rassurant, la victime à qui nous devrions réparation. Les seuls Blancs médiatiquement tolérés aujourd’hui sont ceux inféodés aux lobbys féministes et LGBT, c’est-à-dire ceux qui portent en eux, par définition, la fin d’une civilisation.

Il faut en finir avec ce raisonnement. Il faut retrouver un peu de fierté et de dignité. Nous devons être fiers d’être blancs, fiers de ce qu’ont fait nos ancêtres, fiers de nos civilisations. Et cela n’enlève d’ailleurs rien aux autres civilisations. Mais que l’on arrête avec la pleurniche, le reniement. Que l’on arrête de regarder les Noirs, comme d’autres communautés, se communautariser et défendre leurs ethnies justement, sans nous situer nous-mêmes. Le pire c’est que les collabos de notre communauté seront les premiers balayés si un jour, de leur faute, le chaos racial éclate.

Car de tout temps, les hommes, sans doute universellement, ont méprisé les lâches et les faibles. Et les collabos blancs qui s’évertuent aujourd’hui à mettre un genou à terre et à pleurer l’oppression fantasmée des Noirs seront les premiers à être les victimes de la société barbare et inculte que nous sommes en train de laisser émerger sans réagir.

Pour les autres, pour ceux qui sont conscients, et pour ceux qui pourraient l’être, mais qui se refusent à le faire par peur d’être jugés et détruits par la police politique, médiatique, et internet, il est temps de se regarder dans une glace. D’ouvrir des livres d’histoire. De faire le constat que toutes les sociétés multiculturelles sont multiracistes, violentes, et des poudrières ethniques. Ces sociétés instables et violentes réjouissent profondément les décideurs de ce monde, ceux de la caste qui chérissent une instabilité qui leur permet de gouverner par la peur.

Le chaos racial larvé qui explose petit à petit aux USA pourrait arriver en Europe. Parce que nos dirigeants continuent à laisser les frontières ouvertes et à laisser des hordes d’Africains et d’Asiatiques entrer chez nous sans le consentement des peuples. Parce que des millions de ces extra-Européens sont déjà à l’intérieur de nos frontières, possèdent des papiers faisant d’eux nos « compatriotes ». Parce que démographiquement, les Blancs font moins d’enfants que les autres.

Ce ne sont pas les « suprémacistes » ou les « identitaires » qui portent en eux les germes de la violence raciale, de la guerre civile qui vient. Non, ce sont les autorités, ce sont les collabos, ce sont ceux qui ont renoncé à tout ce qui a fait, pendant plusieurs millénaires, notre civilisation européenne. Ceux qui ont appris à détester qui ils sont, et qui voudraient que nous continuions à nous détester, jusqu’à disparaître de la surface de la planète.

Quand un « artiste » noir chante « Pendez les Blancs » dans un pays construit par des Blancs, sans subir les foudres ni de la Justice, ni de la population, c’est que le ver est déjà sérieusement dans le fruit. Et qu’il est plus que temps de se réveiller.

Nous ne pourrons pas vivre ensemble demain dans une société bercée par le chaos racial. Il faudra choisir entre la remigration, le retour au pays de tous ceux qui chérissent tant la terre de leurs ancêtres tout en profitant de nos modes de vie, ou bien la sécession, qui constituerait une première défaite pour les Blancs d’Europe qui concèderaient donc une partie de leur territoire ancestral à d’autres populations.

Depuis le temps qu’on vous dit, qu’on vous écrit, qu’on vous prévient qu’un faible pourcentage d’immigrés, ça ne pose aucun problème, mais que quand ce pourcentage augmente en flèche et que les différences ethniques deviennent trop importantes, cela ne passe plus et le territoire se communautarise, et se tend… au nom de la race justement…

Debout les Blancs, réveillez-vous !

Julien Dir

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Illustration : DR

Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

Imprimer

Suède. Poignardé par un clandestin soudanais en tentant de sauver une jeune fille d’un viol

Le 11 mai 2020, Tommie Lindh, 19 ans, tombait sous les coups de couteau d’un soudanais de 22 ans en tentant d’empêcher que ce dernier ne viole une adolescente de 14 ans, à Härnösand.

 

suede

 

Tommie Lindh était un militant nationaliste pour le parti “Alternative for Sweden” (Alternativ för Sverige). Il était donc parfaitement conscient du danger que pose l’immigration extra-européenne pour son pays, et pour l’Occident en général.

Il a été poignardé par un clandestin soudanais alors qu’il tentait de s’interposer pour défendre une jeune fille de 14 ans que l’individu de 22 ans, Abubaker Mohamed, essayait de violer.

Emmené à l’hôpital, il a finalement succombé à ses blessures. Lors d’une audience au tribunal, le criminel a nié les crimes dont il est accusé à savoir meurtre, viol, menaces illégales graves et sévices graves. Le procureur a par ailleurs fait savoir que le clandestin est également soupçonné d’avoir commis deux viols, l’un grave et l’autre dit de “degré normal” contre une victime le même dimanche où le meurtre a été commis.

Des nationalistes du monde entier ont rendu hommage à leur camarade Tommie Lindh : en Pologne, en Finlande, en Hongrie mais aussi en France à Paris et Toulouse notamment et même jusqu’aux Etats-Unis.

L’immigration en Suède, et le remplacement progressif de la population de souche européenne.

C’est à partir des années 70 80 que l’immigration extra-occidentale se développe en Suède. La part dans la population d’immigrés occidentaux se fixe en effet entre 5,5 et 6% dès 1970 pour ne quasiment plus en bouger.

La part d’immigrés extra-occidentaux passe en revanche d’à peine 1% en 1970 à 10, 5% en 2015. Notons que le statut d’ « immigré » ne s’obtient en Suède qu’à certaines conditions assez exigeantes et longues. Cette part ne reflète donc pas les demandeurs d’asile ou les réfugiés. Parmi ces immigrés extra-européens, le taux de retour au pays natal est de 4% à peine.

Selon l’office Suédois des statistiques, la population suédoise de 2017 était composée à 18, 5% de personnes nées à l’étranger. Si on ajoute la seconde génération d’immigrés nés en Suède de 2 parents étrangers, c’est 24,1% de la population suédoise soit 2,4 millions d’habitants qui sont totalisés.

Le journal l’Etudiant libre s’est d’ailleurs intéressé au profil de ces immigrés qui changent le visage de ce pays scandinave (certains balades en périphérie de Stockholm ressemblent plus au film Hôtel Rwanda qu’à la série Vikings…)

La population afghane n’était pas représentée en 1990. En 2017 on dénombre 43 991 ressortissants. Les somaliens passent de 100 en 1980 à 66 369 en 2017. 

De 8.236 Afghans accueillis en 2018, on notera d’ailleurs que 6.120 sont des hommes et seulement 2.116 des femmes.

La population africaine dans son ensemble passe de 79 en 1970 à 207.886 en 2017, et la population asiatique de 87 à 697.117. 

La conclusion ira à l’auteur du blog Jereinforme, auteur lui aussi d’un papier sur cette affaire :

Si la ville de Malmö est désormais surnommée “la capitale du viol”, ce n’est évidemment pas en raison d’une quelconque résurgence d’une “culture du viol” occidentale fantasmée, mais simplement parce que les dirigeants suédois ont importé chez eux des dizaines de milliers d’extra-européens. 

 La majorité des dirigeants européens depuis 50 ans a fait de même. Ils seront retenus comme des traîtres à leur pays et à leur peuple, tandis qu’on se souviendra de Tommie Lindh comme d’un martyr.

Sources :  Breizh-info.com

NE JAMAIS OUBLIER !

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites